« Joyeux Noël, Chien pourri », de Colas Gutman, Théâtre Essaïon à Paris

Salle de spectacle

Chien pour rire !

Par Anne Cassou-Noguès
Les Trois Coups

L’Essaïon présente actuellement « Joyeux Noël, Chien pourri », de Colas Gutman, spectacle jeune public. Déception au début, plaisir ensuite.

Chien pourri et Chaplapla décident de quitter leur poubelle le soir de Noël dans l’espoir de trouver une famille généreuse, susceptible de leur offrir des croquettes. Leur quête les conduit chez les Noël, où un frère et une sœur leur réservent un accueil tout à fait inattendu.

Quand le spectacle commence, on est quelque peu désappointé. Les lecteurs des petits romans de Colas Gutman, édités par L’École des loisirs, connaissent les dessins légers et la plume enlevée de Marc Boutavant. Il est difficile de leur substituer des comédiens, dotés de bonnets à oreilles animales. On a du mal à retrouver les personnages qui nous sont familiers dans ces incarnations. Le jeu des quatre acteurs est d’ailleurs un peu lourd. Les gestes sont appuyés, les grimaces un peu trop nombreuses, les voix criardes. Pourtant, très vite, on se laisse emporter par leur énergie et par l’humour de l’écrivain, qui reste très présent dans cette adaptation de Freddy Viau.

Les plus jeunes rient beaucoup durant la représentation, suivis de bon cœur par leurs aînés. Tantôt, ils s’esclaffent des pitreries de Franck Partaud, qui campe plusieurs personnages hauts en couleur, tantôt, ils gloussent sous cape en se reconnaissant dans des situations familières. Ces parents qui râlent sans cesse, mais qui se font rouler dans la farine par leurs enfants facétieux, ces frère et sœur qui se disputent sans arrêt et qui font des concours de bêtises les amusent beaucoup. Quant au caractère désabusé de Chaplapla et le duo qu’il forme avec l’enthousiaste, le naïf et le maladroit Chien pourri, c’est aux adultes qu’il rappelle d’autres couples comiques, au cinéma comme au théâtre.

Une pièce sociale

Pourtant, Joyeux Noël, Chien pourri n’est pas seulement un divertissement. À son échelle, c’est une œuvre engagée, qui porte un regard sans complaisance sur la société. Elle interroge la surconsommation en brossant le portrait de deux enfants trop gâtés que rien ne satisfait jamais. Elle invite les petits à prendre conscience des inégalités en opposant une fillette riche et une jeune fille démunie. Et c’est en ce sens que la pièce est un véritable spectacle de Noël. Elle ouvre le dialogue entre les parents et leur progéniture à l’issue de la représentation. On peut discuter de ce qu’on attend de Noël, de ses privilèges, de la manière d’aider les autres… Ces questions sont graves, bien sûr, mais la pièce les aborde avec une joie de vivre qui donne envie de prolonger le spectacle par des échanges.

Ainsi, on oublie très vite ses réticences initiales pour profiter de cette adaptation à la fois drôle et incisive du roman de Colas Gutman. À la sortie, on se précipite d’ailleurs vers la première librairie venue pour acheter d’autres aventures de Chien pourri. 

Anne Cassou-Noguès


Joyeux Noël, Chien pourri, de Colas Gutman

http://www.theatredesbonneslangues.com/

Adaptation : Freddy Viau

Mise en scène : Freddy Viau

Musique : Régis Delbroucq

Avec : James Groguelin, Amira Hadzic, Franck Partaud, Freddy Viau

Théâtre Essaïon • 6, rue Pierre-au-Lard • 75004 Paris

Réservations : 01 42 78 46 42

Site du théâtre : www.essaion.com

Du 19 décembre au 3 janvier, tous les jours à 14 h 30 (relâche : 25 décembre et 1er janvier ; représentation spéciale le 31 décembre à 17 h 30)

Durée : 55 min

Tarif adultes : 12 €

Tarif enfants : 10 €

À partir de 5 ans