« La salle Firmin Gémier rouvre ses portes », Chaillot – Théâtre national de la Danse à Paris

Projet architectural © Sergio Grazia – Brossy & Associés

Réouverture de la salle Gémier à Chaillot

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Après quatre ans de travaux, Chaillot – Théâtre national de la Danse vient enfin d’inaugurer cet outil scénographique moderne, en phase avec ses programmations renouvelées.

De l’extérieur, rien de visible. Le monument reconstruit en 1939 est en effet classé. Pourtant, la deuxième salle de Chaillot créée en 1967, devenue vite inconfortable pour les artistes comme pour les spectateurs, se voit radicalement transformée. Il s’agit de bien plus qu’une simple mise aux normes. On comprend mieux les quatre interminables années de travaux, pour un coût qui s’élève à 28 millions d’euros (chantier financé par Chaillot et la Direction générale de la création artistique du Ministère de la Culture).

Le défi était de taille et le pari audacieux. Or, sous l’œil de l’architecte en chef des monuments historiques Lionel Dubois, le cabinet Brossy & Associés, avec notamment la contribution du scénographe Michel Fayet, a réalisé un très beau geste contemporain, respectueux du patrimoine, et un lieu de spectacle innovant et confortable.

Les nouveaux gradins de la salle Gémier © Sergio Grazia – Brossy & Associés
Les nouveaux gradins de la salle Gémier © Sergio Grazia – Brossy & Associés

La salle Firmin Gémier, entièrement réaménagée, est désormais très fonctionnelle. Avec ses 390 places et son vaste plateau (180 m2), elle permet des configurations variables. Ainsi, le gradin rétractable peut-il libérer une profondeur de 24 mètres, ce qui autorise un spectacle en bifrontal ou une déambulation devant 700 à 800 personnes. Un espace modulable idéal pour la création artistique, son foisonnement et son inventivité.

Un défi architectural de taille

De plus, pas moins de six mètres ont aussi été creusés pour dégager de la hauteur sous le gril, là où se fixent les équipements techniques. Des équipements de pointe, comme les éclairages ou le système d’isolation phonique, très performant. Du fait de sa situation géographique sur une colline (avec un dénivelé d’environ 28 mètres entre la place Wilson et l’entrée côté Seine), il fallait trouver des solutions techniques novatrices. Bravo !

De nouvelles surfaces de rangements ont été dégagées pour faciliter, notamment, la manutention des décors. Pour cela, un puits de 15 mètres de long et un tunnel de 45 mètres ont été percés. Voilà pour l’outil scénographique. Mais, les espaces publics ont évidemment aussi été métamorphosés.

Totalement repensées, les circulations gagnent en fluidité. Ainsi, un lien direct a-t-il été créé entre l’escalier principal du théâtre et le hall Gémier, jusque-là isolé. Mais surtout, l’espace dédié à l’accueil du public, lumineux, d’un blanc très pur, révèle des volumes époustouflants. Sous son immense plafonnier en ogive, les spectateurs pourront emprunter un escalier flambant neuf. Voilà de quoi renouveler les perspectives visuelles sur ce joyau de l’Art Déco !

L'escalier qui relie le hall Gémier au hall Vilar © Sergio Grazia – Brossy & Associés
L’escalier qui relie le hall Gémier au hall Vilar © Sergio Grazia – Brossy & Associés

Enfin, l’on peut désormais accéder à des espaces interdits aux publics depuis les années 1970 : le sous foyer, la galerie des Nabis, l’espace des quatre colonnes. Rares sont ceux à avoir pu apprécier le patrimoine de Chaillot : outre des sculptures, la fresque de Jaulmes, les toiles de Maurice Denis, Edouard Vuillard, Pierre Bonnard, pour ne citer que ceux-là. Ce sera maintenant possible autrement que par les seules visites guidées. Du coup, l’esplanade basse du Trocadéro retrouve une nouvelle fonctionnalité. Le programme de rénovation a intégré les préconisations du diagnostic d’accès aux personnes à mobilité réduite (PMR) : enfin, les salles Firmin Gémier et Jean Vilar sont désormais accessibles à tous. Une autre fierté de Didier Deschamps, directeur de ce théâtre depuis juillet 2011.

Après des travaux d’envergure, une inauguration festive

Le résultat est vraiment impressionnant. Les travaux ont été d’autant plus complexes que Chaillot n’a jamais cessé son activité. Le public peut donc enfin retrouver le chemin de Gémier, sans oublier la salle Jean Vilar et le reste. Car de nombreuses propositions artistiques ont aussi lieu dans le studio ou le grand foyer, comme les duos d’Emmanuel Gat (artiste associé) ce week-end-là.

La programmation concoctée pour l’inauguration a permis de découvrir la nouvelle salle dans différentes configurations : répétitions ouvertes, jam sessions et impromptus artistiques, bals participatifs animés par Blanca Li (programmée dès le 21 septembre, dans la salle Jean Vilar, avec Solstice), une série d’événements gratuits au sein du théâtre qui annoncent aussi quelques-unes des nombreuses réjouissances de la saison 2017-2018. Beau succès, d’autant qu’elle a eu lieu pendant les Journées européennes du Patrimoine.

Pour la troisième fois, Chaillot a effectivement ouvert ses portes à cette occasion, avec des visites libres, dans l’ensemble des espaces, et des commentaires assurés par des guides conférenciers. D’autres visites valaient aussi le détour : Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna ont orchestré des parcours dans une visite guidée à leur image, décalée et fantaisiste.

On espère les retrouver pour l’inauguration de la grande salle Jean Vilar qui à son tour fera l’objet de toutes les attentions en 2022. Mais d’ici là, il sera possible de découvrir leur univers, en décembre, avec Esmérate (Fais de ton mieux !)

Léna Martinelli


La salle Firmin Gémier rouvre ses portes

Du 14 au 17 septembre 2017

Chaillot – Théâtre national de la Danse • 1, place du Trocadéro • 75116 Paris

Renseignements : 01 53 65 30 00

En savoir plus

Entrée libre sur réservation

Photo : © Sergio Grazia – Brossy & Associés