Focus festival Les Rugissantes, L’Homme Debout, Avec-ou-Sanka, cie Tout par terre, Les Beaux Bagages, Le Creusot

Cie_Avec-ou-Sanka_LaffaireSardines © Nicolas-Maurice

Géante, riante et militante

Par Stéphanie Ruffier
Les Trois Coups

Cette nouvelle édition des Beaux Bagages célèbre la rue comme lieu de retrouvailles et d’émerveillement. La géante en osier de « L’Homme Debout » fait briller les yeux et associe les habitants de la ville. Le rire et les enfants sont partout à l’honneur.

Un rendez-vous décidément très populaire ! La saison estivale des Rugissantes, au Creusot, a encore rassemblé un public fidèle et nombreux lors de son lancement, le soir du 14 juillet. Il faut souligner que le maire adjoint à la culture de la ville, Jérémy Pinto, fait montre d’un vrai souci de l’espace public, de l’ouverture à tous et réaffirme la liberté de création. Cela fait grand plaisir en ces temps où de nombreux festivals historiques d’arts de la rue bataillent avec leur municipalité pour faire entendre leurs valeurs et leurs nécessités !

« Aux Ptits Rognons », cie Tout par terre © Olivier Gaulon

Est-ce l’influence des fameux fours de la verrerie, identité de la ville ? Feu et extincteur semblent les ingrédients rois du spectacle d’ouverture. Dans la droite lignée de la cie du Deuxième, qui faisait valser les plats lors de la dernière édition, la cie Tout par terre lutte contre les flammes, la fumée et le ratage culinaire. Le duo des jongleurs ouvrait les hostilités avec un cauchemar en cuisine qui a beaucoup fait rire les spectateurs. Quand les fouets et les oignons volent, le public se sent aux petits oignons. Puisant dans l’idée des rats facétieux et envahissant de Ratatouille, comme dans les percussions sur meubles et ustensiles du film Sound of Noise, la proposition était joyeuse, mais manquait un peu de rythme.

Changement d’échelle

C’est à la nuit tombée que les regards se sont allumés. Une voix s’élève « Bienvenue ici où tout a commencé. » Dans le quartier de la Molette, au détour d’un immeuble, on voit soudain apparaître une marionnette géante, en osier. Il s’agit de Plume, une petite fille de 10 ans qui s’inquiète de la disparition des oiseaux. Elle est née d’un projet participatif de longue haleine qui a vu plus de deux mille habitants issus d’Ehpad, de crèches et d’associations collaborer au tissage de son corps. Ils ont également été associés à la confection de costumes des personnages qui accompagnent ses déplacements. Une kyrielle d’enfants du conservatoire, ainsi que d’autres jeunes et adultes d’ateliers se déploient, en complices, pour les scènes théâtralisées ou dansées. Fluide, lumineuse, féérique, la proposition n’en est pas moins engagée.

« La Cabane à Plume(s) », cie L’Homme debout © Olivier Gaulon

On sent immédiatement le lien fort qui unit le public à cette marionnette de plus de sept mètres de haut, tout en transparence et en lumière, une sorte de Petit Prince ébouriffé apparu dans la fumée. Elle avance d’un bon pas, munie d’une lampe de poche qui crée une trouée magique dans le noir. Certains la suivent, d’autres la devancent, une nuée de téléphones portables s’élève comme des lucioles. Ses pas nous emportent à la recherche des oiseaux : des projections sur immeubles, ainsi que des images numériques sur voiles nous rappellent le désastre de leur raréfaction. Défiant l’apesanteur, la marionnette entre dans une danse aérienne avec un animal totémique et d’autres êtres emplumés et bondissants. Face à l’amie démesurée, la foule vit des émotions d’enfant.

Une icône et des déambulations

La soirée se termine avec un spectacle millésimé 1999. Avec-ou-Sanka fête cette année sa millième représentation de L’Affaire sardines. Un sacré exploit ! Cette fausse conférence-enquête sur une sombre histoire de meurtres a-t-elle conservé sa vivacité ? Sacrément ! Elle est construite sur le commentaire foldingue de photos de boîtes de sardines. La projection de diapos est délicieusement surannée, le présentateur défenseur d’une « justice plus scientifique » ne ménage pas les enfants, pour le plus grand plaisir de tous. « Très IN complètement OUT » indique le site de la compagnie. Et c’est bien vu ! Cela rigole fort dès le début, puis c’est moins systématique. Mais ressurgissent régulièrement de très belles trouvailles dans l’esprit théorie du complot. La nuit se termine au tempo New Orleans tonique du Skokiaan brass band.

« Là-bas », cie Les Sœurs Goudron © Bruno Belleudy

Le lendemain matin, sur une esplanade proche d’un grand parc, on retrouve Plume en plein jour. Plus accessible, toujours aussi expressive, grâce à la délicatesse des six manipulateurs, elle est accompagnée d’un grand oiseau blanc marionnettique et d’une murmuration d’enfants. Elle s’ensauvage, se revêt de plumes de tissus et défend sa cabane, thème porté par cette création dans la lignée des ouvrages de Murielle Macé et des défenseurs du vivant. On aime ces spectacles fédérateurs, grand format, en relation délicate avec la ville tout entière. Artisanale, humble très visuelle, discrètement écologique, l’aventure de Plume se joue en trois actes militants.

Le programme du week-end s’annonce réjouissant : des spectacles burlesques, de la musique, du cirque. On salue le choix de programmer des déambulations, ces formes surgissantes qui cherchent le contact avec les badauds, qui ouvrent une part d’imprévu et de turbulence. Les décapantes Sœurs Goudron et les enchanteurs chevaux luminescents de la compagnie des Quidams vont entrer en piste. 🔴

Stéphanie Ruffier


Aux p’tits rognons, cie Tout par terre

Site de la compagnie
Avec : Colin Camaret et Anthony Dagnas
Mise en scène : Élie Lorier
Tout public
Tournée ici :
• Les 20 et 21 juillet, au Mans (72)
• Les 22 et 23 juillet, à Romorantin-Lanthenay (41)
• Le 10 août, à Brouage (17)
• Le 11 août, à l’île d’Aix (17)
• Les 23 au 26 août, au Festival d’Aurillac (15)
• Les 9 et 10 septembre, à Montcuq (46)
• Les 16 et 17 septembre, à Vascon di Carbonera, à Treviso (Italie)

La Cabane à Plume(s), créative participative de la Cie L’Homme debout

Site de la compagnie
Marionnettes : cie L’Homme debout et habitant·es du Creusot
Musique : Julien Padovani
Costumes : Élodie Gaillard
Incantation, paroles : Sylvain Girault
Chorégraphie : Laurent Flaguiéras
Tout public
Tournée :
• Les 15 et 16 septembre, en partenariat avec la Com Com Lacq Orthez, à Mourenx (64)
• Les 13 et 14 octobre, Parc Naturel Régional, sur le territoire du Périgord Limousin, à Firbeix (24)

L’Affaire Sardines, Avec-ou-Sanka

Site de la compagnie
Mise en scène et interprétation : Erick Sanka
Tout public

Dans le cadre du Festival Les Rugissantes, du 14 au 16 juillet 2023
Les Beaux Bagages • 71200 Le Creusot
Contact : 03 85 77 58 63 ou mail
Plus d’infos ici

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Du coup, vous aimerez aussi...

Pour en découvrir plus
Catégories

contact@lestroiscoups.fr

 © LES TROIS COUPS