« Last Work », de Ohad Naharin, Montpellier Danse 2015

« Last Work » © Gadi Dagon

L’évidence des corps

Par Fatima Miloudi
les Trois Coups

La Batsheva Dance Company a présenté « Last Work » du chorégraphe Ohad Naharin. Un spectacle attendu et, comme de coutume, une prestation éblouissante.

Une coureuse élégante, à l’allure égale pendant toute la durée du spectacle, instaure le hors-temps de la représentation. Le cliquetis de ses pas, sa silhouette svelte et légère, la fluidité des impulsions transcendée par le tissu souple d’une robe bleue, la beauté du surplace créent un effet immédiatement saisissant. Elle constitue un fil continu. Sur la ligne de fond qu’elle dessine se greffent, par moments, les danseurs en un ensemble qui tient de la posture photographique ou du tableau. Pris comme en instantané dans la position du sprinter, chaque personne de la troupe se voit figée dans une station qui ne devrait être qu’un passage. Parfois, l’accumulation des corps, retenus à distance, semble saisir en plein vol un arrêt inopiné.

Toute forme est source d’étonnement. L’absence d’un centre de gravité unique et défini autorise des figures inattendues et incongrues qui laissent émerger une nouvelle poétique, laquelle ne se soumet plus aux codes appris. D’évidence, la beauté des désarticulations et des équilibres neufs génèrent une atmosphère envoûtante. Le travail au sol, notamment, permet la recherche de points d’appui a priori inconfortables. L’avancée sur les fesses, bras levés et jambes écartées, rappelle la motricité primordiale du bébé, un préapprentissage de la marche, un temps précédent, par conséquent, l’acquis du déplacement. La rigidité physique occasionnée par des contorsions impensées sublime encore la grâce commune.

Charme incantatoire

Le charme agit encore par la fusion du geste et du rythme. La main est au centre d’une opération quasi incantatoire. Posée sur le genou, elle guide la jambe en un flottement qui fait perdre tout rapport au réel. Il ne demeure plus, alors, que la vision d’une ondulation serpentine. Les bras dissocient lignes courbes et lignes aiguisées. De brèves saccades agitent des doigts tendus. Les mains envahissent, en une composition surréaliste, ce qu’il reste de la verticalité d’un homme. La fébrilité de la cadence suggère quelquefois un sens équivoque que le chorégraphe se plaît à déjouer.

L’accompagnement sonore à caractère industriel participe à l’impression d’étrangeté, voire d’inquiétude. La lumière accentue la couleur des membres ou leur aspect grouillant. Il arrive que l’on ne perçoive plus que la blancheur de la chair, oubliant l’être humain qui la façonne. La dernière scène, déploiement furieux, passant de la danse frénétique à la folie guerrière, empêche la simple admiration et convoque la lucidité du spectateur par la connotation des sangles symbolisées par le Scotch sur les bustes des danseurs au salut. Points de jonction et de déséquilibre alimentent, semble-t-il, à la fois la narration et la danse. 

Fatima Miloudi


Last Work, de Ohad Naharin

Batsheva Dance Company

Chorégraphie : Ohad Naharin

Danseurs : Olivia Ancona, William Barry, Mario Bermudez Gilles, Omri Drumlevich, Bret Easterling, Iyar Elezra, Hsin Yi, Hsiang, Rani Lebzelter, Ori Moshe Ofri, Rachael Osborne, Shamel Pitts, Oscar Ramos, Nitzan Ressler, Ian Robinson, Or Meir Schraiber, Maayan Sheinfeld, Zina (Natalya) Zinchenko, Adi Slatin

Lumières : Avi Yona Bueno (Bambi)

Conception sonore : Maxim Waratt

Musique originale : Grisha Lictenberger

Scénographie : Zohar Shoef

Costumes : Eri Nakamura

Assistants : Guy Shomroni, Ariel Cohen

Production : Hila Razon

Entraîneur de course à pied : Mark Or

Batsheva Dance Company

Directeur artistique : Ohad Naharin

Directrice générale : Dina Aldor

Codirecteur artistique : Adi Salant

Gestion et régie plateau : Yaniv Nagar

Directeur des répétitions : Luc Jacobs

Tournées internationales : Iris Bovshover, Naomi Friend

Directeur technique : Roni Cohen

Lumière : Hitzhak Assulin

Son : Dudi Bell

Régisseur : Aliaksei Prezhyn

Costumes : Hana Fiala, Naomi Friend

Production : Batsheva Dance Company

Coproduction : Festival Montpellier Danse 2015, Hellerau-European Center for the Arts (Dresden)

Photo : © Gadi Dagon

Montpellier Danse, palais des congrès-Corum • esplanade Charles-de-Gaulle • 34000 Montpellier

Réservations : 08 00 60 07 40

http://www.montpellierdanse.com/

Mardi 30 juin 2015 à 20 heures, mercredi 1er juillet 2015 à 20 heures

Durée : 1 h 5

35 € | 28 € | 25 € | 15 €