Le Théâtre du Voyageur à Asnières‑sur‑Seine est en danger de mort

Théâtre du Voyageur © Aurélien Melior Théâtre du Voyageur © Aurélien Melior

Casse‑toi, pov’ troupe !

Par Olivier Pansieri
Les Trois Coups

Le Théâtre du Voyageur risque fort de se retrouver à la rue, après bientôt dix ans d’activité en notre bonne ville d’Asnières. Réseau ferré de France, qui jusqu’ici lui louait un local très original, situé carrément sur le quai B de la gare, entend récupérer ce bel espace, aménagé en salle de spectacles, pour y brancher des ordinateurs. La troupe est priée d’avoir vidé les lieux « avant le 31 mars prochain » ! Cette injonction survient après des années de vagues promesses et d’atermoiements. Elle compromet à brève échéance le bon déroulement de la saison, qui ne prévoyait pas moins de quatre Shakespeare et, à plus long terme, l’existence même de cette compagnie talentueuse.

Shakespeare, Goethe, Tchekhov, Dostoïevski, et quelques autres, vont devoir aller se rhabiller. Sans parler des ateliers pour enfants, de ceux pour adultes, des stages pour amateurs, comme de ceux pour professionnels, des rencontres, etc. À leur place, la S.N.C.F. prévoit d’installer un P.I.V.I.F. (poste d’information des voyageurs d’Île‑de‑France), sorte de tour de contrôle informatisée, qui recense et transmet, en temps réel, tous les incidents survenus, sous forme d’annonces sonores données par les haut-parleurs dans les gares et sur les quais. Ne pourrait-on le mettre ailleurs ? On a du mal à le croire, surtout quand on songe aux hectares de locaux vides, dont dispose la S.N.C.F. ! Ubuesque, voire soviétique.

Depuis bientôt dix ans, Chantal Melior et sa troupe font des prouesses, tant pour réussir leurs spectacles que pour conquérir un public de plus en plus nombreux. Et cela, sans céder d’un pouce sur la ligne ambitieuse qu’ils se sont fixée : offrir à leurs spectateurs un théâtre accessible et de qualité, fondé sur de grands textes. Que ce soit Shakespeare (le Ventre de Shakespeare) ou des auteurs plus modernes (Des idiots et des fous), la patte du Voyageur se reconnaît tout de suite à sa liberté, doublée d’une bonne humeur communicative. Ajoutons que l’entreprise fait vivre une douzaine de personnes, ce qui prouve qu’en plus, elle sait gérer.

Ce serait d’ailleurs une moins bonne troupe, le problème serait le même : on ne traite pas ainsi une équipe, même quand on s’appelle Monsieur Réseau ferré de France. Il y a là un mépris pour l’art et les gens, absolument inadmissible. Les Trois Coups vous enjoignent donc à signer et à faire circuler la pétition. Et à soutenir le Théâtre du Voyageur, en allant voir les deux Shakespeare, qu’il présentera fin février, en son hangar enchanté. Il s’agira, nous y reviendrons ici même, de deux comédies : les Deux Gentilshommes de Vérone et… Tout est bien qui finit bien. Titre prophétique, on l’espère ! 

Olivier Pansieri


Théâtre du Voyageur • gare S.N.C.F., quai B • 92600 Asnières‑sur‑Seine

Tél. 01 45 35 78 37

http://www.theatre-du-voyageur.com/

chantal.melior@free.fr

Photo : © Aurélien Mélior