« Frères Sorcières » et « Moi, les mammouths » d’Antoine Volodine, Théâtre Nouvelle Génération à Lyon

© Nicolas Boudier

Du théâtre sous hypnose

Par Michel Dieuaide
Les Trois Coups

Antoine Volodine et Joris Mathieu signent un double manifeste de théâtre postapocalyptique au Théâtre Nouvelle Génération, à Lyon.

Pour aider à la rencontre de ces deux créations exigeantes, il est nécessaire de donner aux spectateurs quelques indications. L’auteur (Antoine Volodine) et le metteur en scène (Joris Mathieu) proposent pour chacune des deux histoires « un environnement narratif hypnotique ». Sur le fil fragile reliant rêves et cauchemars, le public est invité à progresser comme un funambule en repoussant sans cesse l’envie de s’endormir. Le risque de sombrer étant représenté comme un défi permanent, il est impératif d’accepter de s’immerger dans des spectacles qui se déroulent volontairement avec lenteur. La musique répétitive et continue participe de cette volonté artistique d’ensorcellement. Les lumières contribuent également à entraîner chacun dans un parcours d’abandon à ses sensations élémentaires. Enfin, les scénographies, cohérentes avec cette théâtralisation qu’on nomme immersive, ajoutent à leurs architectures des procédés « magiques » qui prolongent les impressions rétiniennes.

La lourdeur des paupières

Frères Sorcières et Moi, les mammouths ont en commun l’histoire d’une errance. La première, éternelle ; la seconde, achevée. Les deux textes, teintés de poésie et d’humour noir, s’aventurent sur les territoires de la métempsychose. Le premier, comme une ritournelle tragiquement infinie, le deuxième, comme un répit tristement ironique. Frères Sorcières repose sur la mise en images d’un quatuor d’acteurs dans un imposant décor de cadres de scène. Leurs figures se succèdent en se réincarnant d’un corps à l’autre, comme s’imbriquent les éléments de la scénographie. À l’inverse, Moi, les mammouths se déroule sur une simple installation, type musée d’art contemporain, avec une seule comédienne. Dans chaque performance, la présence permanente de la musique impose l’utilisation d’une amplification des voix, dont la tonalité et le rythme participent d’un même choix d’interprétation. Quant aux costumes et aux objets, ils relèvent d’un désir de transposition pour Frères Sorcières et d’un souhait de quotidienneté pour Moi, les mammouths.

Je me suis perdu dans l’écriture méandrine d’Antoine Volodine. J’ai reconnu la maîtrise ingénieuse de la dramaturgie de Joris Mathieu. J’ai pris plaisir aux personnages incarnés par Rémi Rauzier, Marion Talotti et Maud Peyrache, tous trois, dans des registres divers, pleinement investis dans une subtile dimension onirique. J’ai frissonné, en entendant les accents envoûtants des compositions musicales de Nicolas Thévenet. Mais j’ai cru plusieurs fois m’endormir, comme si la lourdeur de mes paupières confirmait que j’abordais les frontières du rêve et de la réalité. 

Michel Dieuaide


Frères Sorcières, d’Antoine Volodine (texte inédit)
Adaptation et mise en scène : Joris Mathieu
Conception du dispositif scénique : Nicolas Boudier, Joris Mathieu
Interprètes : Philippe Chareyron, Vincent Hermano, Rémi Rauzier, Marion Talotti
Scénographie et création lumière : Nicolas Boudier
Composition musicale : Nicolas Thévenet
Création vidéo : Loïc Bontems, Siegfried Marque
Assistanat scénographie et lumières : Sébastien Revel
Décoration et accessoires : Caroline Oriot
Production : Théâtre Nouvelle Génération – C.D.N. de Lyon

Moi, les mammouths de Manuela Draeger (texte publié à L’Ecole des loisirs sous le pseudonyme de Manuela Draeger)
Mise en scène : Joris Mathieu
Interprète : Maud Peyrache
Espace scénique : Nicolas Boudier, Joris Mathieu
Création lumière : Nicolas Boudier
Composition musicale : Nicolas Thévenet
Costumes : Marion Talotti
Production : Théâtre Nouvelle Génération – C.D.N. de Lyon
Coproduction : Scène nationale de Sète et du Bassin de Thau

Théâtre Nouvelle Génération • 23, rue de Bourgogne • 69009 Lyon
Tél. 04 72 53 15 15
billeterie@tng-lyon.fr
Frères Sorcières, du 10 au 20 janvier 2018 à 20 heures
Durée : 1 h 30
Moi, les mammouths du 17 janvier au 7 février 2018 à 10 heures et 14 h 30
Durée : 55 minutes
Tarifs : de 18 € à 5 €