« Shopping and Fucking », de Mark Ravenhill, les Ateliers à Lyon

Sans une seule fausse note

Par Esther Mano
Les Trois Coups

Écrit en 1966, « Shopping and Fucking » est la pièce qui propulse Mark Ravenhill au rang des auteurs contemporains de théâtre incontournables. Yves Charreton et son équipe la porte avec brio sur la scène des Ateliers. Violence, tendresse, émotion et cruauté se mêlent sans jamais flirter avec la vulgarité. Les comédiens nous offrent un jeu sans limite, d’une grande pureté.

Mark achète Lulu et Robbie. Mark consomme de la drogue. Mark se fait soigner. Lulu et Robbie ne peuvent survivre. Ils vont vendre de la drogue, vendre du téléphone rose. Et puis il y a Gary qui vend son corps. Mark qui achète des relations sexuelles pour éviter l’attachement. Brian qui réclame l’argent, Gary qui achète la mise en scène de sa mort…

Vendre, acheter, acheter, vendre, l’histoire n’est qu’un support. En fait, « tout s’achète et tout se vend » et dans Shopping and Fucking la marchandise est sexe, corps, âme. L’univers est consommation, sexe, désarroi, misère économique.

Dans un décor épuré et une lumière forte, sur un rythme énergique, les comédiens nous emmènent dans un monde où les travers de notre société sont exacerbés jusqu’à la nausée. La prouesse est dans le fait que notre voyage peut se faire avec tendresse. Les personnages sont émouvants par leur fragilité, les comédiens leur donnent corps avec générosité, sans les juger. L’exigence de leur jeu est troublante. J’ai aimé leur abandon sans limite. Nous sommes là, spectateurs, voyeurs, d’un monde dont nous faisons partie. Nous rions de ce que nous sommes chaque jour. À une échelle différente, certes, mais nous sommes nous aussi les acteurs de cette société surconsommatrice, où le sex-toy envahit nos magazines, où la chirurgie esthétique propose de développer le point G pour un orgasme assuré, où on nous vend le bien-être en pilule et l’anorexie comme critère de beauté et de maîtrise du corps, où l’humain est oublié au profit de son enveloppe corporelle et financière.

Avec tout cela, on rit durant le spectacle. On s’émeut de ces moments d’amour et de tendresse. Et si parfois l’action est crue, jamais elle n’est vulgaire. Je suis sortie la rage au cœur avec l’envie de faire partager ce moment. Je suis sortie sans avoir vu une seule fausse note. 

Esther Mano


Shopping and Fucking, de Mark Ravenhill

Traduction : Agathe Teyssier et Dominique Deschamps

Mise en scène : Simon Delétang

Avec : Mathieu Besnier, François Godart, Valérie Marinese, Thomas Poulard, François Rabette, Julien Louisgrand

Scénographie : Daniel Fayet

Lumières : Thomas Chalazon

Son : Nicolas Lespagnol‑Rizzi avec les voix de Pierre Bellemare et Simon Delétang

Costumes : Odrée Chaminade, Gwenn Tillenon, avec l’aide de Natacha Costechareire

Régie générale : Julien Louisgrand

Régie son : Pierre Xucla

Technique : Christophe Sauvet

Stagiaire costumes : Célia Nikanoroff

Construction du décor : les Ateliers du Vidourle, Anne de Crécy et Gérard Rongier

Photo : © David Anémian

Remerciements : Pierre Bellemare, Sylvestre Mecier, Théâtre du Point-du‑Jour, Cie des Lumas

Diffusion : Sébastien Le Potvin

Théâtre Les Ateliers • 5, rue du Petit-David • Lyon

04 78 37 46 30 | télécopie : 04 72 41 93 02

Du 16 au 26 octobre 2007 à 19 h 30 ou 21 heures

Réservations au 04 78 37 46 30 ou à l’accueil du Théâtre Les Ateliers

20 € | 18 € | 14 € | 10 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.