« Pronom », d’Evan Placey, La Paillette à Rennes 

« Pronom » d’Evan Placey – Mise en scène de Guillaume Doucet ©  Caroline Ablain « Pronom » d’Evan Placey, mise en scène de Guillaume Doucet ©  Caroline Ablain

Je est une autre

Par Olivier Pansieri
Les Trois Coups

Le Groupe Vertigo s’empare de « Pronom », une pièce de l’auteur anglo-canadien Evan Placey, et la secoue comme un prunier pour en faire tomber tous les fruits. Le public aussi est secoué, mais de rires, une boule dans la gorge. Salle bourrée à craquer pour un spectacle, je dirais, d’un transgenre fabuleux.

Tout commence par une devinette sur Jeanne d’Arc, l’inventrice du travestissement. « Dean » (ce n’est pas son vrai nom) est là, face à nous, réfutant ses seins par bandage, sur le plateau nu. Derrière elle (derrière lui ?), sur une tringle, pendent les attributs vestimentaires des deux sexes, que vont revêtir les acteurs de ce psychodrame familial, social et sentimental. À la cour, un poster géant de James Dean, le « rebelle sans cause », selon le titre original de La Fureur de vivre.

C’est déjà dans Shakespeare 

Pas le temps de dire ouf que les potes sont là : Amy (Chloé Vivarès), Kyle (Geraud Cayala), Josh l’amoureux compréhensif (Guillaume Trotignon) qui joue joliment de la guitare, et bien sûr Dany (Jeanne Lazar) la cadette « normale » qui ne veut rien savoir. L’effet miroir des prénoms des deux sœurs ennemies, Dean/Dany, n’est pas sans rappeler celui de Viola et d’Olivia dans La Nuit des rois de Shakespeare, une pièce d’ailleurs évoquée, et même invoquée, par Dean et Josh, en ados instruits et anglais.

Les parents aussi sont instruits et anglais, mais exaspérés, d’abord d’être considérés par les services sociaux comme des « parents ratés », ensuite de devoir payer l’opération qui les privera de leur fille au profit de ce « fils » inimaginable. Tout tourne autour de ce déni des lois dites naturelles. Le beau Josh lui-même a du mal à se voir dans les bras de « sa » copain. Tous parcourent un long chemin parsemé de cris, de larmes et de gags, avant de surmonter leurs blocages, garçons et filles se relayant dans les rôles d’un père et d’une mère aussi largués qu’attendrissants.

« Pronom » d’Evan Placey – Mise en scène de Guillaume Doucet ©  Caroline Ablain
« Pronom » d’Evan Placey, mise en scène de Guillaume Doucet ©  Caroline Ablain

Dean et son double

Les autres institutions, le lycée, l’hôpital, subiront un traitement nettement plus vengeur. Soûlés de leur prêchi-prêcha, les acteurs de l’histoire se font un plaisir d’expédier en deux coups de cuiller à pot médecins, pédagogues et autres faux-jetons de même farine.

À l’occasion, James Dean prête main-forte à son fan en s’animant sur son affiche. Glenn Marausse interprète l’idole. Il coache l’autre Dean, le « faux », en lui apprenant en douce à marcher, à s’asseoir, à se tenir comme un mec. Pierre-Yves Dubois et de Guillaume Kokakiewiez, deux bons, réalisent des vidéos impeccables, synchros et drôles.

Mention spéciale à Marie Levy qui campe avec art Laura la fausse gourde et à Jeanne Lazar dont la sœurette fait rire, puis réfléchir, et enfin presque pleurer. Mais tous les autres aussi trouvent chaque fois le ton juste. Je pense notamment à une scène où Dean n’a de cesse que son Josh lui flanque son poing dans la figure, avant de lancer aux profs sa diatribe sur la tolérance.

Je ne résiste pas au plaisir d’en citer quelques bribes : « Votre tolérance, c’est de la merde. Moi, je ne veux pas être “toléré”, je veux être envié, admiré, aimé ». Voici un auteur qui sait écrire, qu’on a su traduire, et qui a la suprême élégance de conclure par un happy end parfaitement lacrymal. Vous découvrirez lequel. Car ce Pronom est une première en France, mais il va poursuivre sa tournée (aux dates indiquées ci-dessous), que l’on l’espère triomphale.  

Olivier Pansieri


Pronom, d’Evan Placey
Traduction d’Adélaïde Pralon
Adaptation et mise en scène : Guillaume Doucet
Assistante de mise en scène et régie générale : Bérangère Notta
Dramaturgie : Tom Boyaval
Avec : Geraud Cayla, Jeanne Lazar, Marie Levy, Guillaume Trotignon, Morgane Vallée, Chloé Vivarès et la participation de Glenn Marausse
Lumières : Nolwenn Delcamp-Risse
Son : Maxime Poubanne
Costumes : Anna Le Reun
Création vidéo : Pierre-Yves Dubois et de Guillaume Kokakiewiez
Photo © Caroline Ablain

La Paillette •  2, rue du Pré de Bris • 35000 Rennes 
Le mercredi 10, jeudi 11 et vendredi 12 octobre à 20 heures
De 5 € à 13 €
Réservations : 02 99 59 88 86 
Durée : 1 h 15

Tournée :

  • 18 et 19 octobre, Théâtre du Pays de Morlaix,
  • 20 novembre, Festival NovAdo, MJC Rodez,
  • 15 janvier 2019, Centre culturel Athéna d’Auray,
  • 17 et 18 janvier, Maison du Théâtre de Brest,
  • 22 janvier, Centre culturel de Montfort-sur-Meu,
  • 29 janvier, Théâtre de la Tête Noire de Saran,
  • 31 mars et 1er avril, NEST, Théâtre de Thionville
  • 25 avril, L’Archipel à Fouesnant
  • 14 mai, Centre culturel Jacques Duhamel de Vitré