« Tout rien », Alexis Rouvre, Festival théâtral du Val d’Oise, PIVO

Tout-rien-Alexis-Rouvre-cie-Modo-Grosso © Angela-Malvasi

Presque rien

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

À partir de presque rien, Alexis Rouvre livre une démonstration bluffante des lois physiques qui régissent notre univers. Du cirque d’objet qui invite le public à un voyage hors du temps plein de surprises. Fascinant. Un des coups de coeur du Festival théâtral du Val d’Oise.

Quand un simple tricot se transforme en toile, l’infiniment petit prend de drôles de dimensions. Ça ne tourne pas rond, semble-t-il, pour ce personnage à contre-courant, installé dans une cabine évoquant une navette spatiale. Le regard magnétique, véloce, il enfile les mailles, enchaîne les cafés, tente de ralentir des objets soumis à des vitesses phénoménales. Que le temps s’égrène ou s’emballe, il se concentre sur l’essentiel : les sensations. Ici et maintenant. Mais bien qu’attentif et méticuleux, il est souvent dépassé par les événements.

Le fil directeur de ce spectacle qui frôle avec l’absurde ? De la laine à la chaînette, Alexis Rouvre livre sa perception du temps, inspirée de l’astrophysicien Carlo Rovelli, l’un des fondateurs de la gravité quantique à boucles et du philosophe des sciences Étienne Klein. Tout un programme et sans un mot ! En toute légèreté, avec des balles déclinées dans des formes insolites.

Jongleur et alchimiste

Le spectacle détricote nos repères, bouscule durée et époques. Débusquant le temps, celui qui file, pour lui donner forme, Alexis Rouvre le saisit dans son mouvement. Quand il ne le tord pas, il le dilate, ouvrant sur l’envers de l’instant qui passe et pourtant laisse des traces. Déviant la chute des objets, il tente de le suspendre, de l’inverser. Du silence au fracas, de la sobriété à l’amplification, du ralenti à l’accélération, le jongleur s’appuie sur des forces antagonistes. Et c’est vertigineux.

À partir d’objets simples, la compagnie belge Modo Grosso compose une œuvre d’une poésie dense, qui flirte avec la métaphysique. Ces pierres volcaniques intemporelles ne seraient-elles pas issues de la pierre philosophale ? Et ces pendules ! Comme par magie, ils s’animent, disparaissent, pour mieux réapparaître jusqu’à l’immobilité d’une vanité. Donnant vie à cette nature morte, le jongleur défie la finitude. Quelle poésie !

À quoi bon chercher à tout contrôler, puisque le temps finira sans doute par s’arrêter ? Le néant rempli d’hypothèses devient palpable. Alexis Rouvre fait entrevoir, sinon sentir, des notions complexes. Depuis ces formes géométriques dessinées dans l’espace, jusqu’au moindre symbole, un rien maintient tout. Aux quatre éléments constitutifs de l’univers (eau, terre, feu, air) s’ajoute la quintessence, cinquième élément de synthèse. Un détail suffit à reconsidérer la gravité de notre planète, l’univers. Le grand « tout », de notre monde contemporain qui court à sa perte, à d’autres temps immémoriaux.

Des trucs simples pour des effets bœuf

Riches en variations rythmiques, visuelles et mélodiques, les manipulations sont aussi hypnotiques. L’artiste joue avec les différentes énergies des matériaux (céramique, métal, tissus) et les lois physiques. Le dispositif sur table et le gradin semi-elliptique permettent une bonne visibilité. La spatialisation sonore nous fait vivre une expérience sensorielle totale. Lampes de poche, à sodium, stroboscope, lumière noire… Les éclairages cachent plus qu’ils ne montrent. Ou plutôt, ils révèlent l’invisible, en ponctuant un spectacle, réglé au cordeau.

C’est un moment unique. Cette proposition originale nous fait appréhender la relativité de l’existence avec humour et profondeur. On ne jette rien. On garde tout. Bravo à cet artiste très doué, qui nous a littéralement aimantés. 🔴

Léna Martinelli


Tout rien, d’Alexis Rouvre

Site de la cie Modo Grosso
Avec : Alexis Rouvre
Conseil artistique : Jani Nuutinen
Composition musicale : Loïc Bescond
Regard complice : Angela Malvasi
Conception et construction du gradin : Jean-Marc Billon et Jani Nuutinen (Circo Aereo)
Construction scénographie : Sylvain Formatché et Alexis Rouvre
Costume : Frédéric Neuville
Conseil technique et création régie : Hadrien Lefaure
Régie générale : Joachim Gacon-Douard
Tout public à partir de 7 ans
Durée : 55 minutes

Salle Scheurer • 64, rue de Chambly • 95660 Champagne / Oise
Le 8 décembre 2023
En partenariat avec Point communs, nouvelle scène nationale Cergy-Pontoise / Val d’Oise
Dans le cadre du Festival théâtral du Val d’Oise, du 9 novembre au 19 décembre 2023, organisé par PIVO, pôle itinérant en Val d’Oise, scène conventionnée art en territoire

Tournée ici :
• Le 15 février 2024, Festival Spinrag, à Courtrai (Belgique)
• Le 2 mars, Le Sirque, pôle national cirque, à Nexon
• Du 7 au 9 mars, Festival La tête dans les nuages, Théâtre d’Angoulême
• Le 12 mars, Théâtre du Cloître, à Bellac
• Le 16 mars, Odysca, à Biscarosse
• Les 21 et 22 mars, La Centrifugeuse, à Pau
• Les 25 et 26 mars, Espace Jéliote, centre national de la marionnette, à Oloron-Sainte-Marie
• Le 28 mars, Marionnettissimo, à Tournefeuille
• Les 17 et 18 avril, Centre Culturel de Colfontaine (Belgique)
• Le 21 avril, Festival Boze Wolf, Centre culturel Het Gasthuis, à Aarschot (Belgique)

Photos : une et n° 2 de la mosaïque © Angela Malvasi ; n° 2 et n° 4 de la mosaïque © Cloé Brockmann

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Du coup, vous aimerez aussi...

Pour en découvrir plus
Catégories

contact@lestroiscoups.fr

 © LES TROIS COUPS