« l’Avare », de Molière, l’Allan à Montbéliard

l’Avare © Magalie Nadad l’Avare © Magalie Nadad

Jean-Pol Dubois triomphe

Par Maud Sérusclat
Les Trois Coups

Vendredi soir, Molière était de retour au théâtre l’Allan, à Montbéliard. On y représentait « l’Avare », et la salle débordait de spectateurs. Petits et grands s’étaient donné rendez-vous pour voir la légendaire histoire de ce père plus amoureux de son bien que des siens. Ils n’ont pas regretté leur venue, car la mise en scène de Nicolas Liautard était aussi moderne que drôle. Un grand spectacle.

Et dire que cette comédie en cinq actes et en prose a été froidement accueillie en 1668 et représentée neuf fois seulement ! La pièce que nous ont jouée les dix comédiens vendredi soir est à ce jour l’une des plus souvent mises en scène et avait bel et bien toutes les qualités d’un grand et savoureux moment de théâtre. On connaît tous l’histoire d’Harpagon, vieillard ingrat, juché sur sa précieuse « cassette » et plus soucieux de se la faire voler que de partager, avec les siens, les quelques années qui lui restent à vivre. Ses deux enfants, Élise et Cléante, sont en âge d’être mariés, et qui plus est, amoureux. Le moment de convaincre le vieil homme « tout cousu de pistoles » arrive. Oui, mais c’est sans compter sur les plans de l’aïeul, aussi « avaricieux » que malin, lorsqu’il s’agit d’éviter de payer la dot et les noces.

Les ingrédients d’une bonne farce sont tous présents dans le texte de Molière. Rebondissements, comique de situation, entremetteuse, bagarres et disputes, tout est là et tout a été joué avec rythme, drôlerie et justesse par les dix comédiens dirigés par Nicolas Liautard, qui joue aussi le personnage de La Flèche. Le comique de gestes était appuyé, il fallait bien montrer le côté farcesque de la pièce. Et ce fut heureux, car du deuxième balcon j’ai pu tout lire, tout sentir et beaucoup rire. Se dégageait du jeu des acteurs une douce ironie, parfois cynique, que l’on retrouve dans l’œuvre mais assez rarement dans sa représentation, et qui, selon moi, témoigne d’une vraie lecture de Molière.

En effet, la proposition de Nicolas Liautard m’a parue à la hauteur de grands metteurs en scène de Molière. Certains effets m’ont d’ailleurs fait penser au travail de Jérôme Deschamps, notamment les décalages chronologiques, qui ont très bien servi le comique de la pièce et su montrer la modernité de ce classique du xviie siècle. Outre la direction des acteurs, la scénographie était également contemporaine et juste. Se passant de décors superflus, les personnages évoluent sur un rectangle de verre entouré de terre battue, qui, au-delà de sa grande simplicité, reflète assez bien la condition des deux pères mis en scène dans la pièce. L’un, lisse, froid et égocentré : Harpagon ; l’autre coloré, généreux et inattendu : Anselme.

Un dernier mot sur Jean‑Pol Dubois, qui interprète Harpagon. Nous voilà devant un grand comédien. Il correspond parfaitement à l’image qu’on se fait d’Harpagon. Une voix profonde sans être trop grave, un profil dégingandé mais droit comme un i, comme une flèche plantée au milieu du plateau. Victime d’un petit malaise alors qu’il s’apprêtait à dire la réplique la plus célèbre de la pièce, le comédien a été ovationné par un public convaincu et prêt à jouer les prolongations sans aucune réticence pour savourer encore la prose malicieuse de Molière. De mémoire de spectatrice montbéliardaise, je n’avais jamais assisté à cela ! 

Maud Sérusclat


l’Avare, de Molière

Mise en scène : Nicolas Liautard

Assistant à la mise en scène : Vincent Wallez

Avec : Jean‑Pol Dubois, Jean‑Yves Broustail, Marc Citti, Eddie Chignara, Nelly Froissart, Lazare Herson‑Macarel, Jürg Häring, Jean‑Christophe Herbeth, Nicolas Liautard, Célia Rosich et Marion Suzanne

Scénographie : Damien Caille‑Perret et Nicolas Liautard

Lumières : Pascal Sautelet

Techniciens plateau : Jürg Häring et Bruno Sollier

Costumes : Élise Baldi

Régie générale : Stéphanie Richard

Photo : © Magalie Nadad

L’Allan, scène nationale de Montbéliard • rue de l’École-Française • 25200 Montbéliard

Réservations : 0805 710 700 (numéro vert gratuit)

http://www.mascenenationale.com/

Le 30 avril 2010 à 20 h 30

Durée : 2 h 15

17 € | 12,5 € | 8,5 € | 7 €