« La Réponse des Hommes », de Tiphaine Raffier, Théâtre du Nord à Lille

« La Réponse des Hommes » de Tiphaine Raffier © Simon Gosselin « La Réponse des Hommes » de Tiphaine Raffier © Simon Gosselin

Tiphaine Raffier, l’urgence absolue

Par Trina Mounier
Les Trois Coups

Elle aurait dû être présente au Festival d’Avignon. Sa programmation au TNP de Villeurbanne en ce début janvier vient d’être repoussée à la saison prochaine. Il va donc falloir patienter pour découvrir la très jeune et brillantissime Tiphaine Raffier. Elle signe avec « La Réponse des Hommes » un spectacle d’une grande maîtrise, magnifique et bouleversant.

Cette création dure presque trois heures et demie qui passent comme l’éclair. À travers une succession de tableaux disparates qui, au fur et à mesure de leur avancée, laissent apparaître ce qui les relie – thématiques, situations, personnages, péchés, valeurs -, Tiphaine Raffier évoque les fameuses œuvres de miséricorde énoncées dans l’Évangile de Matthieu. Égrenées à l’infinitif sous forme d’injonctions – nourrir les affamés, assister les malades, ensevelir les morts, enseigner les ignorants, etc. –, elles sont au nombre de quinze comme autant de règles de conduite données au croyant.

À la manière d’un Kieslowski, et de son Décalogue dont elle reconnaît s’être inspirée, sous des angles qui ne sont pas sans évoquer Pasolini, elle projette ces paroles sacrées dans notre réalité. Ce faisant, elle crée un engrenage de questions pour mieux en traquer la complexité profondément humaine. Ces choix qui nous déchirent traversent les siècles, comme en témoignent les tableaux du Caravage et la création musicale bourrée de références classiques de Othman Louati. Ces éléments puisent dans une mémoire archaïque et ébranlent étrangement les certitudes auxquelles nous devons faire face.

Ce faisant, Tiphaine Raffier malmène le spectateur, lui fait comprendre ses lâchetés, ses compromissions, ses contradictions. En effet, si nous sommes d’accord avec des idées telles que « défendre l’innocent » et « toute vie a la même valeur », dès qu’elles sont soumises au prisme déformant du monde, à ses contraintes qui nous empêchent de les mettre tranquillement en application, tout se complique. Miroir de nos errements et de notre petitesse.

« La Réponse des Hommes » de Tiphaine Raffier © Simon Gosselin
« La Réponse des Hommes » de Tiphaine Raffier © Simon Gosselin

Toutes les vies se valent-elles ? La morale en questions

Voici donc un spectacle hors du commun qui nous parle de morale sans jamais en dire un mot, en nous confrontant à des situations brutales qui nous renvoient à nous-mêmes. Un spectacle difficile, philosophique, que la metteure en scène aborde par le biais de situations simples, quotidiennes, concrètes, visibles. En questionnant des personnages dont elle nous fait suivre par gros plans interposés le déroulé des émotions qui les submergent. Ce faisant, elle s’appuie sur des acteurs admirables dont chaque ressenti crève l’écran, que ce soit la recherche effrénée de la fuite, l’essai de la duplicité, la haine ou la cupidité.

Ce recours à la caméra se manifeste dès le premier tableau. Une femme souffre, elle crie sa douleur, une main sur le ventre. Est-ce un accouchement ? Mais la douleur n’est pas que dans son corps. Elle lui vrille le cerveau, au propre comme au figuré, l’entraîne dans un rituel barbare et somptueux, puis explose dans une réalité crue : cette femme ne veut pas de l’innocent fragile qu’on lui enjoint d’aimer. Entre elle et la société qui entreprend de la soigner, d’autres strates du pouvoir apparaissent, d’autres responsabilités, d’autres violences. La femme crie, le nourrisson braille à pleins poumons, une ambulance passe, sirènes hurlantes… Plus de certitude, plus de vérité, vertige. « Nous sommes désolés », répète inlassablement la fractale mystérieuse qui semble porter le même énigmatique message de tableau en tableau jusqu’à l’éclairage final en forme d’Apocalypse.

Cette conjugaison d’images et de notes, de ruptures et d’enchaînements, cette exigence, forment d’ores et déjà une esthétique, un style, rares chez un auteur qui n’en est qu’à son quatrième opus. Tiphaine Raffier nous éblouit, nous déstabilise, nous captive en nous laissant libres face à l’immensité des interprétations et des options. On ne peut que lui souhaiter de rencontrer enfin tout le public qu’elle mérite. 

Trina Mounier


La Réponse des Hommes, de Tiphaine Raffier

Écriture et mise en scène : Tiphaine Raffier

Compagnie : Compagnie La femme coupée en deux

Avec : Sharif Andoura, Éric Challier, Teddy Chawa, Pep Garrigues, François Godard, Camille Lucas, Édith Mérieau, Judith Morisseau, Catherine Morlot, Adrien Rouyard

Et les musiciens de l’Ensemble Miroirs Étendus : Guy-Loup Boisneau, Émile Carlioz, Clotilde Lacroix, Romain Nouveau

Composition musicale : Othman Louati

Chorégraphie : Pep Garrigues

Vidéo : Pierre Martin

Durée : 3 h 20 (avec entracte)

Interviews vidéo

Photo : © Simon Gosselin

Théâtre du Nord

Représentation le 16 décembre 2020 pour les professionnels à huis clos
Tournée (pour information, les représentations au Théâtre de Lille et au TNP Villeurbanne sont annulées pour cette saison).