Portrait de Chloé Lacan à l’occasion de son concert à l’Européen à Paris, « Plaisirs solitaires »

Chloé Lacan © Adeline Poulain Chloé Lacan © Adeline Poulain

Chloé Lacan : un talent hors norme

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

On a déjà dit tout le bien qu’on pense de cette chanteuse exceptionnelle, de sa voix unique, de la qualité de son interprétation, de ses textes. Rencontre à l’occasion de son prochain concert, « Plaisirs solitaires », qu’elle donne à l’Européen lundi 19 mars 2012.

Elle ne se la joue pas diva, Chloé Lacan. Modeste, presque discrète, elle réserve l’exubérance à son public : « La scène permet d’exprimer des colères ou des rires que je ne sortirais jamais dans la vie. C’est un exutoire formidable parce qu’il y a le partage avec les gens », précise-t‑elle. Elle fait sans doute partie de ceux que la scène transfigure. Mais à regarder de plus près son joli minois, quand on prononce certains mots, son regard frise…

Une insatiable curiosité

Si elle est tombée très tôt dans la musique, il lui a fallu attendre avant de pouvoir pousser la chansonnette. Son professeur, plutôt classique, lui conseille d’exploiter ce don dans un second temps, après le piano. Qu’à cela ne tienne ! Patiemment, Chloé fait ses gammes, elle tâte du théâtre, mais revient, comme convenu, frapper à la porte de celle qui lui avait donné rendez-vous à l’âge de 17 ans. Alors, tout un monde s’ouvre à elle. Elle essaie tous les styles : lyrique, jazz, variété, pop…

Le mélange des genres qu’elle affectionne tant vient de là, de cette insatiable curiosité. Et puis, il y a des rencontres, voire des chocs ! Un soir, à un concert de Bratsch, elle tombe raide dingue d’un accordéon. Au coup de cœur pour la musique tsigane s’ajoute la découverte inattendue de cet instrument qui ne va plus la quitter. Elle entame sa période « world », mais n’oublie pas pour autant ses fondamentaux : Ella Fitzerald, Nina Simone, les fameux 3 B (Brel, Brassens, Barbara), sans oublier Nougaro. Parce que la chanteuse aime le swing, le rythme, la mélodie, l’émotion, mais avant tout le texte : « J’aime raconter des histoires. J’ai d’abord été comédienne, ça marque. ».

Elle croise ensuite les zygotos de La Crevette d’acier, groupe pour le moins déjanté (http://www.youtube.com/watch?v=JJHj5KB5L1s). L’entente est immédiate : avec Mathias Castagné – musicien hors pair – elle s’initie même aux instruments à cordes ; avec Damien Dutrait, qui vient du théâtre et du cirque, elle perfectionne son sens de la repartie ; avec Vincent Tirilly, elle travaille aussi les mots sur la page. Tous ont en commun le goût des chansons à texte, un humour caustique et un instinct de la scène.

Chloé apprend beaucoup, s’amuse tout autant. Elle a trouvé sa voix. Qu’elle chuchote ou hurle, elle vous scotche sur place. Toutefois, après deux beaux albums et dix ans à sillonner les routes, elle choisit d’autres chemins de traverse. Elle passe des joies collectives aux plaisirs solitaires (d’où le nom de son nouveau spectacle) : « Après tant d’aventures, j’ai eu envie de marcher seule. J’avais besoin d’un appel d’air. Paradoxalement, être en solo rend plus disponible pour des rencontres. Du coup, j’invite souvent d’autres artistes pour des impromptus sur scène », explique-t‑elle. Donc, au placard, Monique Truchard, le pseudo sous lequel elle officiait !

Électron libre de la chanson française

La voilà donc en solo, mais bien sûr toujours accompagnée de son fidèle accordéon, à la présence monumentale. Surtout pas folklorique, l’instrument est ici en majesté. Vivant… Sexy ! Chloé évolue dans un répertoire éclectique, entre les Noces de Figaro de Mozart à la sauce Lacan et Fais-moi mal, Johnny de Boris Vian en mode hystéro (http://www.youtube.com/watch?v=6FlZoMXeXNI&feature=related) : « J’aime chanter les autres, j’adore quand les chansons ont plusieurs vies. Hommages, détournements, défis… je ne peux pas concevoir un spectacle sans reprises. Je revisite des classiques, tente de réinventer ».

Avec la chanson française comme colonne vertébrale, le concert acoustique est ponctué de nombreux clins d’œil désopilants, mais il y a aussi de nombreuses compositions. De très beaux textes où Chloé se raconte tout en pudeur et fantaisie. Des chansons intimistes qui parlent aussi de nous toutes, les femmes. Et cela fait du bien d’entendre si haut ce que beaucoup pensent tout bas : le droit à la paresse ou le refus de la maternité, par exemple. Un poil féministe, la Chloé ? Sans avoir l’air d’y toucher… la chanteuse brise quelques tabous sur le plaisir et, sans être vindicative, défend le droit à la différence. Avec sa gouaille et sa fraîcheur habituelles. La gente féminine y apparaît donc culottée et bien dans ses bottes.

Être bien chaussée est certes important pour nous emmener avec elle, mais c’est avant tout grâce à son talent que nous pénétrons dans son univers, un monde bien à elle où le burlesque le dispute au sentimental, où l’on passe sans crier gare du rire aux larmes. Quel joli bouquet d’émotions que ses concerts ! Alors, nous lui souhaitons beaucoup de succès à l’Européen, sa première grande salle parisienne en solo. Et parce que Chloé craint plus que tout l’enfermement, on peut aussi la suivre dans ses projets cinéma où elle retrouve son comparse Damien Dutrait (http://www.chloelacan.fr/la-mariee-etait-en-fuite-episode-1/). À quand une comédie musicale ? 

Léna Martinelli


Plaisirs solitaires, de Chloé Lacan

www.chloelacan.fr/

www.myspace.com/chloelacan

Musiques : Chloé Lacan

Textes : Chloé Lacan, Damien Dutrait, Frédéric Naud, Vincent Tirilly, Cole Porter, Boris Vian, Mozart…

Son : François Joury

Complicité artistique : Damien Dutrait

Photo : © Adeline Poulain

Avec Jerem en première partie http://www.youtube.com/watch?v=jQwjnm6_qeM&feature=player_embedded#

L’Européen • 5, rue Biot • 75017 Paris

Réservations : 01 43 87 97 13

Lundi 19 mars 2012 à 20 heures

17 €

Durée : 1 h 20

Tournée :

  • Mercredi 21 mars 2012 – Festival chant de mars – Lyon (69)
  • Vendredi 23 mars 2012 – Hôtel de ville de Lons (64)
  • Samedi 24 mars 2012 – Printemps de la chanson – La Ferté Macé (61)
  • Vendredi 30 mars 2012 – Pas chanson des poissons – Annonay (07)
  • Jeudi 5 et vendredi 6 avril 2012 – Péniche spectacles – Rennes (35)
  • Samedi 14 avril – Festival des 12-Heures – Grand-Couronne (76)

et de nombreuses autres dates dans toute la France