Rechercher
Précédent
Suivant

« Les Trois Coups » et le Off d’Avignon 2015

Mon journal ne couvrira pas cette année les spectacles du Off, essentiellement pour trois raisons :

  1. D’abord, AUCUN des papiers des Trois Coups n’a été affiché sur les panneaux presse du village du Off l’été dernier.
  2. Ensuite, depuis deux ans que j’épluche le catalogue du Off, je constate que, sur 400 pages, il n’y a que 6 ou 7 citations de nos papiers, alors que nous produisons chaque année 600 à 700 critiques, depuis huit ans !
  3. Enfin, je ne comprends toujours pas pourquoi la plupart des compagnies préfèrent dix lignes dans un quotidien régional à 4 000 signes dans les Trois Coups. Sans parler de la qualité d’écriture, de l’orthographe, de la grammaire, de la syntaxe et de l’orthotypographie. À quoi ça sert qu’on se décarcasse ?

En conséquence, nous nous abstiendrons de parler de ceux qui nous méprisent.

Vincent Cambier

P.-S. Nous ferons peut-être quelques exceptions pour ceux qui nous sont fidèles.

À propos de l'auteur

12 réponses

  1. Dommage, dommage…
    Même si à la réflexion je comprends votre position.
    La cohabitation de la critique et du spectacle vivant a toujours été soit houleuse, soit complaisante. Voici qu’elle devient punitive.
    Mais qui se punit en premier ? Le off lui-même et les lieux d’accueil (il est vrai que certains ne sont que des garages, que dis-je des parkings, qui se fichent du théâtre comme de leur première première, et ne voit que le rapport locatif)
    Le village du off doit accepter de relayer les critiques (quelles que soient leur provenance, même hors région) qui aident le public à faire ses choix.
    Sinon, cela a un nom. Ça s’appelle la censure.
    Bon courage et Bonne continuation.

  2. Bonjour, je découvre votre déclaration concernant le Festival Off d’Avignon. Je comprends parfaitement votre position. Je me baladais sur votre site pour vous solliciter car nous y jouons un spectacle cette année, qu’aucun journal ne vient nous voir (comme d’habitude), que vous seul, en 2008, avait écrit un superbe papier sur notre précédent création « Apparemment pas », un papier que nous avons largement utilisé, fin et critique. Nous avions beaucoup aimé. Si vous êtes sur le Festival, et même si votre plume est en grève, n’hésitez pas à venir découvrir notre spectacle « Les Précieuses Ridicules laissent tomber Molière ». Nous avons emporté un beau succès public et même de quelques théâtres, mais le Festival reste dur et notre fréquentation spectateur aléatoire. Mais c’est la loi du genre. Cependant, nous restons très engagés dans notre proposition et, si ce n’est maintenant, nous espérons que vous viendrez découvrir ce spectacle prochainement. Bonne continuation. Bien Cordialement, Carole Rivière

  3. Je vous trouve injuste. Vos critiques sont nombreuses dans le programme du off, et c’est souvent ce qui m’incite à aller voir les pièces.

  4. Je comprends enfin, Vincent, le mystère fait autour de ton éditorial lorsque nous nous sommes croisés il y a 3 jours. J’aurais aimé être un « fidèle » des « 3 coups ». N’ayant jamais eu le plaisir d’être vu et critiqué par tes équipes sur les dernières éditions du « Off », (avec mes succès comme mes ratés), il est dès lors difficile de me considérer comme tel… Néanmoins, je partage sincèrement ton coup de gueule. Le spectacle vivant a besoin, plus que jamais, de critiques. Beaucoup le confonde avec de l’espace promotionnel qui fait de nous, artistes, de simples produits de consommation.
    Les 3 coups résonneront dès l’an prochain…

