Entretien avec Éric Chantelauze, auteur du livret et des paroles de « Comédiens ! » au théâtre de la Huchette à Paris

Eric Chantelauze © Philippe Escalier Eric Chantelauze © Philippe Escalier

« Du théâtre dans le théâtre pour les 70 ans de la Huchette »

Par Jeannine Boubet
Les Trois Coups

Après plusieurs mois de succès à la Huchette et une brève interruption, « Comédiens ! », qui a reçu cinq trophées lors de la seconde cérémonie de la Comédie musicale, reprend à partir du 2 octobre. Rencontre avec Éric Chantelauze, dialoguiste et parolier.

Comment l’idée de Comédiens ! est-elle née ?

Après le succès des spectacles musicaux proposés au Théâtre de la Huchette, (Kiki de Montparnasse, la Poupée sanglante et l’Écume des jours), son directeur, Franck Desmedt, a demandé à Samuel Sené de lui proposer un nouveau projet avec trois comédiens chanteurs et instrumentistes. Venant de l’opéra (en tant que chef d’orchestre et metteur en scène), Samuel avait depuis longtemps l’envie d’adapter l’opéra de Leoncavallo, Paillasse. Il m’a alors contacté pour créer le livret. 

Comment l’anniversaire de ce petit théâtre (70 ans), a-t-il influé sur ce spectacle en projet ?

Effectivement, 2018 marquait les 70 ans du Théâtre. Nous avons alors décidé d’inscrire notre spectacle à l’ouverture du lieu, en 1948. Cela a tout de suite donné une direction très précise en ce qui concerne le style musical (musique : Raphaël Bancou) et l’aspect visuel (costumes : Julia Allègre, décor : Isabelle Huchet). Notre spectacle allait être « jazzy » et les costumes marqués par la mode du début des années 50.

« Comédiens ! » de Samuel Sené © Philippe Escalier
« Comédiens ! » de Samuel Sené © Philippe Escalier

Et qu’est devenu Paillasse, dans ces conditions ?

L’opéra raconte l’histoire d’une troupe de Commedia dell’arte en Italie. Nous nous sommes demandé quel pouvait être le pendant français de ce genre populaire. Nous avons opté pour le vaudeville. Un vaudeville musical en l’occurrence.

Donc, notre histoire raconte la venue d’une troupe de comédiens qui a l’opportunité de jouer à Paris une pièce qui lui a valu un franc succès en province. Problème : lorsqu’ils arrivent dans le lieu, celui-ci est minuscule et leur décor ne rentre pas. Ils doivent alors adapter leur spectacle juste avant la représentation du soir.

Le sujet est donc bien adapté au lieu : le théâtre de La Huchette est minuscule !

En effet ! Et ce théâtre dans le théâtre nous a amenés à marquer, visuellement et au niveau du jeu des acteurs, deux styles très différents :  on voit des jeunes gens de 1948 répéter « en civil » un vaudeville musical de la fin du XIXe siècle, qu’ils finiront par jouer en costumes d’époque.

« Comédiens ! » de Samuel Sené © Philippe Escalier
« Comédiens ! » de Samuel Sené © Philippe Escalier

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans l’écriture ?

Samuel est venu avec une idée et un concept très fort, il m’a fourni une structure très précise. Mon travail a été de différencier les deux parties de la narration : la partie contemporaine, dans un style réaliste et « parlé » de 1948, et la partie vaudeville pour laquelle j’ai utilisé les conventions et le style particulier d’auteurs comme Feydeau ou Courteline. Je n’avais pas envie d’adapter une œuvre existante ; j’ai donc inventé une pièce : « Au diable Vauvert » et son auteur, Léon Roussin. Samuel m’a d’ailleurs demandé d’écrire cette pièce en entier, alors qu’on n’en verrait en scène que quelques extraits !

D’autre part, il a tenu à ce que les auditions des comédiens aient lieu avant l’écriture :  j’ai donc su pour qui j’écrivais. Or, savoir qu’on écrit pour Marion Préïté, Fabian Richard et Cyril Romoli rend les choses beaucoup plus faciles.

« Un spectacle jazzy,

entre réalisme des années 50

et vaudeville musical »

Comme il s’agit d’une comédie musicale, les chansons sont importantes. Comment les avez-vous reliées à la trame de la pièce ?

Le travail avec Raphaël Bancou a été une vraie nouveauté pour moi et un bel espace de liberté et de confiance. Contrairement à la Poupée sanglante, où les chansons font réellement avancer l’histoire et doivent, donc, être à la fois sensibles et informatives, les chansons de Comédiens ! sont plus des numéros.

À l’exception du solo de Pierre face à son miroir, qui exprime sa jalousie et sa transformation (et de la chanson improvisée par Guy au début), il n’y a aucune chanson qui ne soient pas tirées d’un spectacle fictif. Raphaël m’envoyait des vidéos du style musical qu’il imaginait pour telle ou telle chanson et je lui communiquais mes textes. Parfois, il m’envoyait des bribes de musiques qui me donnaient une piste ou un début de cadre. D’autres fois, c’est moi qui lui faisais parvenir quelques phrases et il improvisait. C’est notamment lui qui a eu l’idée de la scansion schizophrénique du personnage de Pierre devant son miroir. 

Propos recueillis par
Jeannine Boubet


Comédiens ! inspiré de Ruggero Leoncavallo

Site de l’artiste

Livret et paroles des chansons : Éric Chantelauze

Mise et scène et concept : Samuel Sené

Musique : Raphaël Bancou

Durée : 1 h 30

Teaser vidéo

Photo : © Philippe Escalier

Théâtre de la Huchette • 28 rue de la Huchette • 75005 Paris

Du 2 octobre 2018 au 5 janvier 2019, à 21 heures, le samedi à 16 heures, relâche le dimanche

De 18 € à 28 €

Réservations : 01 43 26 38 99