« Jean-Pierre, Lui, Moi », de Pocket Théâtre, Festival Villeneuve-en-Scène, à Villeneuve-lès-Avignon

Jean-Pierre-lui-moi-scenographie « Jean-Pierre, lui, moi » de et avec Thierry Combe © Hélène Dodet

Fabuleuses faiblesses

Par Stéphanie Ruffier
Les Trois Coups

Comment trouver la juste distance pour évoquer sur scène le handicap, surtout quand le sujet n’est autre que son grand frère ? Entre performance désopilante, forme documentaire et tendre confidence, Thierry Combe joue avec les codes du théâtre et nous offre un moment d’empathie exceptionnel.

Il entre, goguenard, en sweat à capuche vert, style « éduc spé à la cool » et annonce qu’il est venu nous parler d’un sujet grave : la perception du handicap et son retentissement au sein d’une famille, la sienne. Ce téméraire spectacle, inclassable, présenté comme une « prise de parole théâtrale » exhibe avec générosité sa problématique casse-gueule, ses ficelles, y compris ses doutes.

À quoi tient son charme fou ? À la relation sincère que Thierry Combe, auteur et interprète jurassien, tisse pas à pas avec son public. Les espaces, presque didactiques, sont délimités au sol : ici se trouvent père-mère, à côté le milieu socio-médical. Bien sûr, le handicap occupe la place la plus imposante, au-devant de la scène, tandis que le narrateur cherche un peu la sienne, navigue, orchestre… Très vite, la reconstitution de scènes fondatrices explose dans une habile porosité entre réel et fiction.

Jean-Pierre-Lui-Moi-Combe 2 © Helene Dodet
« Jean-Pierre, lui, moi » de et avec Thierry Combe © Hélène Dodet

Surprises sucrées ou salées

Dans ce cercle de parole à ciel ouvert, délimité par une palissade en bois, le spectateur, comme Thierry avec son sujet, se sent à la fois en confiance et en danger. Cette truculente galerie de portraits qu’il assure seul, avec générosité, à la Caubère, ne nous ménage pas. Les corps inquiets ou dégingandés, les obsessions et les exaspérations de tous y sont travaillés comme une pâte à modeler émouvante. Les tableaux illustrant la condescendance de certains proches et la froideur administrative nous confrontent avec pertinence à nos propres limites et préjugés. Autres trouvailles, de savoureuses mises en situation, à la fois concrètes et métaphoriques : on n’envisagera plus jamais pareil la Compagnie Créole ni les tartelettes aux fruits !

« La dramaturgie, il n’y en a pas », assure le narrateur avec malice. Il passe en effet sans préavis d’un jeu incarné à une conférence gesticulée en passant par une sorte de théâtre-forum. Et pourtant, on sent combien son laboratoire socio-artistique prend soin de tout et de tous, avec précision. On y accouche ensemble du spectacle et d’une grande humanité, sans mièvrerie ni compassion. On s’y sent pleinement présent. Accompagné par la main ou un peu chahuté, on accueille ses personnages bouleversants et de vivifiantes prises de conscience. Bref, on vous recommande chaleureusement ce théâtre astucieux, décomplexé et incisif. Aimant ! 

Stéphanie Ruffier


Jean-Pierre, lui, moi, de Thierry Combe

Pocket théâtre

Auteur et interprète : Thierry Combe

Regards extérieurs : Nathalie Pernette et Patrice Jouffroy

Scénographie : Ben Farey

Création lumière : Caroline Nguyen

Création son : Fred Germain

Durée : entre 90 et 105 minutes

À partir de 12 ans

Dans le cadre du festival Villeneuve en scène • Plaine de l’Abbaye • 30400 Villeneuve-lès-Avignon

Théâtres en itinérance

Du 9 au 21 juillet 2017, à 19h, relâche le 15 juillet.

De 8 € à 16 €

Présentation video

Réservations : 04 32 75 15 95

Tournée :

  • Du jeudi 8 au samedi 10 août, au festival L’été de Vaour, à Vaour (81)
  • Les 13 et 14 septembre, au festival Collin’Art, à Sombernon (21)
  • Du 25 au 28 septembre, à Territoire Bresse Haute-Seille (39)
  • Les 2 et 3 novembre, au festival Maynats, à Bagnères de Bigorre (65)
  • Les 6 et 7 novembre, Tournée en Rue Libre, à Jongun (32)
  • Les 9 et 10 novembre, Tournée en Rue Libre, à Verdun-sur-Garonne (82)
  • Du 12 au 16 novembre 2019, ARTO, Tournée en Rue Libre, à Toulouse (31)
  • Les 19 et 20 novembre, Derrière le Hublot, à Capdenac (46)
  • Du 6 au 8 février 2020, au Théâtre du Briançonnais, à Briançon (05)
  • Les 1er et 2 avril, CNAR L’Usine, à Tournefeuille (31)
  • Le 4 avril, En rue libre, à Ax-les-Thermes (09)
  • Le 25 avril, à Reuille-Vergy (21)
  • Les 12 et 13 mai, au Théâtre Onyx, à St-Herblain (44)
  • Les 14 et 15 mai, le Quatrain, à Haute-Poulaine (44)
  • Le 16 mai, centre Mosaïque, à Le Mené (22)
  • Du 29 au 31 mai, à La Passerelle, Scène Nationale, à Gap (05)

À découvrir sur Les Trois Coups :

Tes Tondues, des Arts Oseurs, par Stéphanie Ruffier