Grands prix de Littérature dramatique et Littérature dramatique jeunesse, Artcena, Paris

Artcena-logo Artcena-logo

Mohamed el‑Khatib et Nathalie Papin, auteurs primés

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Les grands prix de Littérature dramatique et Littérature dramatique jeunesse ont été remis le 17 octobre 2016 au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, en présence des auteurs finalistes et de leurs éditeurs. Une belle soirée sous le signe du théâtre.

Sous l’égide d’Artcena, le grand prix de Littérature dramatique a été attribué à Mohamed el‑Khatib pour Finir en beauté, édité aux Solitaires intempestifs.

Les autres finalistes 2016 :

  • la Baraque, d’Aiat Fayez, l’Arche éditeur
  • Des cows-boys, de Sandrine Roche, éditions Théâtrales
  • Et dans le trou de mon cœur, le monde entier, de Stanislas Cotton, Lansman éditeur
  • Seuls les vivants peuvent mourir, d’Aurore Jabob, éditions Théâtre Ouvert

Le grand prix de Littérature dramatique jeunesse a été attribué à Nathalie Papin pour Léonie et Noélie, édité à l’École des loisirs.

Les autres finalistes 2016 :

  • Münchhausen ?, de Fabrice Melquiot, l’Arche éditeur
  • Stroboscopie, de Sébastien Joanniez, éditions Théâtrales

Un prix au service de la dynamique éditoriale

Créé par le ministère de la Culture et de la Communication, à l’initiative des É.A.T., le grand prix de Littérature dramatique existe depuis 2005. À la faveur de la Belle Saison, un autre prix a été créé, celui‑ci consacré à la jeunesse. Voilà les deux récompenses réunies dans une même cérémonie.

Parmi les autres changements de cette « nouvelle formule », un règlement en bonne et due forme, dont voici les grandes lignes : en mars, les éditeurs ont déposé à Artcena les textes qu’ils ont souhaité voir concourir. Seuls sont recevables les textes publiés au cours de l’année précédant le prix. Cette année, 73 textes d’une vingtaine d’éditeurs ont été reçus. Un foisonnement révélateur de la dynamique éditoriale.

À l’issue de deux tours, huit finalistes ont été désignés en septembre, puis les lauréats en octobre. La dotation des prix est d’un montant de 4 000 euros chacun. Artcena va à présent œuvrer au rayonnement des deux pièces primées, et accompagner tout particulièrement les auteurs lauréats avec une campagne de communication et de promotion.

Mohamed el-Khatib © D.R.
Mohamed el-Khatib © D.R.

Partager le bonheur de la lecture

Gwénola David, la directrice d’Artcena, s’est réjouie du format différent présenté cette année. Grâce à l’accueil au Conservatoire national d’art dramatique, le public a en effet pu assister à une lecture d’extraits des finalistes. Une mise en bouche visant à donner envie d’en lire plus et surtout de voir les personnages de ces pièces incarnés sur scène, car « un texte dramatique existe avant tout pour être porté sur un plateau », a précisé Claire Lasne‑Darcueil, directrice du C.N.S.A.D. « Le bon endroit », « une chance pour ces élèves », a ajouté Robin Renucci qui a préparé ces 2e année à livrer la parole de ces poètes. En effet, en valorisant les écritures contemporaines, l’institution joue là aussi son rôle.

Un jury 2016 recomposé

Enfin, dernier changement : un jury recomposé pour livrer le reflet de différents points de vue. Avec, pour cette année, sous la présidence de Claire Lasne‑Darcueil, directrice du C.N.S.A.D. : Marie Bernanoce, enseignant-chercheur, professeur ; Maïa Bouteillet, journaliste ; Agnès Chemama, directrice du développement et des publics et conseillère à la programmation jeune public, Théâtre national de Chaillot ; Hubert Colas, directeur du festival Actoral-Montevideo ; Catherine Dan, directrice générale de la Chartreuse-C.N.E.S. ; Amine Khaled, responsable du comité de lecture et des relations aux auteurs, Théâtre du Rond-Point ; Jean‑René Lemoine, auteur ; Vincent Monadé, président du C.N.L. ; Estelle Savasta, auteur, metteuse en scène ; Philippe Touzet, auteur, président des É.A.T. ; Alain Sachs, auteur, metteur en scène, administrateur de la S.A.C.D. et Jacques Vincey, comédien, metteur en scène, directeur du Centre dramatique régional de Tours-Théâtre Olympia.

Deux pièces sur les relations familiales

Catherine Dan, membre du jury, a souligné la difficulté à départager les finalistes. Elle a expliqué que les jurés avaient particulièrement apprécié la qualité littéraire du texte de Mohamed el‑Khatib, le ton humoristique appliqué à un thème si douloureux : la fin de vie. L’auteur, comblé, confie « prendre ce prix comme une déclaration d’amour, au moins de tendresse ». Lui qui a si longtemps fui l’émotion, par crainte du pathos, avoue s’être « lâché », après qu’Ariane Mnouchkine l’a convaincu de réhabiliter les larmes : « Pleurer ensemble, c’est tellement réconfortant ». Il a ajouté que, au-delà de la disparition de sa mère, Finir en beauté portait sur les relations familiales : « En fait, c’est une pièce sur la mort, mais qui a beaucoup à voir avec l’amour ». Voilà donc un texte qui déborde, dans le bon sens du terme, car outre sa générosité, il cultive la liberté de ton et de forme, avec un matériau peu classique.

Nathalie Papin © Laurence Garcette
Nathalie Papin © Laurence Garcette

Dans Léonie et Noélie, Nathalie Papin, quant à elle, décrit la relation tout en pudeur entre deux jeunes sœurs jumelles qui se retrouvent, une nuit, sur les toits d’une grande ville pour contempler l’incendie qu’elles ont déclenché. Intéressée en général par « ces pulsions à l’état brut, qui peuvent survenir, même dans le pire désastre », Nathalie Papin a expliqué pourquoi elle s’était penchée sur les « bifurcations joyeuses dans des destins souvent bancals ». « Un texte qui pose des questions intéressantes sur les relations familiales et le rapport au plateau », a précisé Catherine Dan.

Si ces prix récompensent le talent de deux auteurs, ils mettent aussi à l’honneur la littérature dramatique comme genre à part entière et mettent en lumière le travail des éditeurs de théâtre. De quoi contribuer au rayonnement d’un art qui nous est cher. 

Léna Martinelli


Grands prix de Littérature dramatique et Littérature dramatique jeunesse

Site : http://www.artcena.fr/

Photo : Mohamed el‑Khatib © D.R.

Photo : Nathalie Papin © Laurence Garcette

Conservatoire national supérieur d’art dramatique • 2 bis, rue du Conservatoire • 75009 Paris

Le 17 octobre 2016, à 18 heures

Mohamed el‑Khatib présente Finir en beauté : https://vimeo.com/186417117

Nathalie Papin présente Léonie et Noélie : https://vimeo.com/186410547

Le spectacle Finir en beauté sera repris le mois prochain au Monfort dans le cadre du festival Temps fort danse théâtre.

http://www.lemonfort.fr/programmation/finir-en-beaute