Précédent
Suivant

La Galerie, Machine de Cirque, La Scala Provence, Festival Off Avignon

1-La-Galerie-Machine de Cirque

Ode à la créativité

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Le cirque envahit le musée ! En s’aventurant aux frontières de l’art par le truchement d’une exposition complètement absurde, Machine de Cirque crée des scènes insolites saisissantes de virtuosité. C’est sûr, ces acrobates baignent dans l’art.

Ruée vers l’art, cocktails snobs, clins d’œil aux enchères… Ces Québecois houspillent le monde de l’art. Après des situations théâtrales assez bavardes, bien que sans paroles, les acrobates talentueux de Machine de Cirque passent enfin aux choses sérieuses. Détournant avec brio sculptures et monochromes, les personnages nous dévoilent, tambour battant, l’envers du décor, là où s’exprime la créativité débridée des artistes. Cette satire des conventions finit donc par une explosion de couleurs.

Relevons la virtuosité de ces artistes qui rivalisent d’originalité. On retient un exceptionnel numéro de barre russe (poutre souple et mobile), comme on n’en a jamais vu, et des portés très audacieux. Les prouesses sont vertigineuses et les trouvailles surprenantes. Entre la voltige, notamment à la bascule, les roues (allemande ou Cyr) et les équilibres, les artistes sont tous polyvalents, en plus. 

Spectaculaire

Aux acrobaties exceptionnelles s’ajoute une musique live interprétée par une multi-instrumentiste azimutée, Marie-Hélène Blay, qui se faufile habilement entre ces jeunes gens branchés sur 220 volts, au rythme trépidant des changements de décors, le tout relié par une chorégraphie musclée. Un terrain de jeu truffé de pièges ! Sous des dehors anarchiques, l’ensemble est maîtrisé à la perfection avec un sens de la dérision très appréciable.

Malgré le prétexte, un brin artificiel – comme ce qu’il dénonce – et quelques idées de mauvais goût (notamment le jonglage avec le pop corn), on recommande ce spectacle. La machine tourne à plein régime mais la prestation est époustouflante. Surtout, s’il cherche à nous en mettre plein la vue – comme ce qu’il dénonce finalement –, ce cirque tapageur est sincère et généreux. Et ces circassiens-là font preuve de malice car, au-delà de l’apparent culte de la performance, ils nous incitent finalement à sortir du rang, voire à l’insurrection artistique ! 🔴

Léna Martinelli


La Galerie, de Machine de Cirque

Site de la compagnie
Metteur en scène et auteur : Olivier Lépine
Directeur artistique et collaborateur à lʼécriture : Vincent Dubé
Avec : Adam Strom, Antoine Morin, Connor Houlihan, Gaël Della-Valle, Lyne Goulet, Pauline Bonanni, Marie-Michèle Pharand, David Trappes
Musique : Marie-Hélène Blay
Conseillers artistiques : Frédéric Lebrasseur, Lyne Goulet, Maxim Laurin, Raphaël Dubé et Ugo Dario
Scénographe : Julie Lévesque
Concepteur d’éclairages : Bruno Matte
Costumes : Émilie Potvin
Directrice de production : Geneviève Ouellet-Fortin
Directeur technique : Mathieu Hudon
Autres collaborateurs : Gilles Bernard et Carl D.Jardins
Dès 5 ans
Durée : 1 h 20

La Scala Provence • 3, rue Pourquery de Boisserin • 84000 Avignon
Du 7 au 30 juillet (relâche les 11, 18, 25), à 10 heures
Réservation : 04 65 00 00 90 ou en ligne
Dans le cadre du Festival Off Avignon
Plus d’infos ici

À découvrir sur Les Trois Coups :
Entretien avec Ugo Dario et Maxim Laurin, Machine de Cirque, propos recueillis par Florence Douroux

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Du coup, vous aimerez aussi...

Pour en découvrir plus
Catégories

contact@lestroiscoups.fr

 © LES TROIS COUPS

Précédent
Suivant