Le Théâtre du Voyageur à Asnières‑sur‑Seine est toujours en danger de mort

Théâtre du Voyageur © Aurélien Melior

Casse‑toi pov’ troupe ! (suite)

Par Olivier Pansieri
Les Trois Coups.com

« Asnières ! Ton univers impitoya‑a‑a‑able… » Nos internautes se souviennent du cri que nous avions poussé pour les alerter sur le sort du Théâtre du Voyageur, menacé à brève échéance de se retrouver à la rue. Un nouveau délai vient de lui être fixé : 31 août, cette fois. « Les Français seront à la plage. On pourra étouffer peinard ces saltimbanques, leurs protestations et le scandale culturel que cela représente », se disent les pouvoirs publics. À tort ? Pas sûr.

On le sait bien, pour les politiques, il n’y a que deux sortes de théâtre : l’électoralement rentable et l’autre. Électoralement rentables sont les spectacles de rue, de préférence somptueux, les pantalonnades « qui ne prennent pas la tête », les grosses machines budgétivores, qui se portent pourtant comme des charmes, les attrape-nigauds, les pièces qui font pchitt, avec des acteurs connus, du rire, des flonflons, des feux d’artifice. D’artifesse même, c’est encore mieux.

Le malheur a voulu que Chantal Melior pratique l’autre. Le littéraire, le poétique, le profond, le « chiant ». Celui qui demande de l’attention, un suivi, de la persévérance. Qui parle, d’homme à homme, de l’homme à l’homme, fût-il une femme. Un anachronisme, que ce théâtre-là. Que dis‑je ? Un anar chronique ! Rendez-vous compte. Où va‑t‑on, quand l’électeur se substitue, par l’imagination, à son habituel fournisseur d’accès aux évènements, voire aux idées ?! Qu’on l’invite à revivre, à repenser, à ressentir, à recréer tout par lui‑même !?

Le Théâtre du Voyageur a construit patiemment : son théâtre, d’abord. Concrètement, physiquement, avec du ciment, des parpaings, des loges, une régie, des kilomètres de câbles, des gradins, des sorties de secours… que bien souvent les acteurs ont montés eux-mêmes, sous les ordres de maîtres d’ouvrage qui, par grandeur d’âme, oubliaient souvent de facturer leur temps. Le Voyageur a aussi construit son répertoire de textes, son réservoir d’acteurs et son fichier de spectateurs. Des spectateurs conviés, à longueur d’année, à des rencontres, des stages, des débats, des animations. Un travail d’abeille.

Ces acteurs têtus ne se résignent ni aux oboles ni aux portes closes

Le Voyageur, c’est une ruche. Demandez aux gamins qui, sérieux comme des papes, y apprennent à faire les pitres. Ou aux groupes d’amateurs qui y découvrent chaque semaine la vitalité de ces textes qu’ils croyaient morts. À ces acteurs têtus, qui ne se résignent ni aux oboles ni aux portes closes, et qui y ont retrouvé espoir et confiance, au cours de stages réputés. « Et sinon, tu montes quoi cette saison ? » demandent‑ils bien sûr à Chantal. « Oh, je ne sais pas encore. Peut-être trois ou quatre Shakespeare… » ! Dans quel théâtre, aujourd’hui, entend‑on une réponse pareille ?

Et c’est pourtant la seule qui vaille. Elle me rappelle Vitez faisant fumer son studio d’Ivry, un ancien bistrot, parfois avec des distributions pléthoriques ! Ou Jacques Mauclair montant inlassablement des auteurs nouveaux, à raison de trois ou quatre par an, dans son théâtre minuscule de la rue Volta. Du moins, leurs propriétaires leur fichaient-ils la paix. Pas comme ce Monsieur « Réseau ferré de France », qui en plus a le toupet de proclamer, sur tous les écrans, à longueur de clips : « Nous avons de grands projets pour vous ». Surtout de grandes dents, mère-grand !

Aux dernières nouvelles, Sébastien Pietrasanta, maire socialiste d’Asnières, et avec lui tout le conseil municipal (du 16 février 2012) a émis le vœu que le départ de la troupe au 31 août soit « renégocié ». De son côté, la D.R.A.C. Île-de‑France s’émeut et va recevoir prochainement Chantal Melior. Laquelle a eu bien du mérite à monter comme prévu ses deux comédies. « Show must go on », comme on dit au pays de J.R. Depuis quand est‑ce le nôtre ? 

Olivier Pansieri


Théâtre du Voyageur • gare S.N.C.F., quai B • 1, place de la Station • 92600 Asnières‑sur‑Seine

Tél. 01 45 35 78 37

http://www.theatre-du-voyageur.com/

chantal.melior@free.fr

Photo du Théâtre du Voyageur : © Aurélien Melior