« les Séparables », de Fabrice Melquiot, Théâtre Am Stram Gram à Genève

Roméo et Juliette des cités

Par Michel Dieuaide
Les Trois Coups

De retour dans le théâtre qu’il fonda, Dominique Catton, associé à Christiane Suter, signe la mise en scène d’un texte de Fabrice Melquiot, auteur qu’il avait choisi pour lui succéder. Come-back réussi.

Grâce à l’écriture virtuose de Fabrice Melquiot, les Séparables tient du conte contemporain, du poème dramatique et du récit engagé. Au cœur de cet alliage subtil, une histoire d’enfance, une histoire d’amour. Celle de Romain, jeune français de neuf ans, et de Sabah, fillette algérienne du même âge. Tous deux vivent dans un quartier où les individus d’origines différentes cohabitent difficilement. Mais, en dépit des tensions et en l’absence de princes et de châteaux, leur rencontre fera de leur Vérone bétonnée un lieu de résistance contre les préjugés, un espace pour leurs rêves, une source pour abreuver leurs mémoires lorsqu’ils seront devenus adultes.

Avec un tel texte, dans lequel l’humour et le raffinement sont de la partie, Dominique Catton et Christiane Suter ont su trouver sur le plan dramaturgique comme sur le plan scénographique un équilibre fait de tendresse et de délicatesse. Les deux comédiens se tiennent à distance des clichés qui accompagnent la représentation de personnages d’enfants. Seuls apparaissent des signes poétiques de l’enfance destinés à entretenir leurs imaginaires : un cheval de bois fantasmé, une plume de Sioux plantée dans la chevelure, un bison blanc en fumée… Le décor lui-même fait le pari de la simplicité : un praticable de bois, semblable à une grande page blanche, sur lequel s’écrit l’histoire, deux échelles métalliques pour s’apercevoir d’un immeuble à l’autre ou pour s’échapper vers l’infini.

Mais surtout, ce que parviennent à faire partager Dominique Catton et Christiane Suter, que l’on soit enfant ou adulte, c’est leur bouleversante empathie pour les personnages de Sabah et Romain. Ils aiment, comme Melquiot, les amours enfantines, préfigurations ineffaçables de nos amours de la maturité. Ces amours qui naissent de rien et qui risquent à chaque instant de mourir de tout : le racisme, les statistiques, l’ignorance, la soumission aux clichés de nos sociétés.`

 

Inséparables « séparables »

La force du spectacle repose également sur le talent de Nasma Moutaouakil (Sabah) et d’Antoine Courvoisier (Romain). Ces deux jeunes acteurs sont impressionnants de spontanéité et de sensibilité. Leur jeu sans artifice va droit au cœur. Ils évitent toute complaisance et toute démagogie. Leurs corps déliés soutiennent magnifiquement les nuances délicates du texte et de la mise en scène. Et lorsque la vie les sépare, ils laissent les spectateurs à la fois émus et lucides. Chapeau. ¶ 

Michel Dieuaide


les Séparables, de Fabrice Melquiot

Le texte est publié aux Éditions de L’Arche

Mise en scène : Dominique Catton et Christiane Suter

Avec : Antoine Courvoisier, Nasma Moutaouakil, Renaud Millet-Lacombe et François-Xavier Thien

Scénographie : Dominique Catton

Création lumière : Andrea Abbatangelo

Création sonore et musicale : Renaud Millet-Lacombe

Durée : 1 h 10

À partir de 9 ans

Photo © Ariane Catton Balabeau
Production : Théâtre Am Stram Gram-Genève

Avec le soutien du Service Culturel Migros Genève et de la Fondation Leenaards

Théâtre Am Stram Gram • Route de Frontenex, 56 • CH 1207 Genève
Du 19 janvier au 4 février 2018, les vendredis à 19 heures, les samedis et dimanches à 17 heures. Reprise en tournée en 2018-2019

De 25 à 10 francs suisses

Réservations : 022 735 79 24 ou 00 41 22 735 79 34 depuis la France


À découvrir sur Les Trois Coups :

☛ « Riquet », d’Antoine Herniotte d’après « Riquet à la houppe » de Charles Perrault, Théâtre Am Stram Gram à Genève / Par Michel Dieuaide