« l’Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge », 2e épisode, d’Hélène Cixous, les Célestins à Lyon

« l’Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge », 2e épisode © Everest Canto de Montserrat

Insubmersible !

Par Trina Mounier
Les Trois Coups

La première partie de « l’Histoire terrible de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge » nous avait laissés, nous qui connaissions l’effroyable réalité, étreints, à l’aube de l’arrivée au pouvoir des Khmers rouges. La suite, reprise de la mise en scène d’Ariane Mnouchkine par la même troupe cambodgienne, montre leur tentative de se réapproprier leur propre histoire, d’exorciser l’horreur.

Le principe théâtral est le même que dans la première partie : un décor réduit à sa plus simple expression, des costumes et des masques de toute beauté, des acteurs-danseurs-chanteurs-acrobates qui savent tout faire, même si cela apparaît moins. Dans cette période historique terrible qu’ils composent devant nos yeux, ils optent pour davantage de sobriété, de gravité. Les personnages sont fatigués, épuisés par les privations et les tourments, Norodom Sihanouk l’Insubmersible, ce petit roi si plein de vie, a vieilli…

Pas question de jouer sur le pathos, de reconstituer les camps, de montrer la mort à l’œuvre. Hélène Cixous, qui a écrit la pièce, a choisi d’éclairer les manœuvres politiciennes, les tractations, les valses d’ambassadeurs et de puissants, les efforts des uns, les calculs des autres qui n’ont pas su s’opposer, et ont même parfois contribué, souvent du bout des lèvres, voire involontairement, à l’œuvre abominable de ces analphabètes illuminés qu’étaient les Khmers rouges. Elle explique l’engrenage fatal, et cela fabrique sur scène un incroyable ballet de personnages hauts en couleur, de Zhou Enlai [Chou En‑lai] le fidèle à l’épouvantable Lon Nol, un voyage de Phnom Penh à Pékin en passant par Angkor et les rives du Mékong, de palais en camp de travail…

L’incroyable courage des petits pots de terre

Encore une fois, c’est le personnage de ce roi inlassable, invraisemblable de détermination naïve, au cœur immense, qui est au centre du spectacle, et son désespoir est poignant. San Marady, qui l’incarne, joue ici encore une partition incroyablement riche et variée. Elle effectue surtout un tour de force, étant sur scène pratiquement tout le temps de ce spectacle qui dure… trois heures et demie !

Ce spectacle khmer est dans la droite ligne du russe Je suis et du chilien el Año en que nací. Il revient sur l’histoire, il la décortique, il en dévoile les moindres secrets, il en explicite les non-dits, il exorcise le pouvoir mortifère du passé. Mais, à la différence des deux autres, il montre, il joue, de façon presque objective, assez brechtienne, comme une fable, l’histoire de ce peuple, histoire qui se suffit à elle-même sans doute. Les Cambodgiens sont gens timides et pudiques qui ne parlent pas volontiers d’eux-mêmes… Peut-être, mais peut-être est‑ce un préjugé de plus ! Le résultat pourtant est à la hauteur de l’histoire : une splendide leçon de théâtre et de politique. 

Trina Mounier


l’Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge, 2e épisode, d’Hélène Cixous

D’après la mise en scène d’Ariane Mnouchkine (1985)

Mise en scène : Georges Bigot et Delphine Cottu

Avec : Chea Ravy, Chhit Chanpireak, Chhit Phearath, Hom Sophea, Houn Bonthoeun, Huot Hoeum, Huoth Hieng, Khuon Anann, Khuonthan Chamroeun, Mao Sy, Nouv Srey Leab, Nut Samnang, Ong Phana, Pin Sreybo, Pov Thy‑nitra, Preap Pouch, Sam Monny, Sam Sary, San Marady, Sim Sophal, Sok Doeun, Sok Kring, Thorn Sovannkiry, Uk Kosal, Uk Sinat

Musiciens : Norng Chantha, Pho Bora, Pring Sopheara, Vath Chenda

Assistant à la mise en scène : Sophie Piollet

Créateur lumière : Elsa Revol

Création costumes : Marie‑Hélène Bouvet, Élisabeth Cerqueira

Direction historique et textuelle : Ashley Thomson

Traduction : Ang Choulean

Photos : © Everest Canto de Montserrat

Décor : Everest Canto de Montserrat, Elena Antsiferova

Interprète et surtitrage : Rotha Moeng

Les Célestins • 4, rue Charles‑Dullin • 69002 Lyon

Tél. 04 72 77 40 00

Les 29 octobre et 30 octobre 2013 à 20 heures

Durée : 3 h 30

De 5 € à 26 € ; avec le pass festival : de 4 € à 21 €

Dans le cadre du festival Sens interdits

www.sensinterdits.org

Tél. 04 72 77 40 40

sensinterdits@celestins-lyon.org

Production : Théâtre du Soleil, festival Sens interdits-les Célestins, théâtre de Lyon, École des arts Phare Ponleu Selpak

Avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication, de la région Rhône-Alpes, de la ville de Paris (Direction des affaires culturelles, Délégation générale aux relations internationales), de l’Institut français (ministère des Affaires étrangères et européennes), de l’Organisation internationale de la francophonie

Tournée :

  • 8 novembre 2013 au Théâtre de Vénissieux
  • 19 novembre à la Comédie de Valence, C.D.N. de Drôme-Ardèche
  • Du 21 au 23 novembre 2013 au Théâtre national de Toulouse (T.N.T.)