Les Molières 2022, Les Folies Bergères, Paris

http://prod.lestroiscoups.fr/wp-content/uploads/2022/06/1-Isabelle-Carré-Présidente-des-Molières-2022.jpeg

Quelle bonne blague !

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Retransmise en prime time sur France 3 lundi soir, la cérémonie des 33Molières s’est déroulée au théâtre des Folies Bergères. Outre 19 récompenses, un Molière d’honneur a été remis à Jacques Weber pour sa carrière et un hommage rendu à Michel Bouquet. Une soirée étoilée ou sans panache ? Une fête ratée qui a fait la part belle aux comédies.

C’est un enjeu de taille. Tout ce qui est donne une visibilité sur les spectacles à l’affiche est bienvenu, d’autant que, selon l’Association pour le Soutien du Théâtre Privé (ASTP), la baisse de fréquentation lors du premier trimestre 2022 est en retrait de 44 % par rapport à la même période de 2019, suite à la pandémie et compte tenu de l’actualité sous tension.

Quand même rassurés d’être toujours vivants, dans un contexte de spectacle moribond, tous ceux montés sur scène n’ont eu de cesse d’inciter les gens à reprendre le chemin des salles : « Partageons-y nos émotions ! », comme l’a clamé la présidente de cette édition, l’actrice Isabelle Carré, car c’est « l’un des derniers endroits où des vivants peuvent vibrer ensemble », a précisé Léna Bréban, metteure en scène du multi-récompensé Comme il vous plaira.

Un palmarès au service du divertissement

Le succès du Théâtre de la Pépinière (jusqu’au 11 juin) rafle effectivement quatre statuettes (lire la critique de Bénédicte Fantin). Cette version survoltée de la comédie shakespearienne est menée tambour battant par une troupe au diapason. La nouvelle traduction, moderne, mêle aventure, amour, désir, amitié, passion, jalousie dans la nature sauvage. Un sacré défi de création en sortie de Covid !

Berlin Berlin a remporté le Molière de la comédie et le Molière du comédien dans un spectacle de théâtre privé (Maxime d’Aboville). Un autre spectacle de troupe qui représente un pari dans le secteur privé. Marc Arnaud, fier de partager ses efforts pour accéder à la paternité (un sujet rare en humour), obtient le Molière du seul en scène pour la Métamorphose des cigognes (lire notre critique), créé au Théâtre du Train Bleu (succès du dernier Festival Off d’Avignon), puis repris à La Scala Paris et au Théâtre Comédie Odéon.

Le Théâtre Fontaine et le Théâtre de Paris devraient afficher complet longtemps. En effet, deux statuettes ont également été remises à la comédie musicale à succès les Producteurs (lire la critique de Maxime Grandgeorge). Au fil du temps, la pièce de Mel Brooks est devenue un classique de Broadway. Une  nouvelle mise en scène du multi-primé, Alexis Michalik, décidément incontournable à Paris !

Le Voyage de Gulliver, de Christian Hecq et Valérie Lesort, totalise deux Molières (dont celui de la mise en scène pour un spectacle du théâtre public). Un remarquable travail sur le minuscule, avec des interprètes pas plus hauts que six pouces, qui a abouti à un résultat gigantesque.

Nominé cinq fois, les Gros patinent bien, cabaret de carton, créé au Théâtre du Rond-Point avant d’être repris au Théâtre Tristan Bernard, aurait dû cartonner (lire notre critique). Pierre Guillois et Olivier Martin-Salvan ne décrochent finalement qu’une seule distinction. Dommage ! Cela n’a pas empêché ces joyeux lurons de demander à la nouvelle ministre, Rima Abdul Malak, présente dans la salle, de « créer un théâtre national dédié à la comédie» ! Ils ont ensuite fait sensation avec leur trophée de circonstance, sans toutefois se départir de la statuette dorée.

Molière-du-Théâtre Public-Les Gros patinent bien-cabaret de carton-Pierre-3-6-Guillois-Olivier-Martin-Salvan © Theatres et Producteurs associés
L’équipe de « Les Gros patinent bien, Cabaret de carton », Molière du Théâtre public © Théâtres et Producteurs associés

Quant à Harvey, de Mary Chase, mise en scène Laurent Pelly, il permet à Jacques Gamblin de remporter, pour la seconde fois, le Molière du comédien dans un spectacle de théâtre public (lire la critique de Trina Mounier). Relevons le Molière du jeune public remis à J’ai trop d’amis, de David Lescot (à l’affiche de l’Espace Cardin Théâtre de la Ville jusqu’au 7 juin, puis repris pour une très longue tournée et dans le cadre du Festival Off d’Avignon, à la Manufacture) ; un Molière de l’autrice francophone vivante à Pauline Bureau pour Féminines (autre création du Théâtre de la Ville, suivie d’une importante tournée partout en France) ; ainsi que le Molière de la comédienne dans un spectacle de théâtre public à Clotilde Hesme, pour Stallone.

