Godard, es-tu là ?
Par Aurélie Plaut
Dans une fable conjugale librement inspirée du « Mépris », Nicolas Liautard guide le spectateur dans les méandres de l’amour et de l’art. Un voyage initiatique aux escales édifiantes et un bel hommage à l’esthétique cinématographique de la Nouvelle Vague.

Sensuals & Co
Par Aurélie Plaut
Arthur Nauzyciel séquestre ses comédiens au 7e étage de l’hôtel Splendid’s et s’interroge sur les sentiments que peut provoquer l’enfermement. Un propos cher à Jean Genet, servi par des interprètes-gangsters à la fois violents et gracieux.

Des conditions de vie difficiles des gallinacés
Par Aurélie Plaut
Jérôme Rouger, directeur de l’école d’agriculture ambulante (E.A.A.), s’attelle à un sujet sensible : les droits des poules et des œufs. Un seul en scène déroutant et drôle qui nous suggère – mine de rien – que la poule ne serait peut-être pas si éloignée de l’homme…

L’extraordinaire ordinaire de la vie
Par Aurélie Plaut
« Jusqu’où peut-on aller dans la déchéance ? » La question posée par un des personnages dans les premières minutes de « Scènes de la vie conjugale », d’Ingmar Bergman, mis en scène par Nicolas Liautard, donne le ton…

Le laboratoire d’idées du Pr Gosselin
Par Aurélie Plaut
Durant près de quatre heures, la troupe de Julien Gosselin entraîne le spectateur des Ateliers Berthier de l’Odéon dans une course folle. Son adaptation du roman de Michel Houellebecq, « les Particules élémentaires », est grandiose.

Un Schmitt qui fait pschitt
Par Aurélie Plaut
« Variations énigmatiques » d’Éric‑Emmanuel Schmitt propose de s’interroger sur la figure de l’être aimé que tout un chacun construit au fil d’une relation. Un mélodrame qui n’échappe pas à la caricature et que la mise en scène de Gilles Droulez peine à sauver.

Un « Tartuffe » qui décoiffe !
Par Aurélie Plaut
« Tarfuffe », un texte classique ? La compagnie Astrov revisite ce Molière et entraîne avec elle le public de L’Entrepôt dans une joute verbale haletante et d’une grande modernité.