« Désobéir », de Julie Berès, La Manufacture, le Off d’Avignon

« Désobéir» de Julie Berès © Axelle de Russé « Désobéir» de Julie Berès © Axelle de Russé

Vent debout

Par Trina Mounier
Les Trois Coups

« Désobéir », un titre qui claque. Quatre comédiennes portent ce spectacle avec une énergie et une sensibilité entraînantes. Un hymne au courage et à la volonté de jeunes femmes issues de l’immigration. C’est pour moi le spectacle le plus abouti de mon bref festival d’Avignon.

Désobéir est né d’un long et minutieux travail d’enquête auprès de jeunes femmes issues de l’immigration, originaires de Seine-Saint-Denis. D’un ensemble de témoignages, quatre ont été conservés : ceux de Sephora, Lou, Hatice et Charmine. Leurs paroles nous sont restituées avec un respect, une délicatesse et une intelligence du plateau formidables, avec pour viatique la formule de Walter Benjamin : « organiser le pessimisme ».

Julie Berès s’est notamment entourée d’Alice Zeniter (l’autrice de L’Art de perdre) et de Kevin Keiss (dramaturge de Sous d’autres cieux, présenté dans le In) pour l’écriture ainsi que Marc Lainé (qui vient d’être nommé à la tête de la Comédie de Valence) pour la scénographie.

Pour ce chœur de jeunes femmes, de combattantes de la liberté, elle a choisi des artistes de haute volée, venues des mêmes quartiers et, pour respecter l’anonymat des témoins, a conservé les prénoms de ces artistes. Citons l’incroyable danseuse de hip hop d’origine iranienne Charmine Fariborzi dont le corps semble constitué de mille morceaux indépendants, la gymnaste chanteuse Ava Baya, Lou-Adriana Bouziouane dont la voix semble toujours au bord de la rupture, Sephora Pondi enfin, de parents camerounais, dont l’énergie semble nourrie de désespoir. On a beau savoir qu’il s’agit d’actrices, si excellentes qu’elles ne peuvent être sorties de nulle part, une ambigüité troublante demeure : sont-elles des interprètes ? Ou jouent-elles leur propre histoire ? Cette confusion enrichit le spectacle.

« Désobéir» de Julie Berès © Axelle de Russé
« Désobéir» de Julie Berès © Axelle de Russé

Un chœur en marche

Il faut les voir arpenter le plateau d’un pas résolu comme des soldats, le regard fièrement dirigé sur les spectateurs. Un chœur volontaire et soudé, en marche, parfois en solos, filmées de près par leurs camarades de plateau et de vie, s’exprimant par le biais de leur art. Toujours vraies, entre souvenirs douloureux de batailles perdues et détermination à ne pas baisser les bras, soutenues par le groupe alors que leurs histoires sont si différentes, si uniques.

Tout est évoqué : l’Islam et la tentation du repli, le poids de l’héritage et des traditions familiales, l’oppression masculine et comment répondre aux garçons, montrer et croire qu’« on a des couilles » aussi. Et un incroyable monologue d’Agnès, sur fond de cruelle déception et d’injustice criante. À voir sans tarder. 

Trina Mounier


Désobéir (pièce d’actualité #9), de Julie Berès

Conception et mise en scène : Julie Berès

Texte : Julie Berès, Kevin Keiss, Alice Zeniter

Avec : Lou-Adriana Bouziouane, Charmine Fariborzi, Ava Baya, Sephora Pondi

Durée : 1 h 15

Tout public à partir de 12 ans

Teaser vidéo

Photo © Axelle de Russé

La Manufacture • 2, rue des Écoles • 84000 Avignon

Dans le cadre du Off d’Avignon

Du 5 au 14 juillet 2019, à 13 h 40

Tarifs : de 13 € à 20,50 €

Réservation en ligne