Annulations de festivals : réaction de Fleur Pellerin

Communiqué

Annonce
Les Trois Coups

Réaction de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, suite à l’article sur les annulations de festivals publié le 15 mars 2015 dans le Parisien.

La culture est plus que jamais, en ces temps de sérieux budgétaire, un choix politique.

Elle est le choix qu’a fait ce gouvernement : le Premier ministre a annoncé la préservation du budget qui lui est consacré pour 2015 et son augmentation en 2016, alors même que l’État réalisera 50 milliards d’économies sur la même période.

Elle est le choix que j’invite les élus à faire à nos côtés : j’ai lancé dès le mois de décembre dernier un appel à toutes les collectivités locales, villes, communautés de communes ou d’agglomérations, qui se trouvent, comme l’État, face à des choix budgétaires très difficiles. Je leur propose de m’engager à leurs côtés en maintenant sur leur territoire les crédits du ministère de la Culture pour les trois prochaines années s’ils acceptent eux aussi de stabiliser leurs financements. Ces pactes doivent nous permettre aussi de nous retrouver autour d’objectifs partagés de politique culturelle : c’est ainsi que nous réaffirmons concrètement que la culture se fait, sur le terrain, ensemble, collectivités et État réunis.

J’ai d’ores et déjà signé trois pactes pour amorcer cette nouvelle dynamique, avec des villes de droite comme de gauche ; je compte en avoir signé une trentaine avant la fin du premier semestre, les élus sont intéressés, et je souhaite que tous les territoires, le plus rapidement possible, soient en mesure de faire ce choix. J’ai demandé également aux services du ministère de la Culture d’être particulièrement attentifs à chaque situation particulière, afin de rechercher à chaque fois, avec les professionnels et les partenaires concernés, toutes les solutions permettant de préserver l’intérêt général de chaque projet, collectif de chaque territoire.

Les nombreuses collectivités engagées dans la culture le savent bien : investir dans la culture aujourd’hui, dans les projets artistiques comme dans les festivals, c’est investir dans la vitalité et la créativité de demain, accessibles à tous nos concitoyens, à notre jeunesse ; c’est aussi investir dans le développement économique de nos villes et de nos régions.

Faire le choix de la culture est capital pour les Français. C’est notre manière de construire ensemble un horizon commun pour notre société.

Paris, le 15 mars 2015

Les Trois Coups