Jazz sous les pommiers 2015, à Coutances, nº 3

John Primer © Jean-François Picaut

Le blues du nord au sud

Par Jean-François Picaut
Les Trois Coups

Après le dimanche en fanfares et la soirée du lundi à destination des lycéens, Jazz sous les pommiers (Coutances) réserve traditionnellement la soirée du mardi au blues. Cette année, nous sommes conviés à un voyage de Memphis (Tennessee) à Chicago.

Larry Garner et Michael Van Merwyk : le blues du Sud

L’Atlantique les sépare, mais leur amour du blues les a réunis. Larry Garner et Michael Van Merwyk nous présentent un solide duo de chanteurs, compositeurs et guitaristes. Physiquement, c’est Laurel (Larry Garner) et Hardy (Michael Van Merwyk), mais, comme les comédiens, l’Allemand et l’Américain s’entendent comme larrons en foire. Larry Garner est manifestement le boute-en-train (et le leader), mais Michael Van Merwyk ne manque pas d’humour.

Armés de leurs guitares acoustiques, ils nous emmènent dans le Sud profond avec des textes qui parlent d’amour des femmes, mais aussi des relations qui peuvent être difficiles entre les sexes, d’alcool et de la route. Thèmes éternels.

Le premier duo, She Is the Boss (tout un programme !), est conduit par Larry Garner. On peut déjà apprécier le jeu de guitare très délié comme la voix éraillée et chaude à la fois des bluesmen du Sud. L’œil est pétillant et, tout en jouant, Garner ne se prive pas de commentaires chantés. Après ce premier titre, Michael Van Merwick nous gratifie d’une ballade chantée de sa grosse voix de basse avec les raucités d’usage. Son comparse enchaîne avec un blues lent en parlé-chanté, et Merwick nous régale d’une partie extraordinaire de slide guitar (grosso modo, guitare jouée à plat et utilisant le bottleneck, sorte de doigtier métallique, qui permet de belles distorsions).

Et le concert se poursuit, chacun tenant la vedette sur un titre avant de seconder l’autre sur le suivant. S’il est difficile de départager le jeu des deux guitaristes, je donnerais l’avantage à Larner pour le chant, l’expressivité et le sens du spectacle.

John Primer & The Living History Band invitent Bob Margolin : un bel hommage à Muddy Waters

Le second concert que nous offre Jazz sous les pommiers ce soir est un hommage rendu à Muddy Waters, pour son centennium, comme disent les anglophones : il est né en 1913 ou 1915 (et décédé en 1983). Bien que natif du Mississipi, Muddy Waters (né McKinley Morganfield), est considéré comme le représentant historique du Chicago blues, le blues électrifié.

Comme beaucoup de ses compatriotes du Sud, John Primer a, lui aussi, migré vers Chicago, et ce fut le dernier chef d’orchestre, guitariste et chanteur du Muddy Waters Blues Band, jusqu’à la mort du maître. Ce soir, il a invité Bob « Steady Rollin’ » Margolin, que Waters regardait comme un « gardien de la vieille école ». Et pour faire bon compte, ils sont accompagnés par The Living History Band, le fleuron actuel du Chicago blues. Il faut reconnaître que « ça envoie » et même que « ça déménage » !

Le concert est bien mis en scène avec d’abord l’entrée de Bob Margolin (guitare et voix), accompagné de Matthew Skoller (harmonica, guitare, voix) qui fait un peu figure de Monsieur Loyal. Entre ensuite Johnny Iguana (remarquable pianiste). Ils sont rejoints deux titres plus tard par le batteur (Kenny Smith) et le bassiste (Felton Crews).

Doté d’une carrure de bûcheron, Margolin est également « une gueule », comme on dit, et il en joue habilement. Il possède une voix de basse profonde et pratique volontiers un jeu de guitare agressif. Le gentil, par contrecoup, est incarné par Skoller, toujours souriant. Ce virtuose de l’harmonica sait aussi chanter et se servir d’une guitare !

C’est dire si le public est déjà ravi quand John Primer, dûment annoncé, fait son entrée. Guitariste et chanteur hors pair, il fait encore monter l’ambiance d’un cran et mène tambour battant le concert jusqu’à sa fin.

Les amateurs de jazz sont aux anges et quand, lors du rappel, Primer esquisse des pas de danse puis se met à jouter avec Margolin et Skoller, la salle Marcel-Hélie rayonne de bonheur. 

Jean-François Picaut


Larry Garner et Michael Van Merwyk

Avec : Larry Garner (guitare et voix) et Michael Van Merwyk (guitare et voix)

John Primer & The Living History Band invitent Bob Margolin

Avec : John Primer (voix, guitare), Matthew Skoller (harmonica, voix, guitare), Bob Margolin (guitare, voix), Johnny Iguana (piano), Felton Crews (basse), Kenny Smith (batterie)

Photo de John Primer : © Jean-François Picaut

Festival Jazz sous les pommiers, à Coutances (Manche)

34e édition

Du 8 au 16 mai 2015

www.jazzsouslespommiers.com

Renseignements : 02 33 76 78 50

Billetterie : 02 33 76 78 68