Jazz à l’Étage, 5e édition, 2014, Greg Zlap, Théâtre Chateaubriand à Saint‑Malo

Greg Zlap à Saint-Malo © Jean-François Picaut

Le bluesman qui venait du froid

Par Jean-François Picaut
Les Trois Coups

Après deux journées rennaises, Jazz à l’Étage 2014 inaugure le week-end à Saint-Malo. Le héros de la soirée est l’harmoniciste Greg Zlap.

Greg Zlap est sans doute l’harmoniciste le plus connu en France, ses tournées avec Johnny Hallyday y ont largement contribué.

Ce soir, il joue en quartette avec Benoît Medrykowski (guitare), Julien Boyé (batterie) et Tristan Bres (basse). L’introduction se fait dans le noir, des souffles envahissent la salle et, dans l’obscurité, chacun des musiciens gagne son poste puis commence à jouer, la lumière jaillit à l’entrée de Greg Zlap : c’est une belle mise en scène.

Le programme commence avec Oxygen, un blues musclé et plutôt rapide où l’harmonica fait des merveilles dans les aigus. Greg Zlap y chante aussi. Il n’a la voix ni rauque, ni éraillée, ni voilée, et pourtant son blues est convaincant. C’est une première occasion pour Benoît Medrykowski de se distinguer par un solo enfiévré.

« Je suis le blues »

Now I Am the Blues est l’occasion d’une démonstration de « souffler-inspirer » dans les graves. Après un début langoureux, la batterie donne le signal d’une montée en force. Greg Zlap conclut le morceau en racontant les débuts de son histoire en Pologne, ou plutôt celle de Grzegorz Szłapczyński, voir Harmonijka, la B.D. qu’il cosigne avec Charlot et Miras, chez Glénat. Il explique que la situation du pays à l’époque lui a donné le blues et que c’est ce qui lui permet d’affirmer : « Je suis le blues ! ».

Greg Zlap est un homme de scène avec un vrai talent de comédien comme dans l’Homme à l’harmonica d’Ennio Morricone. Il dialogue avec son public, le sollicite fréquemment, non sans humour, comme dans son fameux blues polonais Niech poplyna lzy. Il n’hésite pas à descendre jouer au milieu des spectateurs. Il sait scénariser les solos de ses musiciens. On l’a vu dans le dialogue avec son guitariste (I Know You’ll Be Mine, entre autres), la mise en scène du batteur dans le même titre ou celle du bassiste dans Who’s Gonna Take My Damn’ Soul. Mais c’est surtout un diable d’homme qui sait ensorceler ses harmonicas (il en a une pleine valise !). Son talent éclate aussi bien dans un titre lent comme The Right Spot où il multiplie les trilles suraigus que dans le très rapide Soul of a Man qui a parfois l’allure d’une démonstration. Mais il sait aussi exprimer toute la mélancolie du blues dans Wedding Theme, peut-être ainsi nommé par antiphrase.

Après deux heures de concert ou peu s’en faut, le public en redemande encore. Sans doute est-ce encore son sens de l’humour qui fait alors que Greg Zlap interprète Please Stay. À la sortie, les albums et les B.D. s’arrachent. 

Jean-François Picaut


Concert de Greg Zlap

Théâtre Chateaubriand • 6, rue Grout-de-Saint-Georges • 35400 Saint‑Malo

Le 28 mars 2014, à 21 heures

Durée : 1 h 50

15 € | 10 €

Jazz à l’Étage, 5e édition, 2014

Du 28 février au 2 mars puis du 21 au 29 mars 2014

À Rennes, dans diverses villes de Rennes-Métropole, à Saint-Malo

Photo : © Jean-François Picaut