« Sax Stories », de Frédéric Couderc (D.V.D.)

Vous avez dit saxophone ?

Par Jean-François Picaut
Les Trois Coups

Qui, au monde, ne connaît pas le saxophone ? Son génial inventeur, Adolphe Sax, aurait eu cent ans l’année dernière. L’évènement a bien sûr été célébré de toutes les façons. Frédéric Couderc prolonge cette initiative par une belle histoire illustrée de cet instrument multiforme.

Frédéric Couderc  © Keilwerth
Frédéric Couderc © Keilwerth

Sax Stories (Gaya Music / Socadisc) par Frédéric Couderc, ancien élève du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, sera accessible au public le 1er juin 2015. Ce D.V.D. 1 se propose de nous faire découvrir l’histoire du saxophone, des saxophones serait d’ailleurs plus exact. Entouré de ses 25 saxophones, dont certains sont très rares, voire uniques, et accompagné du pianiste Patrick Cabon, Frédéric Couderc raconte l’histoire de l’instrument en l’illustrant de nombreux exemples musicaux empruntés à tous les styles.

Frédéric Couderc est un homme savant. Vous apprendrez donc qu’au début était l’ophicléide, un instrument à l’heure actuelle disparu. C’est en lui adaptant une anche (partie essentielle du saxophone qu’Adolphe Sax a également améliorée) que l’inventeur, né dans une lignée de facteurs de clarinettes, a eu l’idée du saxophone. Le premier du genre breveté (en 1846) fut un saxophone basse en ut. À noter que les familles en ut et en fa 2 n’existent plus aujourd’hui. Actuellement, on joue essentiellement quatre saxophones, l’alto et le baryton en mi bémol, le soprano et le ténor en si bémol.

Un instrument militaire !

Quand on connaît la place du saxophone dans le jazz, la pop, la variété, etc., on ne peut qu’être surpris d’apprendre que ce qui fit d’abord le succès de l’instrument, ce fut la musique militaire où il se substituait largement à la clarinette qui manquait de puissance en plein air… Autre surprise également pour les profanes lorsqu’on révèle que le premier compositeur pour saxophone fut Hector Berlioz, avant même que le brevet ne fût déposé ! Il n’est d’ailleurs pas le seul compositeur classique à s’être intéressé au saxophone, et Frédéric Couderc nous donne à entendre un passage des Tableaux d’une exposition de Moussorgski.

Une histoire du saxophone comme instrument est inséparable des noms de ceux qui l’ont illustré, au premier rang desquels figure le Français Marcel Mule (1901-2001, le fondateur de l’école française de saxophone). L’auteur cite aussi Sidney Bechet comme le père des sopranistes et Coleman Hawkins comme celui des saxophonistes modernes. Il est évident que c’est le jazz, en effet, qui a été le vrai révélateur du saxophone, et Frédéric Couderc le montre très bien.

Cet exposé est très érudit et très pédagogique. Il ne manque pas pour autant d’humour, comme lorsque Frédéric Couderc nous joue du saxophone sans anche ou quand il s’inspire des fantaisies de Roland Kirk avec deux ou trois instruments. Autre curiosité, le coudophone, saxophone ténor en ut qu’il a fait fabriquer. On pourrait aussi parler du taragot, un parent en bois, dont il joue en nous offrant un même titre interprété sur six instruments différents.

Frédéric Couderc met toute son expérience de concertiste à profit pour ce voyage musical dans le temps. Sur des images léchées, peut-être un peu conventionnelles, il nous présente avec son compère, le pianiste Patrick Cabon, une sorte de Défense et illustration du saxophone pleine de sensibilité. On pourra regretter que, sans doute pour établir le saxophone comme un instrument très sérieux (intention fort louable), il n’en montre pas les utilisations extrêmes. Mais, après tout, ce n’est pas une revue des différents styles au saxophone. Bravo, donc, pour cette initiative soutenue par Buffet Crampon, Vandoren et Julius Keilwerth. 

Jean-François Picaut

  1. Ce projet se décline aussi dans une version conférence-concert, les Vacances de M. Sax, destinée aux scolaires.
  2. Le solo pour sopranino du Boléro de Ravel a été écrit en fa et son premier interprète a été fort surpris quand il a découvert la partition !

Sax Stories, de Frédéric Couderc

Un D.V.D. Gaya Music, distribué par Socadisc (2015)

Avec : Frédéric Couderc (saxophones) et Patrick Cabon (piano)

Photo de Frédéric Couderc : © Keilwerth