« l’Acteur loup », d’André Benedetto, Théâtre des Carmes ‑ André‑Benedetto à Avignon

« l’Acteur loup » © D.R.

Karaquillo, beau comme un dieu

Par Vincent Cambier
Les Trois Coups

Au Théâtre des Carmes se joue « l’Acteur loup », d’André Benedetto, mis en scène par Michel Bruzat et interprété par Yann Karaquillo. Rien que ces trois patronymes doivent suffire à rameuter les foules.

André Benedetto, comédien, metteur en scène et poète pendant plus de quarante ans, était bien placé pour parler de cet animal bizarre qu’est l’acteur. L’Acteur loup est d’une intelligence rare, d’une stupéfiante sagacité, d’une poésie qui foudroie. L’écrivain ouvre le corps du comédien au scalpel, fouille jusque dans les moindres recoins, opère à cœur ouvert, dissèque même l’âme.

Yann Karaquillo, beau comme un dieu dionysiaque, arpente le plateau comme si sa vie en dépendait, comme un lycanthrope condamné à errer à la pleine lune. Il orgasme le texte visionnaire de Benedetto, il l’éjacule, prend son pied à nous l’offrir, car « jouer, c’est jouir ». Ce comédien est un fauve, un loup soûl de sa bestialité, qui nous balance les fulgurances de l’auteur occitan dans les canines, comme un crochet à la mâchoire. Pour autant, il peut – car il est capable de tout – limer ses crocs et vous les offrir comme un câlin textuel.

Perle de la mise en scène, entre autres bijoux : l’adresse directe à Michel Bruzat, assis au premier rang, pour l’envolée d’une lumineuse lucidité concernant les metteurs en scène « géniaaaaux » et/ou tyranniques, est une idée dramatique formidable. Même si, du coup, le directeur de La Passerelle a pris le risque d’en prendre plein la gueule.

La mise en scène et la lumière (Franck Roncière) servent avant tout d’écrin bienveillant à l’Acteur, celui qui « crée un désert tout seul ». Bruzat et Roncière ont compris, eux, depuis longtemps que les plus belles mises en scène et lumières sont celles qu’on ne voit pas, qui ne se justifient que par la mise en splendeur du passeur qu’est le comédien.

Catherine Delaunay accompagne Karaquillo tout au long de sa traversée par ses musiques et, surtout, surtout, par son sourire qui luit dans le noir, gorgé d’humanité et de fraternité. 

Vincent Cambier

Lire aussi « Dans la solitude des champs de coton », de Bernard‑Marie Koltès (critique), place du Petit-Palais à Avignon

Lire aussi Nadine Béchade (portrait réalisé à Avignon)

Lire aussi « George Dandin », de Molière (critique), Théâtre du Bélier à Avignon

Lire aussi « Aux hommes de bonne volonté », de Jean-François Caron (critique), Off du Festival d’Avignon, La Luna à Avignon

Lire aussi « 27 g de différence (26 + 1) » [critique], La Fabrik’ à Avignon

Lire aussi « les Caprices de Marianne », d’Alfred de Musset (critique), Off du Festival d’Avignon 1995, Théâtre du Balcon à Avignon


l’Acteur loup, d’André Benedetto

Théâtre de la Passerelle • 5, rue du Général-du-Bessol • Limoges

05 55 79 26 49

theatre-de-la-passerelle87@wanadoo.fr

www.theatredelapasserelle.fr

Coproduction : Théâtre des Carmes – André‑Benedetto

Mise en scène, scénographie : Michel Bruzat

Avec : Yann Karaquillo, Catherine Delaunay

Lumière : Franck Roncière

Costumes : Dolores Alves Bruzat

Photo : D.R.

Avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication-D.R.A.C. du Limousin, du conseil régional du Limousin, du conseil général de la Haute-Vienne et de la ville de Limoges

Théâtre des Carmes – André‑Benedetto • 6, place des Carmes • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 82 20 47

http://www.theatredescarmes.com/

Du 5 au 27 juillet 2014 à 15 h 30

Durée : 1 h 15

17 € | 12 €