Entretien avec Stéphane Féliot, bénévole à Viens dans mon île

Stéphane Féliot © Rodrigue Laurent

« Le festival
ne peut pas exister
sans les partenaires ! »

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Rencontre avec Stéphane Féliot, responsable des partenariats.

Depuis quand es-tu bénévole à Viens dans mon île ?

C’est la troisième année. Jusque-là, je m’occupais principalement du bar. Depuis le mois de novembre, on a eu la gentillesse de me faire entrer dans le bureau de l’association et de me déléguer les partenariats.

C’est une responsabilité importante puisque les partenariats représentent 30 % du budget total.

Un tiers du budget est en effet constitué de l’apport de partenaires privés (financiers et en nature). C’est simple : le festival ne peut pas exister sans eux ! Ma tâche consiste donc à fidéliser les existants et à en développer de nouveaux.

Quelle est la stratégie de développement ?

Instaurer des relations privilégiées toute l’année, et pas seulement au moment de la cotisation et la veille du festival. Nous avons des liens souvent amicaux et de confiance avec des entreprises locales ou régionales, mais nous devons consolider tout ça, ne serait-ce qu’en informant nos interlocuteurs plus fréquemment.

Quel évènement créez-vous pour souder les liens ?

L’assemblée générale en janvier représente l’occasion de se retrouver, puisque nous invitons nos partenaires en seconde partie de soirée.

Et que se passe-t-il pour eux au moment du festival ?

Les partenaires ont un accès privilégié à l’espace V.I.P., un bel endroit sous chapiteau avec un service de restauration. Ici, les gens aiment bien manger et passer du temps à table. On leur réserve donc de bons produits et un vrai service avec des personnes adorables qui les soignent. Le but étant quand même de leur permettre d’assister aussi aux concerts, les partenaires ont une tribune attitrée, avec places assises, à laquelle ils ont libre accès, mais le repas doit être terminé pour la tête d’affiche. Cela permet aux bénévoles d’en profiter aussi. Les chefs d’entreprise ont également la possibilité d’organiser leurs propres évènements pour faire plaisir à leurs fournisseurs, clients ou salariés. C’est un peu à la carte. Nous nous adaptons aux demandes.

Cette mission a-t-elle un lien avec tes activités professionnelles ?

Pas du tout ! Je suis agent d’assurances.

Concrètement, que viens-tu chercher dans cette activité bénévole ?

C’est l’aventure humaine qui m’intéresse. Je suis fier de pouvoir contribuer à ce projet ambitieux. Ce n’est pas rien, tout de même, de pouvoir amener des spectacles d’une telle qualité ! Des gens nous disent parfois qu’ils font 500 kilomètres pour aller voir certains concerts. Or, malgré les contraintes logistiques, notre festival fait venir de grands artistes. Cela contribue à la notoriété (à en croire l’intérêt croissant des médias) et au développement économique de L’Île-d’Yeu. C’est formidable si l’on peut contribuer à faire vivre « le petit caillou » en se faisant plaisir, non ? 

Propos recueillis par
Léna Martinelli


Viens dans mon île, 2015

http://www.viens-dans-mon-ile.com/

contact@viens-dans-mon-ile.com

La Citadelle • 85350 L’Île-d’Yeu

Accès fléchés depuis Port-Joinville

Du 4 au 8 août 2015 à 20 heures

  • Mardi 4 août 2015 à 20 heures : Sweety Sleepy Slam, Epsylon, Yannick Noah
  • Jeudi 6 août 2015 à 20 heures : Caïman Philippines, Shaka Ponk
  • Samedi 8 août 2015 à 20 heures : Aymeric Maini, Cats and Trees, Bénabar

Pass 3 jours 98 € | le 4 août : 39 € | le 6 août : 39 € | le 8 août : 39 €

Tarif moins de 12 ans : 15 € par soirée et accompagné d’un adulte

Place en gradin : + 15 € par soirée et par billet

Navettes spéciales de la Compagnie vendéenne (départ : Saint-Gilles-Croix-de-Vie chaque soir à 18 heures et retour en fin de spectacle ou le lendemain matin) à 10 € l’aller-retour • Depuis Fromentine, L’Île-d’Yeu est aussi accessible par Yeu Continent

www.compagnievendeenne.com • 0825 139 085

www.compagnie-yeu-continent.fr

Photo : © Rodrigue Laurent