« le Chat botté », de Karine Tabet, d’après Charles Perrault, l’Alhambra à Paris

rideau-rouge

Le chat et ses gros sabots

Par Anne Cassou-Noguès
Les Trois Coups

« Le Chat botté » des Nomadesques plaît aux enfants, c’est vrai. Mais, pour ce faire, il recourt parfois à des lourdeurs et fait preuve d’une complaisance qui n’est pas sans irriter les grands !

Lulu la Misère est un benêt malchanceux. À sa mort, son père ne lui a laissé qu’une corne de brume et un gros chat. Pourtant, malgré sa bêtise, il finit par épouser la belle princesse Artichaut, fille du roi Sourdoreille. Le chat est en effet assez malin pour deux !

Ce court résumé montre que Karine Tabet a revisité le conte de Perrault. Si l’intrigue et le protagoniste restent relativement conformes à l’œuvre originale, les personnages secondaires subissent des transformations radicales. Ainsi, la princesse est victime d’une malédiction. Un toc incontrôlable lui fait gifler ceux qui sont à sa portée tandis qu’elle prononce des insanités. Le roi Sourdoreille est pour sa part complètement sourd, ce qui donne lieu à de nombreux jeux de mots. Le comique de répétition est central dans ce spectacle et fonctionne à plein. Les enfants se réjouissent d’avance en voyant entrer en scène le roi ou sa fille. Ils savourent à l’avance ce qui ne manque pas de se réaliser.

Différentes techniques de jeu

À ce comique de répétition répond une grande variété de jeu, portée par des acteurs très dynamiques. Au jeu et au mime viennent s’ajouter la vidéo et les ombres chinoises. En effet, sur trois panneaux blancs en fond de scène sont projetés différents décors : une rivière, une nuit étoilée, un château… Mais ces écrans permettent aussi aux comédiens qui sont en coulisse de se métamorphoser et d’interpréter d’autres rôles, grâce à un jeu d’ombre. Ainsi, le chat, sur scène, dialogue avec la silhouette d’un ogre effrayant, immense, doté d’un nez formidable. En outre, le public est souvent amené à intervenir, dans une tradition qui rappelle celle du Guignol. Et les enfants de hurler pour prévenir le chat qu’un lapin de garenne grignote une carotte dans son piège.

Pourtant, alors que la mise en scène est pleine d’idées et de vivacité, qu’elle sait rendre un classique accessible aux plus jeunes, elle se laisse parfois aller. Ainsi, pour tester l’efficacité de la corne de brume qui a restitué l’ouïe au roi Sourdoreille, le chat demande à un jeune spectateur de lui dire « pipi, caca, prout ». Dans la même veine, la princesse Artichaut se traite souvent de « face de pet ». Cela fait rire les enfants, c’est incontestable. Mais il semble que si on les emmène au théâtre, c’est peut-être pour les ouvrir à une autre langue, un univers différent de ceux qu’ils côtoient tous les jours dans la cour de récréation. De même, est-ce bien nécessaire, pour capter l’attention des parents, de multiplier les allusions à l’actualité télévisuelle ? Pourquoi ne pas faire confiance aux spectateurs pour apprécier le spectacle en ce qu’il a d’innovant, de fin ?

Alors, ce Chat botté est drôle, très drôle même. Mais on a un peu honte de sourire à des blagues de mauvais goût, à des jeux de mots un peu vulgaires et de voir nos enfants rire à gorge déployée. Sans vouloir bouder son plaisir, on aimerait que la troupe s’attache à ses indéniables qualités théâtrales, à son inventivité, à son énergie, et qu’elle n’éprouve pas le besoin de se livrer à des facilités. 

Anne Cassou-Noguès


le Chat botté, de Karine Tabet, d’après Charles Perrault

http://www.lesnomadesques.com/le-chat-botte.php

Mise en scène : Vincent Caire

Avec : Franck Cadoux, Vincent Caire, Gaël Colin, Karine Tabet en alternance avec Damien Coden, Cédric Miele, Mathilde Puget, Alexandre Tourneur

Costumes : Corinne Rossi

Décor : Alexandre Tourneur

Graphisme : Mathieu Gastaldi

Vidéo : Jérôme Vassilacos

Masques : Marie Muyard

L’Alhambra • 21, rue Yves-Toudic • 75010 Paris

Réservations : 01 40 20 40 25

Site du théâtre : www.alhambra-paris.com

À partir du 26 septembre 2015, à 17 heures (15 h 30, le dimanche)

Durée : 55 min

Tarif adultes : 15 €

Tarif enfants : 8 €