« Histoire d’un Cid », variation, Pierre Corneille, Jean Bellorini, Fêtes nocturnes de Grignan 2024

histoire-dun-cid-christophe-raynaud-de-lage.jpg

Un Cid ludique et joyeux

Par Trina Mounier
Les Trois Coups

Invité des Fêtes nocturnes de Grignan, Jean Bellorini a choisi de venir y créer la pièce la plus connue de Corneille, mais maquillée et mise en musique à sa façon, « Histoire d’un Cid », avec une troupe constituée de fidèles qui l’accompagnent de spectacle en spectacle. Pour le plus grand plaisir des spectateurs.

Comment intéresser le public d’aujourd’hui à cette pièce qui oscille entre vers carrément pompiers et morale franchement guindée ? D’autant que le pari de Grignan n’est pas mince : les gradins offrent plus de 700 places à chacune de la quarantaine de représentations. Et le public est celui des festivals et fêtes d’été, hétérogène et pas forcément acquis à la culture classique. Contre toute attente, jouant très habilement de la distance face à ce monstre du Lagarde et Michard, Jean Bellorini gagne son pari.

Le metteur en scène réduit la distribution à quatre acteurs et, du même coup, concentre l’intrigue sur les amours contrariées de Chimène et Rodrigue. Il tisse, en fils quasi invisibles, un récit qui permet de s’y repérer dans cet imbroglio de devoirs, vertus et valeurs intangibles respectées par ceux-là mêmes qu’elles écrasent. Il fait naître le plaisir du spectateur en lui montrant qu’il connaît par cœur un nombre impressionnant de répliques célèbres. Et l’on s’aperçoit avec quelque stupéfaction que la plupart vont joyeusement terminer les vers commencés.

Connivence avec le public

On est donc dans l’imposant château de Madame de Sévigné et on se sent chez Corneille comme à la maison. Personne ne s’étonne alors d’entendre François Deblock, acteur magnifique et virtuose dans le rôle du Cid, entonner SOS d’un terrien en détresse, et la salle de chantonner les yeux clos. Pas plus que d’entendre don Diègue (incroyable Federico Vanni venu du Théâtre de Naples) parler avec l’accent italien et mêler ses menaces de rappels mielleux à la tendresse familiale.

Il serait faux pourtant de comparer l’enchanteur Bellorini au Joueur de flûte des frères Grimm. S’il séduit son public avec quelques ruses, il l’entraîne ainsi dans la magie du théâtre. Les vers sont impeccablement dits, on entend la rythmique (assez simpliste il est vrai) des alexandrins cornéliens, les figures de style dont il raffole (anaphores, chiasmes à tous les étages) et tout cela se met au service de l’histoire de deux enfants qui s’aiment et voient leur amour stoppé net par l’intransigeance des pères tout-puissants.

Illusion, poudre de perlimpinpin et acteurs impeccables

C’est là que la scénographie inventive de Véronique Chazal fait mouche. En plantant devant la façade du monument de pierre un château gonflable de plastique, elle donne du dynamisme aux mouvements, fait naître la mer et ses gouffres, mais rend aussi visibles les tourments de ces jeunes amoureux. Dans cet univers qui tangue, ils sont sans cesse en déséquilibre et oscillent d’un sentiment à l’autre. Leur amour leur donne la force de franchir des montagnes de plastique gonflées d’air.

Qui l’eût cru ? Ce Cid-là a emballé le public familial de cette première soirée. L’ingéniosité du metteur en scène et de la scénographe y sont pour beaucoup. Les acteurs font le reste, tous excellents, avec des tempéraments très éloignés les uns des autres qui composent, pourtant, une cohérence. On ne boude pas notre plaisir. 🔴

Trina Mounier


Histoire d’un Cid, variation autour de la pièce de Pierre Corneille, de Jean Bellorini

Adaptation et mise en scène : Jean Bellorini
Avec : Cindy Almeida de Brito, François Deblock, Karyll Elgrichi, Clément Griffault (claviers), Benoit Prisset (percussions), Federico Vanni
Durée : 1 h 40 minutes
Dès 8 ans

Château de Grignan • 23 rue Montant au Château • 26230 Grignan
Du 27 juin au 24 août 2024 (sauf le 15 juillet et le 19 août), relâche le lundi, à 21 heures
De 10 € à 26 €
Réservations : 04 75 91 83 65 ou en ligne
Dans le cadre de Fêtes nocturnes de Grignan 2024, du 27 juin au 24 août

Tournée :
• Du 27 novembre au 20 décembre, TNP Villeurbanne
• Les 19 et 20 février 2025, La Coursive, scène nationale de La Rochelle
• Les 27 et 28 février, Le Bateau Feu, scène nationale de Dunkerque
• Du 5 au 7 mars, Comédie de Reims
• Les 13 et 14 mars, La Faïencerie, à Creil
• Les 3 et 4 avril, Théâtre de Nîmes
• Le 11 avril, Théâtre Louis Aragon, à Tremblay-en-France
• Le 6 mai, Théâtre de Privas
• Du 15 mai au 15 juin, Théâtre Nanterre-Amandiers

À découvrir sur Les Trois Coups :
Tempête sous un crâne, par Trina Mounier
Le Suicidé, par Trina Mounier
Il Tartufo,par Trina Mounier

Photos :
Mosaïque 1 : photo 2 © Jacques Grison
Toutes les autres © Christophe Reynaud De Lage

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Du coup, vous aimerez aussi...

Pour en découvrir plus
Catégories

contact@lestroiscoups.fr

 © LES TROIS COUPS