Sans surprise, l’humour, la comédie musicale et le fantastique l’ont donc emporté, une fois de plus. On ne remet pas en cause la qualité de ces spectacles (la plupart de nos critiques sont élogieuses), mais l’image donnée du théâtre ne reflète pas la réalité. Lors de son Molière d’honneur, Jacques Weber a bien cité Laurent Terzieff : « Il n’y a pas des théâtres ; il y a le théâtre », pour évoquer la traditionnelle opposition entre les secteurs subventionné et privé. Conflit ancestral réglé en partie par la création de catégories visant une représentation plus équilibrée.

Molieres-2022

Pourtant, le théâtre – les théâtres – n’est-il pas plus varié, nuancé, que le divertissement ? Ne se fait-il pas l’écho des graves crises que nous traversons ? Faisons davantage confiance aux spectateurs, pas tous enclins à la facilité ! Aussi, sommes-nous déçus qu’Avant la retraite, de Thomas Bernhard, mise en scène par Alain Françon, pourtant nominé quatre fois, ne fasse pas partie de la liste des lauréats, sans doute car il a déjà été repris longtemps (lire notre critique). Enfin, le critère de sélection des spectacles en concurrence pose encore et toujours problème.

Heureusement, lors d’une « semaine spéciale qui célèbre le théâtre dans toute sa vitalité et sa diversité » (et en streaming), France Télévision et Culturebox élargissent les horizons : Snow Thérapie, Par le bout du nez, Times Square, Clara Haskil, prélude et fugue, mais aussi Maîtres anciens, Dom Juan… Surtout, de nombreux spectacles sont actuellement à l’affiche, avec des acteurs.ices à voir en chair et en os.

Molière, un vieux monsieur

La cérémonie coïncidait avec le 400anniversaire de la naissance de Molière. La séquence filmée, en guise d’introduction, annonçait le ton : lors de sa visite à l’auteur dans un Ephad, le maître de cérémonie vient se rassurer, mais il croise Sartre, Feydeau, Claudel, Olympe de Gouges, une toute petite partie de la famille du théâtre, et un auteur en forme, malgré son grand âge : « Les Molières ? Niveau humour, on se marre plus avec Ibsen mis en scène par Haneke ! ».

Molieres-2022

Mais « que diable Alexis Vizorek est-il, en effet, allé faire dans cette galère ?! » Pour la seconde fois, l’humoriste a accepté de relever le défi. Son humour a fait mouche et il a rythmé la soirée avec des extraits forts à propos. Pour les transitions assurées par les invité.e.s, elles n’ont pas toutes été aussi heureuses.

Fidèle à lui-même, Fabrice Lucchini a fait du Lucchini, quand bien même on lui a commandé un hommage à Michel Bouquet. Accompagné d’une Salomé Lelouch, plus impériale que jamais, pieds nus, Pierre Arditi, aussi très à l’aise dans l’autodérision, a également fait du Arditi mais – une fois n’est pas coutume – il est parvenu à nous faire sourire. Une révélation, même s’il ne décrochera évidemment pas la Révélation masculine tant convoitée !

#MeToo au théâtre

Pendant que le gratin se poilait, d’autres manifestaient. La militante féministe Alice Coffin et l’actrice Adèle Haenel ont participé à un rassemblement pendant la cérémonie. Devant le théâtre, car le collectif qui dénonce les violences sexuelles et sexistes dans le milieu, et les Molières n’ont pas trouvé d’accord sur le contenu du discours : « Transmis « très en retard » aux organisateurs, le texte du collectif « n’apportait pas de propositions« , abordait « un exemple personnel » et « dénonçait la présence de violeurs dans la salle, ce qui est une assertion totalement gratuite« , explique Jean-Marc Dumontet (ndlr : président des Molières et par ailleurs producteur à la tête de plusieurs théâtres parisiens) », lit-on sur Culturelink. « On est peut-être mieux devant que dedans, sourit Séphora Haymann. Est-ce qu’on aurait vraiment pu pointer un dysfonctionnement en étant au cœur de cette fabrique ? », rapporte Libération.

D’abord, Isabelle Carré a porté la voix des militantes en arborant l’ouvrage qui vient de paraître aux éditions Libertalia : « Moi, qui crois aux livres et qui crois au pouvoir des mots, je voulais simplement vous montrer ce livre, #MeTooThéâtre, qui va bientôt sortir et qui, je crois, est un outil important pour faire avancer les choses. Et ainsi, de cette manière, en parlant d’elles, ces femmes courageuses sont un peu parmi nous ce soir. Moi, présidente des Molières, je laisserai chacun prendre la parole comme il l’entend », a-t-elle déclaré.

