« Slow futur », d’Elsa Guérin et Martin Palisse, La Route du Sirque, chapiteau Sirque, à Nexon

« Slow futur » © Philippe Laurençon

Faire corps

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

« Slow futur » est une performance de jonglage innovante. Une expérience collective à vivre en avant-première sur La Route du Sirque, avant sa création du 10 au 14 novembre 2015 au festival Mettre en scène (au Grand Logis à Bruz), avec le Théâtre national de Bretagne à Rennes.

Vivants, Elsa Guérin et Martin Palisse le sont bien ! C’est pourquoi ils ont choisi de révéler la part sensible du jonglage, une pratique qu’ils envisagent aussi dans son minimalisme. Les voilà donc sur un tapis roulant de huit mètres, évoluant au rythme d’une musique jouée en live par le groupe Zombie Zombie, qui livre ici une composition originale mêlant sons électroniques et analogiques.

Soumis à l’impulsion de la machine, ces deux humains marchent, courent, s’immobilisent, en jonglant avec de simples balles, tels des robots. Face à cette mécanisation inexorable, ils font corps. Ensemble. De déplacements en chorégraphies jonglés, le couple tente l’unité, vaille que vaille, pour contrer ce mouvement puissant qui les emporte. Cela les sauvera-t-il ?

Mécanique froide

L’utilisation de ce tapis roulant comme agrès de cirque est innovante et intéressante pour les contraintes qu’elle impose. Au passage, bravo pour la performance : évoluer dans cette écriture horizontale et verticale, debout ou couché, d’avant en arrière, en parfaite synchronisation avec la musique, est en soi remarquable. Les interprètes sont littéralement portés par la musique, et peu de balles tombent. Si, envisagée de la sorte, la pratique du jonglage peut paraître rébarbative, sa mécanique se nourrit là de couches, d’accumulations et de variations subtiles. En plus de l’aspect répétitif des mouvements, la musique envoûtante hypnotise le public.

En mettant ainsi en scène leur corps et leur relation à l’autre, Elsa Guérin et Martin Palisse ont fort bien exploré le potentiel chorégraphique et théâtral du jonglage. Et cette métaphore du temps qui passe prend toute sa dimension avec les ralentis ou accélérations synchronisés des musiciens et les jeux d’éclairage. Donc, mouvements et mises en tension dramatique des corps, il y a. Dommage, toutefois, que l’émotion peine à émerger. L’approche conceptuelle contribue sans doute pour beaucoup à cette froideur. Le dispositif aussi : l’installation de néons blancs participe non seulement à l’écriture rythmique, mais encore elle dessine l’espace qui en devient carrément clinique.

De nombreux spectacles traitant de la quête de notre humanité perdue ont ce supplément d’âme qui redonne espoir. Pas celui-ci ! Mais on ne va pas toujours au cirque, ou ailleurs, pour être rassuré. D’autres bousculent et dérangent. Par sa montée en puissance progressive, Slow futur mène inexorablement dans un tunnel temporel au bout duquel il faut lutter pour trouver la lumière, autrement dit pour rester éveillé, comprendre, résister. Voilà donc une expérience très intéressante à vivre pour, peut-être, changer nos modes de fonctionnement. 

Léna Martinelli


Slow futur, d’Elsa Guérin et Martin Palisse

Conception, mise en scène et scénographie : Elsa Guérin et Martin Palisse

Musique originale : Zombie Zombie

Cirque Bang Bang

Contact : Boris Sommet (Le Sirque)

Tél. 06 46 07 51 50

Courriel : production@sirquenexon.com

Avec : Elsa Guérin, Martin Palisse, Étienne Jaumet, Cosmic Neman, Dr Schonberg

Création, construction, installation lumineuse et régie lumière : Thibault Thelleire

Construction scénographique (tapis roulant) : Stephan Duve

Régie son et plateau, direction technique : Gildas Céleste

Photo : © Philippe Laurençon

Chapiteau Sirque  • pelouse centrale du Château • 87800 Nexon

Dans le cadre de La Route du Sirque

Réservations : 05 55 00 98 36

Site : www.sirquenexon.com

Courriel de réservation : billetterie@sirquenexon.com

Du 14 au 16 août 2015, à 21 heures sauf le 16 à 20 heures

Durée : 1 heure

20 € | 15 € | 8 €

Dès 8 ans