« Silence », d’Isabelle Darras, Bernard Senny et Julie Tenret, Théâtre des Doms à Avignon

L’humour et la vie l’emportent

Par Laura Plas
Les Trois Coups

Alliant pudeur et émotion, « Silence » raconte la vieillesse et la perte de l’être aimé avec une grande délicatesse. L’on pense aux « Vieux » de Brel, on a le cœur serré mais le sourire aux lèvres.

« Silence » © Yves Kerstius
« Silence » © Yves Kerstius

Nous cachons la mort et confions nos vieux à des maisons qui ont le doux nom de fleurs. Car, nous le savons, le dernier acte est sanglant, et nous préférons en lever le rideau le plus tard possible. Le nouveau spectacle de la compagnie Night Shop conjure ce silence, en évoquant ce temps où l’on marche à petits pas, où la mémoire flanche et la vie s’en va.

L’action de Silence se situe en effet dans une maison de repos. Là vivent Élise et Jean. Deux vieux amants, comme on en rêverait. Ils sont passés à travers le temps sans se lâcher la main. Les deux interprètes du spectacle nous les font connaître peu à peu. D’abord, ils sont présentés parmi les autres pensionnaires avec des techniques qui font surgir le sourire, mais maintiennent une forme de distance. Ensuite, nous gagnons le droit de partager leur intimité et même leurs souvenirs. Alors, des marionnettes hyperréalistes sont manipulées, et nous ne serions pas surpris de les voir quitter la scène pour rejoindre nos rangs. Il faut saluer le travail de fabrication de ces marionnettes qui n’ont rien à envier à celles de Ron Mueck.

Mais l’effet de réel provient tout autant de la subtilité de la manipulation d’Isabelle Darras et Julie Tenret. Jean feuillette un journal, Élise remet de l’ordre dans la tenue matinale de son mari. Un mouvement de la main, une tête qui s’incline presque imperceptiblement, et c’est tout un quotidien que l’on nous donne à voir. Cette justesse induit l’empathie : Élise et Jean ne sont sans doute pas parfaits, mais ils nous ressemblent, ou nous leur ressemblerons un jour.

Vivre, toujours vivre !

Pour autant, le spectacle ne verse pas dans le pathos. Les plus dures réalités sont évoquées comme en passant. Parfois, on ne parvient pas à y croire tout à fait. Et puis l’humour et la vie l’emportent, en dépit de tout. Une vidéo joyeuse et colorée nous rappelle combien Jean et Élise ont été heureux et amoureux. Et puis les deux amants n’ont pas renoncé à profiter de l’existence malgré tout et en particulier les interdits de leur maison de retraite. Les voilà à faire de la contrebande… de gaufres, à se fabriquer des dragons ailés pour échapper à la grisaille du quotidien. Et même la mort ne semble pas assez forte pour détruire cette vie et cet amour fou.

Leur intérieur est à leur image : plein de ressources et de fantaisie. Il nous réserve quelques jolies surprises scénographiques. C’est pourquoi, même si on est parfois ému aux larmes, on rit aussi et on éprouve pour Élise et Jean la même tendresse que celles qu’expriment leurs aides-soignantes / manipulatrices. 

Laura Plas


Silence, d’Isabelle Darras, Bernard Senny et Julie Tenret

Night Shop Théâtre • 123, rue du Monténégro • 1190 Bruxelles • Belgique

+ 33 (0)5 65 36 69 47

Site : www.nightshoptheatre.be

Mise en scène : Bernard Senny

Avec : Isabelle Darras, Julie Tenret

Réalisations films : Sébastien Fernandez

Création lumière : Jérôme Dejean

Création sonore : Guillaume Istace

Régie : Karl Descarreaux, Dimitri Joukovsky et Nicolas Verfaillie (en alternance)

Marionnettes : Pascal Berger et Joachim Jannin (têtes), Totzli Godinez de Dios, Julie Tenret (corps)

Scénographie et constructions : Bernard Senny, avec Zoé Tenret, Isabelle Darras et Julie Tenret

Voix off : Suzanne Wauters

Photo : © Yves Kerstius

Théâtre des Doms • 1 bis, rue des Escaliers-Sainte-Anne • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 14 07 99

Site du théâtre : http://www.lesdoms.eu

Courriel de réservation : info@lesdoms.eu

Du 6 au 27 juillet 2014 à 18 heures, relâche les 15 et 22 juillet

Durée : 1 heure

17 € | 12 € | 6 €

À partir de 10 ans