« Une journée au festival Circa », à Auch

Dans-ton-Cœur-Pierre-Guillois-Akoréakro « Dans ton cœur » de Pierre Guillois, par Akoréakro

Deux tubes et un air de Beckett

Par Laura Plas
Les Trois Coups

L’historique festival CIRCA a bonne mine. Professionnels et public ont afflué à Auch (Gers) autour d’une programmation éclectique et populaire : une sorte de best off de cirque où l’on trouve des tubes survitaminés et de subtiles mélodies.

Première piste et ça dépote déjà. Dans ton cœur, ce serait un peu l’équivalent circassien de la chanson des Rita Mitsouko : Les Histoires d’A. On y trouve une bonne dose d’humour, une énergie incroyable et un soupçon de noirceur. Et si l’intrigue est banale : coup de foudre / couple / enfants + cuisine équipée / adultère et disputes, le propos ne s’y résume pas. On a plutôt l’impression qu’il s’agit d’un prétexte à de belles échappées oniriques et comiques. En outre, on a bien un homme et une femme, mais ils sont accompagnés de dix acolytes : porteurs virtuoses et pleins d’autodérision ou musiciens endiablés qui enfièvrent le plateau.

L’énergie du groupe est le principal atout du spectacle et Pierre Guillois à l’art d’orchestrer ce joyeux chantier. Il déjoue les évidences de l’espace circulaire en travaillant de manière ingénieuse sur le revers des saynètes. L’expérience théâtrale vient ainsi enrichir le matériau, même si le cirque est bien à la fête. Car on sent que l’homme de théâtre voudrait exploiter toutes les ressources qui lui sont offertes et faire la part belle à chaque artiste. Mais justement, c’est une limite de la proposition : qui trop embrasse… Tant de musique finit par étourdir et écraser les jeux de mots, tant d’idées mériteraient d’être parfois poussées, plutôt qu’abandonnées sitôt esquissées. Qu’on nous laisse donc le temps de savourer les merveilles, le silence qui fait le tempo et la surprise !

Une-Saison-de-cirque-Cirque-Aïtal
« Une Saison de cirque », par le Cirque Aïtal © Mario del Curto

Emportés par la foule…

Le dernier opus du Cirque Aïtal, Une saison de cirque semble victime de ce même amour débordant. En effet, si le duo formé par Victor Cathala et Kati Pikkarainen fonctionne toujours formidablement bien, il n’arrive pas à faire une place véritable aux autres artistes qu’ils accueillent. Ils peuvent bien se réclamer de la bigarrure des esthétiques et assumer la succession des numéros, reste une impression d’inachèvement et de déjà-vu. La prouesse ne saurait se substituer à la dramaturgie. Medley de cirque constituera, malgré tout, sans doute un bon divertissement familial, mêlant l’humour à la performance.

Il y a heureusement des spectacles qui nous font entendre des mélodies singulières. C’est le cas d’Abaque du Cirque sans noms : partition déglinguée aux influences beckettiennes. Pour s’en faire une idée, il serait vain de se fier aux photographies. On passerait en effet à côté d’une œuvre qui joue sur la pénombre, l’infime et le non spectaculaire. De fait, ses trois personnages sont des clodos attendrissants qui coexistent sans mot. Ils ne réussissent qu’à survivre dans un environnement fantastique et franchement hostile. Leurs rapports restent mystérieux et leur attitude n’est ni solidaire ni héroïque.

Abaque-Cirque-sans-noms
« Abaque », par le Cirque sans noms © Pierre Puech

Imagine !

Ces choix laissent une grand part à notre imaginaire, de même que le travail sur l’obscurité qui garde en réserve les nombreuses ressources d’une scénographie fantasque et polymorphe. Pas de prouesses, donc, mais un art consommé de mêler l’inquiétante étrangeté au rire : c’est pourquoi les enfants s’ébaudissent dès qu’ils ont passé l’âge de l’empathie. Pas de fanfare non plus, mais une partition musicale fine qui accompagne la représentation sans jamais s’imposer. Elle charme par son humour décalé. Sans doute, a-t-on déjà vu des spectacles travaillant ainsi sur des losers magnifiques, sur les matières brutes et le burlesque, mais le Cirque sans noms parvient à créer une qualité de silence et d’humour remarquable. 

Laura Plas


Dans ton cœur, de Pierre Guillois

Akoreakro

Écriture et mise en scène : Pierre Guillois

Avec : Claire Aldaya, Nicolas Bachet, Johann Chauveau, Craig Dagostino, Éric Delbouys, Maxime La Sala, Basile Narcy, Joan Ramon Graell Gabriel, Antonio Segura Lizan, Maxime Solé, Vladimir Tserabun, Romain Vigier

Durée : 1 h 15

À partir de 6 ans

Photo © Richard Haughton

Chapiteau Endoumingue • 32000 Auch

Dans le cadre du festival de cirque actuel d’Auch

Les 20 et 24 octobre 2018 à 20 h 30, le 21 octobre à 18 h 30, le 22 et le 26 octobre à 18 h 30

19 € et 24 €

Réservations : 05 62 61 65 00

Une Saison de cirque, du Cirque Aïtal

Cirque Aïtal

Conception : Victor Cathala et Kati Pikkarainen

Avec : Ludovic Baladin, Victor Cathala, Lena Kanakov, Micha Kanakov, Vasilii Kanikov, Sergey Mazurin, Nick Muntwylern,Kati Pikkarainen, Matias Salmenaho

Durée : 1 h 30

À partir de 7 ans

Photo © Mario del Curto

Chapiteau Caserne Espagne • 32000 Auch

Dans le cadre du festival de cirque actuel d’Auch

Les 22 et 26 octobre 2018 à 20 h 30

19 € et 24 €

Réservations : 05 62 61 65 00

Abaque, du Cirque sans noms

Cirque sans noms

De et avec : Yann Grall, Thomas Lang, Amandine Morisod, Thibault Vuillemin

Durée : 1 h 15

À partir de 7 ans

Photo © Pierre Puech

Chapiteau de l’École de musique • 42 ter, boulevard Sadi Carnot • 32000 Auch

Dans le cadre du festival de cirque actuel d’Auch

Les 20 et 21 octobre 2018 à 20 h 30, le 22 octobre à 18 heures et en tournée

19 € et 24 €

Réservations : 05 62 61 65 00


À découvrir sur Les Trois Coups :

Saison de cirque, du cirque Aïtal, par Trina Mounier

Opéraporno, de Pierre Guillois, par Léna Martinelli

Bigre, de Pierre Guillois, par Jacques Casari