Rechercher

« Batailles », de Roland Topor et Jean‑Michel Ribes, Théâtre du Rond‑Point à Paris

Batailles © Brigitte Enguérand

Un beau feu d’armistice

Par Cédric Enjalbert
Les Trois Coups

Le Rond-Point est en guerre, une drôle de guerre. Que les cartésiens se mettent aux abris : le rire de Topor et Ribes ravage tout, sans pitié pour les ratiocineurs. Le long de la ligne imagino, la raison a déserté. On bombarde d’absurde, on fait péter l’insolite, on saute sur des petites pièces déflagrantes. Bombe textuelle à fragmentation, « Batailles » fait des éclats… de rire.

Scène première, « bataille navale » : aristo contre prolo, ou le Radeau de la Méduse revisité. Le « méduseur » : Arditi, le « médusé » : Berléand. Paumés en pleine mer sur un radeau à l’équilibre instable, les deux compagnons de fortune nous rejouent la lutte des classes version le marquis de Blaindaimé contre Plantin. Quand le pseudo-Proust de marquis s’essaye à l’écriture d’un message de secours pour une bouteille à la mer, ça donne une prose ampoulée dans un style tirebouchonné. Du caca parfumé, dixit Plantin. Pour lui, c’est plutôt : S.O.S. Stop. S.O.S. Stop. Mais voilà, s’il a la bouteille, le marquis a la plume : pour écrire il va falloir se battre.

L’échange Arditi-Berléand est parfaitement drolatique, plein de verve et d’humour noir. Les deux pince-sans-rire à la dérive sur leur radeau pourri nous offrent un moment vraiment jouissif. La bataille reprend scène suivante : bataille au sommet. Même schéma, même stratégie. Le dandy Arditi en smoking à flanc de montagne apprend à un alpiniste en short de peau, chaussettes en laine et bonnet péruvien que l’au-delà est… un bar, genre P.M.U. dans l’Himalaya. Entre deux, Juliette laisse littéralement tomber Roméo… de son balcon en béton, parce qu’il faut savoir être raisonnable et se quitter à l’amiable. La même Tonie Marshall nous revient couverte du sang de son mari massacré, parce qu’il prenait trop de place. Bataille finale : un eurodéputé nudiste en chemise rose dans un jardin des Yvelines, un vigneron assassin reconverti en anthropologue revenu d’Afrique et Irène la femme dévoratrice que l’on se dispute… à qui voudra bien la « reprendre ».

Si Tonie Marshall assume honorablement son rôle, dans des monologues principalement, les numéros de duo explosifs Arditi-Berléand sont, eux, réellement fameux. L’un aristo délicieusement snob, l’autre matérialiste franchement fruste, tous deux s’en donnent à cœur joie dans une logorrhée absurde. Folie furieuse et délire dada des mots échangés sans raison ou la raison mise à sac, cul par-dessus tête : les comédiens s’amusent, c’est évident et terriblement vivifiant. Quant au décor de Jean‑Marc Stehlé ? Il est parfait : inventif, coloré, fantaisiste, un vrai décor de théâtre. La kitschissime statue grecque-range-bouteilles en carton-pâte, plantée entre les rosiers et le gazon d’un jardin des Yvelines, vaut à elle seule le détour. Le déroulement bien rythmé des saynètes répond à un schéma classique mais efficace, et les changements « d’atmosphère » sont extrêmement élégants.

À l’issue du spectacle, l’on se prend à imaginer la complicité qui devait animer Jean‑Michel Ribes et son copain défunt Roland Topor, deux gosses en manque de sérieux, pour écrire à deux mains « ces cinq courtes fantaisies autour du conflit » avec tant d’aisance et de spontanéité. Voilà donc un beau feu d’armistice, pardon traité d’artifice, qui éclate en faveur d’une « paix qui bouge, qui remue, qui a du rythme, une paix aux joues rouges, avec des bleus par-ci par-là, une paix qui danse et qui rigole, une paix vivante quoi, qui roupille pas, bref, une paix toute faite de batailles » (Jean‑Michel Ribes).

À noter : le post-scriptum à la note d’intention. « P.‑S. : le Théâtre du Rond-Point, dont la mission est de programmer les seuls auteurs vivants, a accepté tout à fait exceptionnellement pour Batailles que la composition de l’auteur soit constituée pour 50 % de vivant, considérant que les autres 50 % sont de rire éternel ». Voilà, me semble-t-il, ce qu’on appelle le « rire de résistance ». 

Cédric Enjalbert


Batailles, de Roland Topor et Jean‑Michel Ribes

Mise en scène : Jean‑Michel Ribes

Assistante à la mise en scène : Camille Kiejman

Avec : Pierre Arditi, François Berléand, Tonie Marshall

Décor : Jean‑Marc Stehlé assisté d’Audrey Vuong

Costumes : Juliette Chanaud

Lumières : Hervé Gary

Son : Samuel Gutman

Photos : © Brigitte Enguérand

Théâtre du Rond-Point • 2 bis, avenue Franklin‑D.‑Roosevelt • 75008 Paris

www.theatredurondpoint.fr

Réservations : 01 44 95 98 22

Du 20 février au 20 avril 2008 à 21 heures, dimanche à 15 heures

Durée : 1 h 25

33 € | 24 € | 16 € | 14 € | 10 €

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Du coup, vous aimerez aussi...

Pour en découvrir plus
Catégories
Précédent
Suivant

contact@lestroiscoups.fr

 © LES TROIS COUPS