« Momo », de Sébastien Thiéry, Théâtre de Paris à Paris

Momo © C. Nieszawer

Une histoire renversante

Par Isabelle Jouve
Les Trois Coups

En misant sur Muriel Robin et François Berléand, deux pointures, Ladislas Chollat, metteur en scène et Sébastien Thiéry, auteur, ne se sont pas trompés.

Outre les nombreuses créations qu’il a à son actif, Ladislas Chollat est aussi directeur artistique depuis janvier 2005 du festival L’Oise au Théâtre d’Ermenonville, consacré chaque année à un auteur. Avec Momo, il met en scène les mots de Sébastien Thiéry, auteur et acteur de talent, connu du grand public à travers la série télévisée Chez maman en 2003. Ce dernier a écrit sa première pièce, Sans ascenseur, en 2005. Huit autres œuvres suivront. Lors des molières 2015, il s’est fait remarquer pour avoir apostrophé, nu, sur la scène des Folies Bergère, Fleur Pellerin, ministre de la Culture. Dans son sketch, il a ardemment défendu le statut des intermittents du spectacle. Sa prestation, clin d’œil à sa comédie Deux hommes tout nus, interprété entre autres par François Berléand, a eu le mérite de faire réagir.

Dans Momo, Sébastien Thiéry nous entraîne une nouvelle fois dans le quotidien de bourgeois bien installés dont la vie est bouleversée par un évènement absurde. Écrite pour Muriel Robin, cette pièce met en exergue toute la palette du talent de la comédienne après le beau succès des Diablogues avec Annie Grégorio en 2009.

L’histoire quelque peu rocambolesque est assez intrigante. En effet, un soir, en rentrant du supermarché, les Prioux découvrent chez eux un intrus plutôt violent, qui communique dans une langue étrange. Quelle n’est pas leur stupéfaction quand ils apprennent que cet hurluberlu est leur fils, qu’il est sourd et qu’il vient leur annoncer son mariage. Le seul problème est que le couple n’a jamais eu d’enfants. Ce Momo est-il un imposteur ? Un manipulateur ? Les Prioux ont-ils totalement oublié qu’ils avaient un enfant ? La suite est à voir directement au théâtre.

Ils sont les Prioux, avec tous leurs défauts

Cette comédie, faite de folie et de burlesque, ne laisse pas indifférent. Sébastien Thiéry renverse les codes moraux et sociétaux pour développer un sujet de fond, à savoir : est-ce le cœur ou le ventre qui fait une mère ? La réflexion de l’auteur Thiéry, bien que superficielle, est intéressante. Et il faut saluer la performance de l’acteur Thiéry dans le rôle du fils sourd, même s’il en fait un peu trop à certains moments, ce qui le rend peu compréhensible.

François Berléand et Muriel Robin possèdent tout le talent nécessaire et la voix – peut-être quelquefois un peu trop basse pour être bien audible – pour emmener les spectateurs. On croit en leur couple. Ils sont les Prioux, avec tous leurs défauts de bourgeois coincés et de nouveaux parents démunis. Après quarante ans d’un mariage sans surprises, comment faire face à une situation inopinée totalement improbable ? Le public assiste avec jubilation à la manière dont chacun des deux personnages va réagir. Les rires de la salle fusent constamment.

Les décors, simples mais évocateurs, permettent de ne pas encombrer la scène de choses inutiles. On sait très clairement où l’on est, nul besoin d’en mettre plus. Le spectateur peut ainsi se concentrer sur l’essentiel, à savoir les échanges rapides et vifs entre les protagonistes. Les bons mots jaillissent, les voix s’élèvent et se bousculent, l’émotion est à fleur de peau. On prend un vrai plaisir à assister à cette incroyable histoire. 

Isabelle Jouve


Momo, de Sébastien Thiéry

Mise en scène : Ladislas Chollat

Assistant à la mise en scène : Éric Supply

Avec : Muriel Robin, François Berléand, Sébastien Thiéry, Ninie Lavallée

Scénographie : Édouard Laug

Musique : Frédéric Norel

Lumières : Alban Sauvé

Costumes : Jean-Daniel Vuillermoz

Photo : © C. Nieszawer

Théâtre de Paris • 15, rue Blanche • 75009 Paris

Réservations : 01 48 74 25 37

Site du théâtre : www.theatredeparis.com

Métro : ligne 12 arrêt Trinité-d’Estienne-d’Orves ou ligne 2, arrêt Blanche

À partir du 1er septembre 2015, du mardi au samedi à 20 h 30 et le samedi à 17 heures

Durée : 1 h 20

73 € | 58 € | 48 € | 38 € | 28 €