« Tartuffe », de Molière, l’Entrepôt à Avignon

Salle de spectacle

Un « Tartuffe » qui décoiffe !

Par Aurélie Plaut
Les Trois Coups

« Tarfuffe », un texte classique ? La compagnie Astrov revisite ce Molière et entraîne avec elle le public de l’Entrepôt dans une joute verbale haletante et d’une grande modernité.

Entrée du public. Nous pénétrons dans une salle qu’on imagine conventionnelle : scène, gradins, comédiens, spectateurs, deux « équipes » bien à leur place destinées à se faire face le temps de la représentation. Que nenni ! Le metteur en scène Jean de Pange a choisi de nous placer dans l’espace scénique, de faire de nous des spectateurs-acteurs. Rien de nouveau, me direz-vous. C’est exact. Pourtant, notre posture est d’emblée bousculée. L’accueil chaleureux par les comédiens eux-mêmes – occupant la fonction de l’ouvreuse – a de quoi troubler. On comprend dès lors la volonté de créer une proximité, une intimité avec un public réellement invité ici à partager un instant de la vie d’Orgon et de sa famille.

L’intrigue est simple. On la connaît. Orgon et Madame Pernel, sa mère, sont tombés sous la coupe de Tartuffe. Celui-ci, abusant de la confiance qu’ils ont placée en lui, s’emploie à séduire Elmire, la femme de son bienfaiteur. Jean de Pange fait du personnage de Tartuffe un séducteur, incarnation étonnante s’il en est de Dom Juan. Le talentueux Julien Kosellek campe un faux dévot tout en séduction langoureuse, qui n’est pas sans rappeler Marlon Brando. Cela tient certainement à son marcel noir moulant, son tatouage, ses biceps à vue et ses cheveux gominés. Il devient sous la direction de Jean de Pange un « bad boy » qui séduirait n’importe quelle pucelle effarouchée. Elmire (Céline Bodis) et Dorine (Clémentine Bernard) sont quant à elles d’une justesse indéniable. Elles oscillent avec légèreté entre femmes du monde et femmes fatales, capables de passer tour à tour de la rigidité maîtrisée à la beauté érotique de la lionne. Mariane et Damis, les enfants de la famille, sont interprétés par Fabrice Cals. Le comédien leur donne une couleur comique. Son talent l’exempt de tout artifice de travestissement. Sans difficulté aucune, il passe d’un personnage à un autre par un simple sweat-shirt à capuche. Aucune fausse note. On adhère. Même constat pour Laurent Fratalle (Valère et Laurent), un comédien dont la diction est impeccable.

Un dépouillement qui fait la part belle aux comédiens

Pas de costume, pas de décor. Une simple table au centre du « ring » qui permet aux corps d’exprimer l’émotion. La scène magistrale durant laquelle Orgon (Laurent Joly) observe sa femme confondre Tartuffe est d’une énergie folle. Ici, pas d’amant dans le placard, mais un mari sous la table, mari atterré par ce qu’il voit et entend : des paroles et des gestes d’une indécence scandaleuse. Le jeu magistral de Laurent Joly vient mettre en lumière l’impulsivité et l’autorité affectée d’un homme qui tente de s’imposer dans une famille peu encline à le suivre. D’ailleurs, il ne peut qu’admettre sa désillusion… Tout comme Tartuffe, désavoué, qui quitte le plateau la queue entre les jambes.

Ce spectacle, résolument moderne, montre que le travail de direction d’acteurs peut à lui seul servir le texte. Les guitares qui s’invitent sur le plateau permettent aussi à Tartuffe de « slamer » Molière. L’alexandrin swingue comme une poésie urbaine pour notre plus grand plaisir. 

Aurélie Plaut


Tartuffe, de Molière

Cie Astrov • Metz

Diffusion : Jonathan Boyer / LYDLM

jboyerdiffusion@gmail.com

Mise en scène : Jean de Pange

Avec : Clémentine Bernard, Céline Bodis, Julien Buchy, Fabrice Cals, Laurent Frattale, Laurent Joly, Julien Kosellek

Scénographie : Mathias Baudry

Création lumière : Nathalie Perrier

Création sonore : Benoît Faivre

Costumes : Dominique Fabuel

Collaboration à la mise en scène : Claire Cahen

L’Entrepôt • 1 ter, boulevard Champfleury • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 88 47 71

Du 5 au 27 juillet 2014 à 15 h 45 (jours impairs)

Durée : 1 h 30

15 € | 10 €

Tournée 2014-2015 :

  • Du 22 au 26 septembre 2014 : Dyptique Dom Juan / Tartuffe à Château-Rouge (Annemasse)
  • Les 14 et 15 octobre 2014 : Tartuffe à Scènes Vosges (Épinal)
  • Les 13 et 14 novembre 2014 : Dom Juan au Théâtre du Pilier (Belfort)
  • Les 27 et 28 novembre 2014 : Tartuffe au Théâtre de la Méridienne (Lunéville)
  • Les 3 et 4 décembre 2014 : Dom Juan, espace B.‑M.‑Koltès (Metz)
  • Du 2 au 5 mars 2015 : Tartuffe, Théâtre Ici et là (Mancieulles)
  • Du 10 au 14 mars 2015 : Dom Juan, Théâtre de l’Ancre / palais des Beaux‑Arts (Charleroi)