« Olivier Masson doit-il mourir ? », de François Hien, Les Célestins à Lyon

« Olivier Masson doit-il mourir ? » de François Hien © photo de répétition Simon Gosselin

Épreuves d’amour

Par Michel Dieuaide
Les Trois Coups

Fiction librement inspirée de l’affaire Vincent Lambert, « Olivier Masson doit-il mourir ? » offre une occasion passionnante de s’interroger sur l’éthique et le vivant.

La pièce suit le déroulement du procès d’un aide-soignant qui a choisi de pratiquer une injection létale à un patient, dont l’équipe médicale ne parvient plus à déterminer s’il est conscient ou non. Enrichis par de nombreux retours en arrière, les plaidoiries et les témoignages sont percutés par la guerre que se livrent les proches et les soutiens du défunt, relayée par les médias.

Au-delà de la procédure judiciaire, s’affrontent avec pudeur et détermination convictions scientifiques et morales, souvent dans le registre de l’intimité. Le conflit déchirant entre l’épouse et la mère d’Olivier Masson, les silences et les mots rares de l’accusé, les contradictions des experts scientifiques et les roueries des avocats confèrent à ce spectacle une intensité remarquable. Elle permet au public de renouveler son regard et son écoute à propos d’une affaire dont l’excès de médiatisation aurait pu lasser. Parmi les situations violentes que documentent et évoquent les metteurs en scène, les preuves d’amour exprimées par la femme et la génitrice de leur époux et fils sont de bouleversantes épreuves.

« Olivier Masson doit-il mourir ? » de François Hien © photo de répétition Simon Gosselin
« Olivier Masson doit-il mourir ? » de François Hien © Photo de répétition de Simon Gosselin

Collectif 

La représentation est un modèle de la force et de la justesse que peut atteindre parfois un travail collectif. Auteur compris, tous les protagonistes se partagent les choix dramaturgiques et l’interprétation. Utilisant quelques éléments de mobilier (table, sièges et barre de tribunal), se suffisant d’une robe de juge ou d’avocat et de simples vêtements du quotidien qu’ils échangent, ils se relaient pour permettre aux spectateurs d’identifier les personnages. Pas d’incarnation. Juste quelques instants savamment dosés d’engagement émouvant lorsque la passion les submerge, avec toujours en contrepoint les paroles murmurées de l’aide-soignant justifiant son geste fatal. Encore une fois, grâce à ces options, l’écoute et l’intelligence du public se trouvent respectées. Que soient remerciés François Hien, Estelle Clément-Bealem, Kathleen Dol, Arthur Fourcade, Lucile Paysant, pour avoir su renouveler la possibilité qu’existe un théâtre indispensable, fait d’interrogations profondes sur des contenus sociétaux majeurs. 

Michel Dieuaide


Olivier Masson doit-il mourir ?, de François Hien

Mise en scène et jeu : Estelle Clément-Bealem, Kathleen Dol, Arthur Fourcade, François Hien, Lucile Paysant

Scénographie : Anabel Strehaiano

Costumes : Sigolène Pétey

Lumière et régie générale : Nolwenn Delcamp-Risse

Production : Compagnie l’Harmonie Communale

Producteur : Nicolas Ligeon

Célestins – Théâtre de Lyon • 4, rue Charles-Dullin • 69002 Lyon

Billetterie : 04 72 77 40 00

Du 14 au 25 janvier 2020 à 20 h 30 sauf dimanche et lundi

Durée : 1 h 50

De 8 € à 24 €