Les Berniques en folie [chronique no 3], L’Île‑d’Yeu

Niobé et ses musiciens © Florent Sorin

Bien joué, Niobé !

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Coup de cœur pour Niobé et ses musiciens qui ont présenté un concert de qualité, dans le cadre des Berniques en folie.

Ça a bien balancé ce soir-là à l’Esquadrille ! Voilà une musique chaloupée qui respire, qui a besoin d’être partagée avec les gens : « C’est pas un truc en conserve ! », précise le chanteur. Avec ses acolytes, il s’est bien amusé – et nous avec – dans ce bain aux diverses influences où percussions, banjo, senza mettent du sel à ses histoires métissées. Tantôt électrique, tantôt acoustique, leur style, très marqué par un voyage à la Réunion, laisse en effet une large place aux sonorités et rythmes africains. Mais leur musique bascule aussi du reggae au rock pour donner un root’s and roll où guitares, basses, percussions et instruments insolites se marient harmonieusement.

Niobé n’est pas seulement musicien. C’est d’ailleurs sans doute à sa formation théâtrale que l’on doit ses qualités d’interprétation et sa présence en scène. Après le cours Florent, il a effectivement travaillé avec Francis Huster ou Jacques Weber, a pas mal œuvré au Théâtre régional des Pays de la Loire, a présenté des spectacles à Avignon à plusieurs reprises (Donc et Jour de Tour).

L’humain au cœur des préoccupations

Oui, le live, c’est son affaire ! Il aime les gens, et ça se sent. Du coup, il dégage une chaleur communicative, transmet son goût de la fête et donne envie de nous mouiller, nous aussi. Le chanteur sait embarquer son public avec ces pulsations musicales glanées çà et là et ses textes ciselés. Niobé no 6, c’est le titre du dernier opus du collectif, onze titres produits sous le label indépendant Tonton La Prod : « Cet album est militant. On l’a appelé “no 6” car, au foot, c’est celui qui intercepte et qui relance. L’idée, c’est que les gens ne doivent pas tout attendre des politiques. Ils doivent aussi s’engager ».

Les textes des chansons ont du sens et portent loin : Redis-moi veut en finir avec les guerres (« Redis-moi que nous sommes les mêmes / Jéricho, Haïfa / L’histoire doit briser l’anathème / Faut se calmer les gars ! ») ; Peu me chaut dénonce les dérives capitalistiques (« Tous vos remèdes et vos potions magiques / Aux accents anxiogènes et bien trop cyniques / Caca 40 qui joue à l’élastique / L’austérité si t’en veux tu te l’appliques / Allez au diable, je suis sourd au chant des sirènes / Assez de flammes, point n’est besoin de vos rengaines »). Des mots et des rimes bien choisis (de Niobé lui-même et de Jean‑Yves Picq, Christian Prigent ou Allain Leprest) pour inciter à redevenir humain, tout simplement (« J’aim’rais qu’ça cesse, esse, esse / De s’dégrader, der, der / Sans un bénef, ef, ef / S.D.F. / Pour qu’on s’redresse, esse, esse / C’est l’verbe aider, der, der / Qu’il faut qu’on s’greffe, effe, effe / S.D.F. »). Il brasse les utopies, Niobé, et ça fait chaud au cœur. 

Léna Martinelli


Concert de Niobé

Collectif Crock’notes / label Tonton La Prod • 6, place de l’Église • 49125 Briollay

Site : http://jpniobe.wix.com/niobe-site

Contact : tontonlaprod@gmail.com

06 81 09 78 97

Avec :

  • Niobé : composition, chant, trompette, trombone à pistons, clavier, mélodica
  • Jacques Livenais : guitares, basse
  • Tibo : guitares, basse, cornemuse
  • Jean Fred Philéas : rouler, kayamb, congas

Photo : © Florent Sorin

Au bar de l’Esquadrille • quai Carnot • 85350 L’Île-d’Yeu

Dans le cadre des Berniques en folie

Réservations : 02 51 58 32 58 (office de tourisme de L’Île‑d’Yeu)

Page Facebook du festival : www.facebook.com/lLesberniquesenfolies

Le 23 octobre 2014, à 19 h 30

Durée : 1 h 15

Entrée libre

Possibilité d’acheter des titres à l’unité ou l’album No 6 de Niobé, avec les participations de Romain Didier et Christophe Bellœil, production Niobé, Crock’notes et Tonton La Prod : http://jpniobe.wix.com/niobe-site#!music/c2516

Tournée :

  • Le 13 janvier 2015 : dans le cadre de Région(s) en scène(s), à Ponchateau (44)
  • Le 24 janvier 2015 : dans le cadre du festival Chansons buissonnières, à Voirons (38)
  • Le 14 mars 2015 : à Brain-sur-Longuené (49)
  • Du 20 au 22 mars 2015 : le café-théâtre l’Esprit frappeur, à Lutry (Suisse)
  • Les 26 et 27 mars 2015 : le Zèbre de Belleville, à Paris (75019)

https://www.youtube.com/watch?v=yG7Z56RPAaY