  5. Bonjour à vous,

    Je me permets ce petit commentaire, je comprends tout à fait votre amertume!
    Cependant un petit pincement au cœur de mon côté, en effet après plusieurs pièces mises en scène, je n’ai toujours pas eu le plaisir de vous compter parmis nos spectateurs…ce n’est pas faute de vous y inviter pourtant!
    J’espère vous y voir bientôt!
    Je vous laisse revenir vers moi si vous voulez plus d’infos…
    Bon courage pour la suite et bon festival à toute votre équipe !
    Jeremie Milsztein pour Les Fâcheux

  6. Bonjour, depuis que je fréquente Avignon en tant que festivalière, les seuls articles que je lis sont les articles des trois coups. Dommage de ne pas continuer à écrire vos articles sur les spectacles du Off POUR le public qui vous suit et vous est fidèle 😉
    Bien à vous,

  7. Salut à vous, Vincent Cambier, vous vous souvenez peut-être de l’excellent article de Cédric Enjalbert dans Les Trois Coups à propos de mes Avant-dernières Salutations en 2008, article que j’ai toujours cité lors des reprises de ce monologue et qui aura contribué à leur succès jusqu’en 2014.
    Pour Quoi, quoi ? que je reprends aux Ateliers d’Amphoux après sa création l’an passé, je serais très heureux d’être compté au nombre de ceux qui vous sont fidèles !
    En tout cas je respecte votre décision, bien compréhensible.

  8. Bonjour à vous !
    Je viens de vous appeler et d’apprendre que vous ne feriez plus ou presque d’article sur les spectacles du OFF.
    Le seul interlocuteur presse que nous avions eu en 2008 (Je ne suis pas revenue depuis)c’était vous et l’article que vous aviez fait sur le spectacle « La cantatrice chauve » par le théâtre de la Citadelle et qui avait été un vrai soutien pour tout le festival.
    Grâce à vous notre spectacle avait été complet tous les jours et vous aviez été les seuls à écrire un papier .
    Je reviens cette année avec une autre Cie et un seul en scène et dans mon esprit vous étiez ceux à contacter.
    Je comprends votre colère et ne peut qu’accepter votre décision de nous retirer votre soutien.
    Je ne suis pas « coutumière du OFF » car il faut le spectacle et les moyens de l’amener et je suis en total autofinancement mais quoi qu’il en soit vous êtes invité à venir voir ce spectacle ,avec ou sans article à la clef , mais laissez moi au moins vous remerciez pour le papier d’il y a 7 ans en vous offrant ce moment que j’aime !
    Il n’y a pas de piège c’est juste un peu de reconnaissance tardive et un soutien pour votre travail …
    Bien sincèrement
    Valérie
    A 13h au Magasin Théâtre « Qui mieux que nous « Brangien Serjante d’Iseult

  9. Ça c’est dommage et c’est con. Je vous trouve un peu capricieux sur ce coup là. Excusez je suis assez franc mais j’aime vos critiques et vous m’avez fait découvrir de super pièces sur les années passées. Faites vous des critiques pour qu’on les placarde sur les murs? En tant que festivalier depuis de nombreuses années je sais bien et comme tous que ce n’est pas la profusion de critique du Dauphinés libérés ou de la Provence qui m’amène à voir un spectacle (au contraire parfois) mais des critiques objectives comme vous.
    Vous allez nous manquer.

  10. Voila qui est bien dommage ! Il y a une vraie qualité dans l’écriture de vos articles et pas justement 3 lignes dans la presse pour dire du bien ou du mal. Ici, les choses sont argumentées, et que l’on soit d’accord ou pas avec l’avis du rédacteur, l’argumentation est plus respectable. Pour ma part, plus personnellement, je trouve dommage que vous ne soyez pas là. Et pour preuve que vous n’êtes pas oublié, il reste l’affiche du « Marchand de Venise » sur les murs d’Avignon.
    Bien a vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Du coup, vous aimerez aussi...

Pour en découvrir plus
Catégories
Précédent
Suivant

contact@lestroiscoups.fr

 © LES TROIS COUPS