Ainsi, bien que ses représentantes aient été écartées, #MeTooThéâtre a-t-il pu se retrouver sur le devant de la scène. Bravo à Andrea Bescond (elle a obtenu, entre autres, le Molière seule en scène en 2016 pour les Chatouilles ou la Danse de la colère) et Éric Metayer pour avoir dénoncé « des viols impunis, les ministres accusés de violer et toujours au gouvernement ! ». Sur scène, d’autres prises de paroles ont résonné, comme celle d’Ariane Ascaride, qui a rendu hommage aux actrices, au « courage de ces battantes ». Quant à Nathalie Mann, représentant Actrices et Acteurs de France associés, elle a appelé à nommer un.e référent.e pour les violences sexuelles et sexistes dans les institutions théâtrales, comme c’est déjà le cas sur les tournages de cinéma. « Vous ne savez toujours pas ce qui se passe à l’intérieur de vos théâtres », a-t-elle affirmé.

Oui, savons-nous ce qui se passe vraiment dans nos théâtres ? Manifestement, les Molières préfèrent la fête aux sujets qui fâchent. Pour séduire un vaste public : Comme il vous plaira ! Espérons que la ministre de la Culture, décidément très sollicitée, se saisissent de ces dossiers importants : « 18 % de l’argent public va à des compagnies dirigées par des femmes », a également souligné Pauline Bureau, appelant Rima Abdul Malak à en faire son cheval de bataille. Oui, il y a du boulot. Et ce n’est pas une blague. 

Léna Martinelli


Molières 2022

Maître de cérémonie : Alex Vizorek

Présidente du jury : Isabelle Carré

Production : ACT 4

Réalisation : Franck Broqua

Décors : Olivier Illouz

Lumières : Arthur Cemin

Théâtre des Folies Bergère • 32, rue Richer • 75009 Paris

Lundi 30 mai 2022

En direct sur France 3, en streaming sur France Télévision

Site officiel des Molières

Palmarès

  • Molière du théâtre public : Les Gros patinent bien, cabaret de carton, de Pierre Guillois et Olivier Martin-Salvan
  • Molière du théâtre privé : Comme il vous plaira, de William Shakespeare, mise en scène de Léna Bréban
  • Molière du comédien dans un spectacle de théâtre public : Jacques Gamblin dans Harvey, de Mary Chase, mise en scène de Laurent Pelly
  • Molière de la comédienne dans un spectacle de théâtre public : Clotilde Hesme dans Stallone, de Fabien Gorgeart, Clotilde Hesme et Pascal Sangla d’après Emmanuèle Bernheim, mise en scène de Fabien Gorgeart
  • Molière du comédien dans un spectacle de théâtre privé : Maxime d’Aboville dans Berlin Berlin, de Patrick Haudecoeur et Gérald Sibleyras, mise en scène de José Paul
  • Molière de la comédienne dans un spectacle de théâtre privé : Barbara Schulz dans Comme il vous plaira, de William Shakespeare, mise en scène de Léna Bréban
  • Molière de la révélation féminine : Salomé Villiers dans Le Montespan, de Jean Teulé, mise en scène d’Étienne Launay
  • Molière de la révélation masculine : Benoît Cauden dans Les Producteurs, de Mel Brooks, mise en scène d’Alexis Michalik
  • Molière du seul en scène : La Métamorphose des cigognes, de Marc Arnaud, mise en scène Benjamin Guillard
  • Molière de la comédienne dans un second rôle : Ariane Mourier dans Comme il vous plaira, de William Shakespeare, mise en scène Léna Bréban
  • Molière du comédien dans un second rôle : Nicolas Lumbreras dans La Course des géants, de Mélody Mourey, mise en scène Mélody Mourey
  • Molière du metteur en scène dans un spectacle de théâtre public : Christian Hecq et Valérie Lesort pour Le Voyage de Gulliver, d’après Jonathan Swift
  • Molière du metteur en scène dans un spectacle de théâtre privé : Léna Bréban pour Comme il vous plaira, de William Shakespeare
  • Molière de la création visuelle et sonore : Le Voyage de Gulliver, d’après Jonathan Swift, mise en scène Christian Hecq et Valérie Lesort
  • Molière du spectacle musical : Les Producteurs, de Mel Brooks, mise en scène Alexis Michalik
  • Molière de la comédie : Berlin Berlin, de Patrick Haudecoeur et Gérald Sibleyras, mise en scène José Paul
  • Molière de l’humour : Vincent Dedienne dans Un soir de gala, de Juliette Chaigneau, Vincent Dedienne, Anaïs Harté et Mélanie Lemoine, mise en scène Juliette Chaigneau et Vincent Dedienne
  • Molière du jeune public : J’ai trop d’amis, de David Lescot, mise en scène David Lescot
  • Molière de l’autrice francophone vivante : Pauline Bureau pour Féminines

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Du coup, vous aimerez aussi...

Pour en découvrir plus
Catégories
Précédent
Suivant

contact@lestroiscoups.fr

 © LES TROIS COUPS