« Le Membre fantôme », de la compagnie Bancale, festival Bonus à Hédé-Bazouges

le_membre_fantome © _sebastien_armengol © Sébastien Armengol

Heureux pied de nez

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

La compagnie Bancale porte bien son nom ! Inspiré de la réalité, son spectacle traite de la blessure des interprètes circassiens. Impressionnante, la prestation livre aussi de précieux témoignages. Ce concentré d’optimisme est notre coup de cœur du festival Bonus.

Un homme en fauteuil roulant tente un équilibre, tandis qu’un autre réalise une sculpture avec des béquilles et qu’un troisième larron se dépêtre tant bien que mal de son corset. L’ambiance n’est pas encore à la franche rigolade, mais le ballet de béquilles qui suit change d’emblée le ton : ne serait-ce pas le bal des estropiés ?!

Pas de quoi se bidonner, surtout que le récit des interprètes nous fait comprendre que le spectacle est nourri de leurs histoires personnelles. Fichtre ! Suite à un accident en bascule coréenne, Karim Randé prend effectivement la décision de se faire amputer du pied droit afin de pouvoir reprendre le cirque, les alternatives proposées par le corps médical le condamnant à une vie sans sport et sans cirque. Ça lui fait une belle jambe… Un artiste qui tombe doit toujours se relever, non ?

Justement, Karim Randé ne manque pas de ressources. Cette expérience, et les rencontres avec d’autres blessés, comme lui, mis un temps sur la touche, vont lui inspirer un beau projet. Non seulement, ces artistes vont utiliser prothèse et béquilles comme éléments dramaturgiques, mais aussi comme agrès. Loin de les avoir diminués, ces faiblesses décuplent leur force et leur inspirent un langage original lié au handicap. Leur démarche : transcender les blessures par le courage, l’entraide et la créativité. 

L’amour du risque

Pourquoi ses interprètes flirtent-ils en permanence les limites ? Comment peuvent-ils autant frôler le danger ? Faut-il la sanction physique pour stopper toute addiction à l’adrénaline ? Voilà quelques-unes des questions posées dans ce spectacle. Même si la notion de performance fait débat au sein du cirque contemporain, le dépassement de soi est inhérent à cet art. Pas nécessaire mais intéressante, cette composante permet aussi au public de dompter ses propres peurs. Au-delà de l’invalide privé de son outil de travail, le propos nous concerne tous : comment surmonter les épreuves ?

La compagnie Bancale aborde ce sujet délicat de façon originale et drôle. Sans une once de pathos ou de morale, le témoignage de Karim Randé est poignant car, loin de nous culpabiliser, il nous autorise même à rire de son handicap. Il évoque aussi la douleur quotidienne, ses tracas et ses doutes, sans jamais s’apitoyer sur son sort. Un optimisme exemplaire.

Les interprètes sont exceptionnels. La partie narrative est bien assumée, les transitions sont assurées par des chorégraphies fluides et les numéros de cirque sont bluffants. Karim Randé fend l’air de son corps asymétrique avec une belle présence, triomphe de ses peurs, y compris sur la bascule coréenne. Sa prothèse supplée, compense, soutient le membre fantôme, avec des adaptations spéciales pour ses acrobaties, tout en puissance. Fabien Milet traverse les frontières mentales en virevoltant sur le double mât chinois avec une grâce féline. Les portés traduisent avec une grande poésie la solidarité qui l’a aidé à reprendre pied. Quant à Thibault Clerc, il évolue sur scène et dans les airs avec une aisance déconcertante. Tous trois se taquinent, se défient, prennent encore et toujours des risques fous. Leur complicité est contagieuse.

Qu’ils les cachent ou les montrent, voire les exhibent, chacun a su intégrer leurs séquelles à leur pratique. Ces différences font décidément leur force. Mine de rien, ce spectacle revigorant contribue à bousculer nos a priori, en interrogeant, aussi, le regard sur le handicap. Bravo ! 

Léna Martinelli


Le Membre fantôme, de la compagnie Bancale

Avec : Karim Randé, Thibault Clerc, Fabien Millet, Madeg Menguy

Yeux extérieurs : Grégory Feurté, Farid Ayalem Rahmouni, Nicolas Bernard, Émilie Bonafous

Musique : Madeg Menguy

Régisseur lumière : Émilien Picard

Costumes : Suan Czepczynski

Dès 6 ans

En extérieur, le 28 août 2021

Dans le cadre du festival Bonus, du 24 au 29 août

Théâtre de poche, scène de territoire pour le théâtre Bretagne romantique – Val d’Ille-Aubigné • 2, rue Saint-Louis • 35630 Hédé-Bazouges

Réservations : en ligne • Tél : 09 81 83 97 20 • contact@theatre-de-poche.com