Zabou Breitman, la prodigieuse
Par Ingrid Gasparini
« La Compagnie des spectres » évoque un drame familial sous Vichy et le destin de trois femmes qui déraille. En solo, Zabou Breitman ressuscite avec force et naturel ces démons du passé et nous invite dans un tango à la fois cruel et gai. Cette performance magistrale fait claquer la langue subtile et imagée de Lydie Salvayre entre drôleries et vrai calvaire.

« Fuyez-vous les uns les autres »
Par Ingrid Gasparini
Ce soir là, des bastions de C.R.S. en tenue de maintien de l’ordre encerclaient le Théâtre du Rond-Point pour la première représentation à Paris du sulfureux « Gólgota Picnic »…

L’incroyable présence de Judith Chemla
Par Ingrid Gasparini
Le Théâtre des Lucioles continue d’explorer l’œuvre du passionnant auteur argentin Rafael Spregelburd. Quatrième volet d’une heptalogie sur les dérives morales, « l’Entêtement » en est aussi l’un des plus sombres…

Un tramway mal aiguillé
Par Ingrid Gasparini
Un vent de révolution souffle sur les institutions : « Un tramway nommé Désir » fait son entrée au répertoire de la Comédie-Française. On se frotte les mains à l’idée de voir le Sud poisseux de Tennessee Williams squatter le plateau de la salle Richelieu…

La quadrature du cercle
Par Ingrid Gasparini
Joël Pommerat est un magicien. Dans « Cercles / Fictions », il met en scène des fragments de vie, des saynètes où la réalité se fissure et fait place à une ambiguïté surnaturelle…

L’excès et l’amusement priment souvent sur le contenu
Par Ingrid Gasparini
Les trompettes de Chaillot battent le rappel. Plus que dix minutes pour prendre place dans la salle Gémier et découvrir le sixième volet de l’heptalogie de Rafael Spregelburd, « la Paranoïa »…

Las Vegas en CinémaScope
Par Ingrid Gasparini
Reprise ! « La Estupidez » nous revient dans la salle Jean-Vilar de Chaillot pour trois heures trente de boulevard « new look ». Détournant les codes du cinéma de genre, la pièce de Spregelburd suit les errances de 24 personnages paumés à Las Vegas…

Spregelburd dans le texte
Par Ingrid Gasparini
Quinze heures, déjà ? Je quitte le stand des « Trois Coups », direction le café littéraire pour un rendez-vous autour de l’écriture de Rafael Spregelburd. Il y a ici une ambiance de buvette des bords de Marne. Des toiles cirées fleuries sous de vastes parasols. Un-deux, un-deux, le micro marche, l’entretien peut commencer.

Quatre mains avec la mort
Par Ingrid Gasparini
« S’agite et se pavane » est la dernière pièce d’Ingmar Bergman. C’est aussi une véritable déclaration d’amour pour le théâtre et un kaléidoscope des angoisses métaphysiques de l’auteur…