« Marié à tout prix », de Nicolas Hirgair, Théâtre Edgar à Paris

Marié à tout prix © D.R. Marié à tout prix © D.R.

Rire, tout simplement

Par Isabelle Jouve
Les Trois Coups

Avec « Marié à tout prix », Nicolas Hirgair, comédien et auteur, nous propose une comédie facile mais pétillante. Pas besoin de long discours pour apprécier.

Antoine, professeur dans une Z.E.P. et célibataire légèrement misogyne sur les bords, a des dettes à ne plus savoir qu’en faire. Il vient frapper à la porte de son grand-père, espérant lui soutirer l’argent dont il a besoin. Malheureusement pour lui, cet aïeul cacochyme et farceur, qui va fêter ses quatre-vingts printemps, met une condition à ce soutien financier : Antoine doit se marier dans les dix jours. Catastrophe ! Aidé par Corinne Monge, l’aide-ménagère de son parent, femme pleine de ressort et d’imagination, il va essayer de remplir le contrat. Cette dernière, véritable saint-bernard, ira jusqu’à organiser un speed-dating dans une boîte de nuit. Les prétendantes au mariage, toutes interprétées par Dominique de Lacoste, sont vraiment comiques dans leurs disparités et leurs stéréotypes.

Dans cette pièce, Nicolas Hirgair a réussi à écrire une comédie pour deux acteurs et six personnages sans verser dans les clichés incolores et inodores. Ce n’est pas du Shakespeare et cela tombe bien, car ça n’en a pas la prétention. Le spectateur comprend très vite que l’intrigue, très mince, n’a pas d’importance. Ce qui compte, ce sont les échanges et le jeu des deux acteurs qui doivent tenir la cadence sans que le propos ne perde de son efficacité. Et ces derniers y parviennent parfaitement, notamment grâce à la mise en scène de Luq Hamett qui appuie savamment les répliques cocasses qui fusent sur un rythme rapide et soutenu. On ne s’ennuie pas une minute.

Les rires ne cessent de retentir

Thierry Beccaro, M. « Motus » depuis vingt‑cinq ans, troque une nouvelle fois son costume d’animateur télé pour celui de comédien. Sa dernière apparition date de 2010 avec C’est pas le moment ! de Jean‑Claude Isler au Théâtre Saint-Georges. Dans Marié à tout prix, il campe très justement ce célibataire désespéré et prêt à tout pour empocher l’argent de son aïeul.

De son côté, Dominique de Lacoste, la célèbre Gisèle Rouleau des Vamps, a une vraie énergie et le talent nécessaire pour rendre cette aide-ménagère, un brin opportuniste, attachante. Les deux comédiens se complètent plutôt bien. Pour le coup, le seul bémol que j’apporte sont les quelques attitudes ou intonations très Vamps dont Dominique de Lacoste n’a pas su se défaire au cours de la pièce. Il m’a semblé que ces références volontaires ou involontaires ôtent un peu de nuances au personnage de Corinne Monge.

Les décors de Claude Pierson sont sobres et suffisants. Il a travaillé sur un cadre double : l’appartement du grand-père qui va se transformer ponctuellement en boîte de nuit lors du fameux speed-dating. Il n’en fallait pas plus pour installer l’ambiance. De surcroît, le Théâtre Edgar est minuscule. Les spectateurs sont donc physiquement proches de la scène, ce qui ajoute à la complicité implicite que les comédiens savent créer avec le public. Les rires ne cessent de retentir dans la salle. On est simplement venus passer un bon moment. Le pari est gagné. 

Isabelle Jouve


Marié à tout prix, de Nicolas Hirgair

Mise en scène : Luq Hamett

Avec : Thierry Beccaro et Dominique de Lacoste

Musiques : Christian Germain et Léonard Hamet

Photo : © D.R.

Théâtre Edgar • 58, boulevard Edgar-Quinet • 75014 Paris

Réservations : 01 42 79 97 97

Site du théâtre : www.theatre-edgar.com

Métro : Edgar-Quinet, Montparnasse, Gaîté

Du 8 septembre 2015 au 2 janvier 2016, du mardi au samedi à 21 heures, semaine suivante à 19 heures, matinée un dimanche sur deux à 17 h 30

Durée : 1 h 20

25 € | 20 € | 10 €