« Partitions équestres », de Bartabas, les Nuits de Fourvière

« Partitions équestres » © Michel Cavalca

Une relation intime spectaculaire

Par Audrey Chazelle
Les Trois Coups

Le festival des Nuits de Fourvière accueille au théâtre gallo-romain la dernière création de Bartabas, fondateur du Théâtre équestre Zingaro, qui encore une fois crée l’évènement avec « Partitions équestres », œuvre chorégraphique splendide, imaginée à partir des musiques répétitives de Philip Glass.

La nuit n’est pas encore tout à fait tombée sur Fourvière. On distingue au lointain, dans le clair-obscur du décor naturellement sublime du théâtre, un saxophoniste suivi d’un élégant et majestueux animal marchant dans ses pas. La beauté est convoquée, le voyage onirique est annoncé.

La dynamique permanente et délicieuse de la musique de Glass, composée de boucles et de courts arpèges répétés, accompagne le ballet minutieusement réglé de solos, duos, trios et pas de quatre, exécutés par la cinquantaine de chevaux et écuyers issus de l’Académie du spectacle équestre de Versailles. Le résultat de nombreuses et nécessaires heures de répétition est offert aux spectateurs dans une exécution fascinante. Il faut pourtant contenir son enthousiasme : les applaudissements pourraient effrayer les chevaux et briser l’écoute attentive qui règne entre l’homme et l’animal.

Lentement, l’obscurité de la nuit donne vie à l’habillage lumineux du paysage et révèle la présence intense, fantastique, de ces étranges créatures aux allures de centaures. Les longues jupes des cavaliers recouvrant les croupes brunes ou blanches des chevaux donnent l’illusion, par moments, de ne voir qu’un seul être. L’homme et l’animal se retrouvent à l’unisson. L’élaboration chorégraphique intègre les syncopes et contretemps de la musique en parfait accord avec les mouvements évanescents des queues de cheval.

Le « Cavalier majuscule » fait son entrée sur le ring, habillé et capuchonné dans un tissu rouge éclatant, pour exécuter sous nos yeux émerveillés une série de petits pas rapides. On se délecte de la maîtrise impeccable du charismatique et virtuose Bartabas. On poursuit avec une farandole enchanteresse de tous les acteurs du spectacle, écuyers et chevaux, parcourant l’espace sans limite qu’offre le lieu de la représentation, apparaissant et disparaissant dans le décor bucolique de l’aire de jeu. Les spectateurs ne peuvent plus contenir leur joie et laissent échapper quelques applaudissements. La fin du voyage semble proche…

L’exploration s’achève sur une récréation, où les chevaux libérés de leurs cavaliers, s’exhibent autour des quatre saxophonistes installés au centre de la scène, taquinant l’instrument des musiciens du groupe Ossia. Les caractères de Curieux, Rusé, Fourbe, Inquiet… se révèlent enfin pour notre plus grande satisfaction.

Le spectacle est de toute beauté. La technique ne peut pas mieux servir le charme de la représentation. Il ne s’agit pas de faire la démonstration de figures de haute voltige, mais plutôt de donner à voir l’intime relation qui lie l’écuyer à son cheval, alliant rigueur technique et beauté spectaculaire, l’élégance de la bête à la prestance du cavalier. Le voyage est terminé, vous pouvez laisser éclater votre joie et remercier les artistes pour cette belle échappée. Et n’oubliez pas d’envoyer vos coussins sur la scène ! Tradition du festival oblige ! 

Audrey Chazelle


Partitions équestres, de Bartabas

Académie du spectacle équestre de Versailles et Ossia Saxophones

Les Nuits de Fourvière, Grand Théâtre

Billetterie : 04 72 32 00 00

www.nuitsdefourviere.fr

Chorégraphie : Bartabas

Musique : Philip Glass

Assistante à la mise en scène : Anne Perron

Avec :

  • Les cavaliers : Bartabas, Emmanuel Dardenne, Laure Guillaume, Marie Lesnard, Emmanuelle Santini, Morganne Belz, Alexandra Buzon, Emmanuelle Demolin, Anna Koslovskaya, Carole Mosnier, Guillaume Périchon, Christelle Plasson, Émilie Tallet, Mathieu Bianchi, Manuel Bigarnet
  • Les Chevaux :

– Criollos argentins : le Curieux, le Dormeur, le Fourbe, le Grincheux, l’Inquiet, le Nerveux, le Rusé

– Lusitaniens : Arlequ’un, Balestra, Géricault, Maravilha, Nord, Pasa Di Sotto, Pas de deux, Quilate, Rejeneo, Soulage, Sud, Treize et Trois

– Quarter horses : Flash, Frankie, Kid, Soutine

– Sorraias : Jupiter, Mars, Mercure, Pluton, Saturne, Vénus

– Troupeaux argentins : Arès, Ascleptos, Déméter, Dionysos, Éros, Héphaistos, Héra, Pan, Zeus, Antonète, Arruza, Belmonte, Bombita, Cagancho, Chamaco, Conchita Citron, Dominguin, el Cordobes, el Gallo, el Soro, el Viti, Franscuelo, Nimeño

– Chevaux de Bartabas : Zanzibar (quarter horse), le Caravage (anglo-hispano-arabe), Horizonto (lusitanien)

Grooms : Solenn Heinrich, Sarah Boulier

Ossia saxophones : Jean-Paul Bouvatier, Hervé Saillard, Patrice Foudon, Jean‑Michel Pirollet

Lumières : Manu Bernard

Costumes : Dries Van Noten

Régie son : Olivier Carrara, Nicolas Faure, Éric Grenot, Matthieu Pelletier

Régie générale : Emmanuel Journoud

Responsables des écuries : Pierre Boiffard, Francis Tabouret

Palefreniers : Aurélie Dehove, Réli Rodier, Olivier Serpette, Lucie Lebey

Selles : Hermès

Habilleuse : Lucie Albugues

Structure de scène : Scenetec

Musiques de Philip Glass : In the Upper Room, Melodies for Saxophone, The Windcatcher

Photo : © Michel Cavalca

Avec le concours des équipes techniques des Nuits de Fourvière

Grand Théâtre, les Nuits de Fourvière, sur la colline de Fourvière

Du 7 au 12 Juin 2008 à 22 heures

Durée : 1 h 15 environ

26 € | 31 €