« Miroir, miroir », de Mélissa von Vépy et « Rhizikon », de Chloé Moglia, Scène nationale de Sète et du bassin de Thau à Sète

Plateau théâtre

Melissa et Chloé transcendent l’art du trapèze

Par Marie‑Christine Harant
Les Trois Coups

En compagnonnage à Sète depuis trois ans, Melissa von Vépy et Chloé Moglia explorent l’art du trapèze, en duo ou en solo. Dans « Miroir, miroir » et « Rhizikon », les deux jeunes femmes repoussent les limites de leur questionnement, par des chemins différents, mais avec le même niveau de prise de risques. Une nouvelle fois, Melissa et Chloé nous ont épatés.

Depuis qu’il existe, le miroir intrigue et fascine. Dès l’enfance, on s’interroge sur cet autre moi, en face. Comme Alice, on veut tous aller voir ce qui se cache derrière cette surface glacée. Melissa von Vépy a voulu savoir. « Se regarder dans les yeux, cela renseigne sur quelle intégrité ? », telle est la question que s’est posée l’artiste. Quel rapport avec le trapèze ? Et si cet agrès était un miroir ? Comment jouer avec l’envers du miroir ? Cette idée, Melissa, qui avait carte blanche pour créer une performance dans Cadre à vif au Festival d’Avignon, l’a développée dans sa pièce. C’est ici qu’intervient la rencontre avec le musicien Stéphan Oliva, pianiste et compositeur. Ensemble, ils ont conçu Miroir, miroir. Depuis, le spectacle a évolué avec l’arrivée d’Angélique Willkie, collaboratrice à la dramaturgie.

« Miroir, miroir © Christophe Raynaud de Lage
« Miroir, miroir © Christophe Raynaud de Lage

Découpé comme une partition, le spectacle s’articule autour d’un élément central, un écran blanc accroché aux cintres. Premier mouvement, le prologue, très plastique, se compose d’un film montrant le visage de Mélissa en très gros plan. On la suit pendant qu’elle se maquille ; Stephan Oliva, au piano, l’accompagne. Deuxième mouvement chorégraphié, l’artiste arrive, en dansant ses déplacements. Elle découvre l’objet, le voile tombe, révélant le miroir fait de plusieurs glaces assemblées. Troisième mouvement : pour passer de l’autre côté, Mélissa brise la glace. Le miroir devient le plus étonnant des trapèzes. Commence alors un numéro époustouflant : l’artiste joue avec la structure, dessus et dessous, dedans et dehors, de face et de profil, testant toutes les possibilités de découvrir le secret de cet envers qui la trouble. Stéphan Oliva entre alors dans l’esprit du personnage. Un vrai dialogue s’instaure, le musicien relançant la trapéziste pour la pousser dans ses derniers retranchements. Tout cela dans un état de grâce poétique qui tutoie la perfection. Une performance éblouissante dans sa fragilité épurée.

Changement de décor et d’environnement pour Rhizikon. Chloé Moglia attend son public dans le caveau du théâtre devant un immense tableau vert. La pièce a en effet été créée pour tourner dans les lycées de l’agglomération sétoise. Le titre Rhizikon éclaire les intentions de l’artiste. En vingt minutes, Chloé démontre pourquoi l’homme s’expose au danger, au vide, au risque… Le risque d’affronter le regard d’adolescents goguenards. C’est la première fois que l’œuvre était présentée à un public, hors d’une salle de classe. Chloé, qui dessine aussi bien qu’elle maîtrise le trapèze, trace à la craie des figurines au bord d’un précipice : un oiseau qui se jette par la fenêtre, un homme tentant d’empêcher un personnage de se jeter à l’eau, un autre avalé tout cru par un crocodile. Autant d’approches différentes de la notion de risque, accompagnées d’une musique tonitruante et agressive. Avec agilité, elle grimpe au tableau pour reproduire les gestes de ses silhouettes, elle gravit des marches virtuelles, en une chorégraphie aérienne. Sa performance, plus sportive que celle de Mélissa, procède de la même volonté de transcender son art par d’autres moyens. Chloé, plus robuste, effectue habituellement les portés lorsque les deux artistes jouent en duo. Encore un sans-faute pour ces trapézistes impressionnantes. 

Marie‑Christine Harant


Miroir, miroir, de Mélissa von Vépy et Rhizikon, de Chloé Moglia

Cie Moglice-Von Verx • Scène nationale de Sète et du bassin de Thau • avenue Victor‑Hugo • 34200 Sète

06 09 08 04 08

Conception de Miroir miroir : Mélissa von Vépy

Collaboration à la dramaturgie : Angélique Willkie

Avec : Mélissa von Vépy, Stéphan Oliva

Compositeur : Stéphan Oliva

Création costumes : Suzanne Maïa

Construction : Dominique Grand

Création lumière : Xavier Lazarini

Création du film prologue : Mélissa von Vépy

Conception et interprétation de Rhizikon : Chloé Moglia

Son : Chloé Moglia, Alain Mahé

Dispositif lumière : Christian Dubet

Construction scénographique : Vincent Gadras

Photo : Christophe Raynaud de Lage

Scène nationale de Sète et du bassin de Thau • avenue Victor‑Hugo • 34200 Sète

Réservations : 04 67 74 66 97

Le 13 octobre 2009 à 20 h 30 : Miroir, miroir ; à 19 heures et 22 heures, Rhizikon

Durée : 45 min et 20 min

13 € | 5 €