« Affabulazione », de Pier Paolo Pasolini, Rideau de Bruxelles

« Affabulazione » © Émilie Lauwers

Grandeur et décadence du père chez Pasolini

Par Cécile de Palaminy
Les Trois Coups

Figure marquante du xxe siècle, le cinéaste italien Pasolini signe avec « Affabulazione » un drame tranchant comme une lame. La pièce s’intéresse au parcours d’un père obsédé par son fils jusqu’à la démesure. Il en perd son autorité, ses certitudes, et jusqu’à sa substance. C’est l’occasion pour l’auteur d’explorer les non-dits et les dessous d’une relation peu ordinaire.

Un homme se réveille choqué par le mauvais rêve qui vient de le saisir. Il s’est vu poursuivi par un garçon plus grand que lui. Dans ce garçon, il voit son fils. Ce cauchemar est-il une prémonition ? Le fils va-t-il surpasser le père ? Ce fils qu’il voulait voir marcher dans ses traces devient un rival. Car le fils a grandi, il est beau, il déborde de l’insouciance de ses 19 ans. Il a même une petite amie très jolie. Tout cela, le père en est jaloux à se tordre de douleur. Il n’a plus la maîtrise du destin de son fils. Peu à peu, ce rêve remet en cause tout son univers : non seulement son lien avec son fils, mais aussi son assise dans la société milanaise qu’il dominait. Était-il bien lui-même avant de comprendre par le rêve son impuissance ? D’un coup, l’assurance et l’ironie qui le caractérisaient le quittent. Comment se libérer de cette peur panique de son fils ? Comment résoudre cette rivalité ?

Les acteurs portent la pièce avec une grande générosité. En premier, Fabrice Rodriguez donne vie au père, figure charismatique qui se croit « inattaquable » et sombre dans l’isolement, la paranoïa, la violence. Louise Manteau, la petite amie, est légère et fraîche comme une fleur des champs. Elle est l’oxygène de cette pièce tout en tensions. Quant à Renaud Tefnin, il offre un beau portrait de jeune homme en pleine affirmation de soi. Ainsi, chacun des personnages est un être humain sensible et non un archétype. C’est pourquoi leurs émotions ont une saveur qui ne laisse pas indifférent.

Du point de vue de la mise en scène, la survenue de la nudité à plusieurs reprises est redondante par rapport au texte. Si le sexe est symbole de virilité et concentre la rivalité père-fils, cette nudité ne rend pas l’instant plus cru ou plus intense. Car, en 2010, la nudité sur scène n’est plus choquante. Elle devient une mode, voire une manie. Il est étonnant que la mise en scène, sobre et juste par ailleurs, ait cédé à cette mode.

Dans cette pièce, Pasolini veut lutter contre « le conformisme de la rébellion ». En d’autres termes, alors qu’il est de bon ton de se révolter, l’auteur explore le deuxième degré de la révolte. Pour cela, il renverse le mythe œdipien. Et il mélange tout : références littéraires, contexte politique, société bourgeoise, individus mal aimés. Dans ce sens, le texte fourmille d’idées complexes et de digressions extravagantes, comme exprès pour nous perdre. Et, effectivement, on décroche. Même si la volonté de Pasolini est bien de brouiller les pistes, l’ennui n’est pas loin devant l’avalanche des monologues. Certes, l’auteur donne par ce moyen une image très juste de la réalité que nous avons échafaudée : étourdissante et embrouillée. Toutefois, à moins d’être un aficionado de Pasolini, on trouvera que cette affabulazione traîne en longueur. 

De notre correspondante à Bruxelles
Cécile de Palaminy


Affabulazione, de Pier Paolo Pasolini

Texte publié dans le volume « Théâtre », aux éditions Actes Sud, collection « Babel », 1995

Traduction de Michèle Fabien et Titina Maselli

L’Acteur et l’Écrit-Cie Frédéric-Dussenne • 216, avenue de la Couronne • 1000 Bruxelles

Tél. +32 (0)2 640 53 08

Mise en scène : Frédéric Dussenne

Avec : Louise Manteau, Fabrice Rodriguez, Ariane Rousseau, Renaud Tefnin et Benoît Van Dorslaer

Scénographie : Thibault Vancraenenbroeck

Lumières : Renaud Ceulemans

Costumes : Lionel Lesire

Musique originale : Michel Charpentier

Chorégraphie : Laurent Flament

Assistante à la mise en scène : Muriel Legrand

Régie générale : Gauthier Minne

Habilleuse : Carine Duarte

Stagiaire régie : Marion Benhammou

Photo : © Émilie Lauwers

Coproduction : L’Acteur et l’Écrit-Cie Frédéric-Dussenne / Rideau de Bruxelles

Ce spectacle fait partie d’un diptyque, dont la deuxième œuvre, Bête de style, sera créée en septembre prochain à L’Atelier 210, en partenariat avec le Rideau

Rideau de Bruxelles, auditorium Paul-Willems • palais des Beaux-Arts • 23, rue Ravenstein • 1000 Bruxelles

Informations et réservations : +32 (0)2 507 83 61

ou Bozar Tickets : 18, rue Ravenstein • 1000 Bruxelles

www.rideaudebruxelles.be

Du 23 février au 18 mars 2010, le mardi et du jeudi au samedi à 20 h 30, le mercredi à 19 h 30, le dimanche à 15 heures, relâche le lundi

Durée : 1 h 55

20 € | 15 € | 14 € | 10 € | 8 €