Le festival Hybrides, prévu du 13 au 28 mars 2015 à Montpellier, est annulé

« l’Art du theatre » © D.R.

Communiqué

Annonce
Les Trois Coups

La septième édition du festival Hybrides, qui devait avoir lieu du 13 au 28 mars 2015 à Montpellier, est annulée.

Malgré toutes les sonnettes d’alarme que nous avons pu tirer depuis décembre 2014, malgré notre patience et notre bonne volonté, la ville de Montpellier, principal financeur du festival depuis sa création, ne nous a donné aucune réponse sur sa volonté de poursuivre son soutien au festival sur l’édition 2015 ; un silence assourdissant devant nos multiples courriers, appels téléphoniques ou courriers électroniques !

Nous savons que les votes des budgets ont été repoussés au 30 mars en raison de la création de Montpellier Méditerranée Métropole, mais il nous était impossible d’ouvrir la manifestation sans un engagement de principe de reconduction de la subvention. Pourquoi Hybrides ? Un autre festival, qui a lieu au mois de février a vu, lui, sa subvention déjà votée. Pourquoi pas Hybrides ?

Depuis 2009, le festival Hybrides, créé avec le C.D.N. de Montpellier, est porté par la compagnie théâtrale Adesso e sempre. Il invite les partenaires de la métropole montpelliéraine à partager le désir de briser les frontières à la fois entre les diverses pratiques artistiques, les publics et les territoires de notre cité.

La plupart des acteurs de la ville y ont participé selon les années (C.D.N., C.C.N., Montpellier danse, cinéma Diagonal, des salles de concert Rockstore, Antirouille, lieu départemental d’art (le domaine d’O), des théâtres universitaires (La Vignette et Le Trioletto), le théâtre municipal Jean‑Vilar, de nombreuses maisons pour tous municipales, le F.R.A.C. L.‑R., des lieux indépendants (La Salle 3, La Chapelle, également en danger), Le Hangar, fermé au public depuis trois ans, Kawenga, fermé depuis deux ans, certains théâtres municipaux en périphérie (Le Chai du Terral à Saint-Jean-de-Védas, La Passerelle à Jacou)). Mais aussi le C.N.E.S. de la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, le festival Tilt à Perpignan.

Défenseur d’un théâtre qui parle du monde d’ʼaujourd’hui, le festival Hybrides explore des formes artistiques qui déplacent la position du spectateur, qui allient la musique, la danse, la vidéo, la bande dessinée, le nouveau cirque…

Il invite chacun à y participer de multiples façons : spectateurs, écrivains critiques du journal quotidien, acteurs au sein des ateliers de pratique ou auditeurs des conférences.

Les multiples soutiens publics que nous avons reçus depuis une semaine, venant de spectateurs, d’artistes, de directeurs de structures culturelles nationales et européennes, nous confortent dans la nécessité de l’existence de notre festival.

Mais nous ne sommes pas aveugles.

Depuis les dernières élections municipales, de nombreux lieux ou manifestations artistiques ferment dans toute la France et pas seulement par la faute des élus du Front national. Des choix, souvent très peu argumentés, dont nous souffrons particulièrement dans l’agglomération montpelliéraine.

Comment un lieu comme La Chapelle Gély, qui, depuis quinze ans, inscrit son action sur le quartier de la cité Gély, abritant les familles gitanes, a pu voir sa subvention de fonctionnement passer de 125 000 € à 20 000 € et soit contraint à une fermeture immédiate ?

Comment comprendre que La Grande Ourse, scène conventionnée jeune public de Villeneuve-lès-Maguelone, soit aujourd’ʼhui fragilisée par son maire, vice-président de Montpellier Méditerranée Métropole, qui lui informe par courrier de la récupération de l’ensemble des locaux ?

D’où vient cet acharnement à détruire l’action de ces artistes, militants culturels, qui, chacun à leur manière, cherchent à développer la singularité, la curiosité de l’autre dans une volonté d’émancipation des consciences, à l’heure où notre société est malade du rejet de ses différences ?

Même si nous sommes contraints d’annuler cette septième édition du festival Hybrides, nous n’avons pas voulu répondre à leur silence, à leur indifférence pour les artistes, pour les acteurs culturels, pour le public, par le silence.

La cité, le théâtre sont des lieux de dialogue.

Nous invitons le public à la soirée annulation du festival Hybrides 7, qui se déroulera au Théâtre d’O, le vendredi 13 mars à partir de 19 heures, avec le soutien de notre partenaire le domaine d’O. La soirée débutera à 19 heures par un grand café Hybrides, en présence d’invités, auteurs, artistes, universitaires, pour échanger et débattre sur la question de la place de l’artiste dans la société.

La compagnie italienne Motus présentera à 22 heures une unique représentation du spectacle Cannibal Caliban au Théâtre d’O. 

Les Trois Coups


Soirée annulation du festival Hybrides 7

Festival Hybrides

Direction artistique : Julien Bouffier

www.adessoesempre.com

Contact : Nathalie Carcenac

nc@adessoesempre.com

06 01 19 17 64

Billetterie

Tél. 04 67 99 25 00

En ligne : www.billetterie-legie.com/13vents

Tarifs : 16 € | 12 € | 7 € | 5 €