« J’aime », Laure Werckman, L’Artéphile, Festival Off Avignon 2023

Jaime-Laure-Werckmann © Adrien-Berthet

Les tremblements de l’âme

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Pour sa première mise en scène, Laure Werckmann a adapté le roman « J’aime », que lui a confié son autrice Nane Beauregard. Une évocation puissante et délicate du sentiment amoureux. Premier coup de cœur dans le Off pour ce seule en scène interprété de façon magistrale !

« Une femme aime un homme. Elle aime tout ce qui fait que cet homme est précisément cet homme-là. Ses manières de parler, de bouger, de marcher, de ne rien faire ou de faire, de penser, ses goûts et ses dégoûts, ses choix et ses rejets ». Dans une longue énumération, cette femme détaille le quotidien avec son mari. On songe à Pérec, sauf qu’il est question ici de sentiments. Alors les mots se bousculent aussi.

Ausculter avec une telle précision les faits et gestes de l’autre peut dérouter. Pourtant, cela traduit la beauté de la vie, dans sa simplicité. La routine rassure. Toutefois, derrière ce compte rendu presque clinique, la pièce creuse aussi l’intimité d’un amour dans sa complexité, voire son chaos.

Pourquoi donc cette femme est-elle là ? Tout d’abord, elle est une parmi tant d’autres. Ensuite, drapée derrière son sourire, elle nous fait face. Ou plutôt se fait face dans toute sa vulnérabilité. Sur scène, le fauteuil, la régisseuse discrète au plateau, l’ambiance de boudoir, évoquent le cabinet d’un psy. Après un préambule long et nécessaire, comme dans une salle d’attente, son introspection peut commencer.

Là où le dire travaille l’être

Dans cet espace chaleureux, propice à laisser la parole se déployer, la présence de l’interprète irradie. À la longue phrase sans ponctuation du roman, Laure Werckmann apporte souffle et chair. Sans complaisance mais avec sensibilité, elle choisit d’abord ses termes. Elle n’étale pas ses maux, dit ce qui échappe au langage, mais chaque mot palpite. Comme une vague puissante, le flux et le reflux du désir l’animent. Dans les plis, la comédienne vibre de tout son être. Avec grâce et sensualité. Chaque geste, chaque regard est étudié pour exprimer l’indicible ou le temps qui passe. De la pudeur à l’exaltation, en passant par la colère, les changements de ton et de rythme sont d’une grande subtilité.

À quoi se raccrocher quand le sol se dérobe ? Guindes, poulies, plancher quadrillé… La sobriété permet de basculer dans l’imaginaire. Cette femme s’est-t-elle fait rouler dans la farine ? Toujours est-il que cette farine, comme le sablier, est une très belle idée de mise en scène pour signifier l’emprise et les années qui passent. Les lumières chaudes et tamisées traduisent les glissements d’espaces, de temps, propres à l’inconscient et à la cure. Entre aveux et fantasmes, une pluie d’étoiles nous emporte loin.

Trop plein et déliés

Nourrie de la philosophe Anne Dufourmantelle et d’autres analyses psychanalytiques, Laure Werckmann a su restituer les états d’âme de cette amoureuse, le cheminement de sa quête intérieure, avec ses circonvolutions, malgré les lignes tracées à la craie sur le sol. Entre renoncements et ratés, les respirations sont autant de brèches qui disent beaucoup des mystères de l’amour, de ses fulgurances, ses excès, ses bouleversements.

Surtout, cette traversée sensible dresse moins le portrait de l’autre, que celui d’une femme qui, par cette révélation, apprivoise qui elle est, sa multiplicité et son humanité. Alors, cette femme, une parmi tant d’autres, en ressort plus forte. Amoureuse, plus que jamais. 🔴

Léna Martinelli


J’aime, de Laure Werckman

D’après le texte de Nane Beauregard, édité aux éditions P.O.L en 2006
Site de la cie Lucie Warrant
Adaptation, mise en scène et jeu : Laure Werckmann
Création lumière : Philippe Berthomé
Collaboration à la scénographie et régie plateau : Angéline Croissant
Création musicale : Olivier Mellano
Collaboration à la mise en scène : Noémie Rosenblatt
Régie générale et lumière : Louisa Mercier
Durée : 1 heure
Dès 15 ans

L’Artéphile • 7, rue du Bourgneuf • 84000 Avignon
Du 7 au 26 juillet 2023 (sauf 13 et 20), à 19 h 35
De 10 € à 15 €
Réservations : 04 90 03 01 90 ou en ligne

Dans le cadre du Festival Off Avignon, du 7 au 29 juillet 2023
Plus d’infos ici
Dans le cadre du dispositif Grand Est & Compagnies à Avignon

Tournée :
• Du 9 au 12 janvier 2024, Théâtre de la Manufacture CDN de Nancy
• Le 26 mars, Théâtre de la Madeleine, à Troye
• Du 11 au 12 avril, Espace Bernard Marie Koltès, à Metz
• Le 19 avril, Espace 110, à Illzach
• Le 21 mai, Le Diapason, à Vendenheim

À découvrir sur Les Trois Coups :
« Freedom », programmation de L’Artéphile, par Léna Martinelli

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Du coup, vous aimerez aussi...

Pour en découvrir plus
Catégories

contact@lestroiscoups.fr

 © LES TROIS COUPS