« Les Géométries du dialogue. Variations cubiques et jeu masqué », de la compagnie Juscomama au Théâtre de l’Élysée à Lyon

« Les Géométries du dialogue » deJustine Macadoux et Coralie Maniez © Nicolas Ligeon « Les Géométries du dialogue » deJustine Macadoux et Coralie Maniez © Nicolas Ligeon

Cubisme de comédie 

Par Trina Mounier
Les Trois Coups

Elles ont fait l’ouverture d’un spectacle de marionnettes des Nuits de Fourvière, avec une version allégée de leurs « Géométries du dialogue ». Présenté seul et dans son entièreté, ce spectacle pour enfants de Justine Macadoux et Coralie Maniez, aussi inattendu qu’intéressant, gagne en lisibilité et en profondeur.

Elles sont deux jeunes femmes sur la scène à étendre sur des cordes à linge des peintures encore toutes fraîches. Comme si le public n’était pas encore installé. Le spectacle, en effet, fait la part belle aux arts plastiques, mais aussi aux souvenirs d’été avec la mère qui étend les draps au grand air, avec douceur et gaîté, comme lorsqu’on barbouillait sur de grandes feuilles avec un immense tablier protecteur.

Puis Les Géométries peuvent commencer. Les deux comédiennes se coiffent de cubes noirs en carton qui cachent leur visage tout en dévoilant leurs pensées, leurs visions et leurs sentiments. Qui sont-elles ? Deux sœurs ? Deux petites filles ? Une mère et sa fille ? Elles interprètent une succession de situations de la vie quotidienne, de relations personnelles faites d’affection, de brouilles et de rires à partir de tableaux très évocateurs.

« Les Géométries du dialogue » deJustine Macadoux et Coralie Maniez © Nicolas Ligeon
« Les Géométries du dialogue » deJustine Macadoux et Coralie Maniez © Nicolas Ligeon

Bas les masques !

Car sur ces écrans noirs, avec une dextérité et une ingéniosité incroyables, elles dessinent des paysages, des visages, apparemment à l’envers et les yeux « bandés ». Ainsi transformées en masques d’un genre contemporain, sortis d’un tableau de Picasso, elles peaufinent aussi leurs histoires par des postures évocatrices. Elles nous présentent de drôles de corps. À qui sont ces mains ? À qui ces jambes ? Difficile de s’y retrouver dans ces croisements mystérieux.

Comme pouvait le suggérer leur titre, ces Géométries du dialogue tirent finalement volontiers vers l’abstraction. Elles s’inscrivent dans une forme mixte qui tient du mime, du masque, du jeu, de la marionnette et des beaux-arts, sans être austères ni prétentieuses pour autant. Au contraire, elles fleurent bon l’herbe coupée, les chamailleries et les chatouilles. Elles en disent long sur le plaisir de créer, de se déguiser et de se cacher, bref : de jouer la comédie ! 

Trina Mounier


Les Géométries du dialogue. Variations cubiques et jeu masqué
Conception, mise en scène et interprétation : Justine Macadoux et Coralie Maniez
Création son : Antoine Aubry
Construction du décor : Quentin Lugnier
Production : Ballet Cosmique
Durée : 1 heure

Photo © Nicolas Ligeon

Théâtre de l’Élysée • 14, rue Basse-Combalot • 69007 Lyon • Du 7 au 9 novembre 2018 à 19 h 30
Réservation : 04 78 58 88 25 
À partir de 10 €

Puis tournée :

  • les 24 et 25 janvier 2019 au Théâtre à la Coque de Hennebont (56)
  • le 29 janvier 2019 au Théâtre Le Passage, scène conventionnée de Fécamp (76)
  • du 3 au 7 avril 2019 au TJP – CDN de Strasbourg

À découvrir sur Les Trois Coups :

☛ Bilan Nuits de Fourvière 2018, par Trina Mounier

☛ « Wax, comment sortir du moule » de Renaud Herbin, par Trina Mounier