« Why », de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne, Théâtre National Populaire à Villeurbanne

Why-Peter-Brook-Marie-Hélène-Estienne.jpg © Simon Annand

Éloge de l’épure

Par Trina Mounier
Les Trois Coups

Il n’en finit pas de gommer tout le superflu, tous les artifices, fussent-ils créateurs de beauté. Pour Peter Brook, le théâtre doit être nu afin de permettre à l’émotion et à la vérité de surgir. Avec « Why ? », il s’en approche jusquà l’effleurer, maintenant le public dans une attention qui ne se laisse pas distraire, presque douloureusement concentré.

On s’est peu à peu habitué à cette scénographie minimale où subsistent un grand tapis et quelques portants. C’est tout. Même la lumière se fait discrète. Seuls existent les acteurs. Car, autre conviction de Peter Brook, chaque représentation doit être unique, elle efface la précédente dont elle se nourrit, le théâtre s’écrit sur le sable, art de l’éphémère.

Cette fois-ci, la surprise est totale et immédiate. On nous annonce (le programme en fait foi) un spectacle en anglais surtitré. Or, les trois acteurs vont s’exprimer en français pendant toute la durée de la représentation. On nous prédit une durée d’un peu plus d’une heure ; ce sera une heure quarante. Et Kathryn Hunter remplace au pied levé et presque incognito Hayley Carmichael. Avec brio et naturel, parce qu’elle est rompue à l’exercice de travailler sous la direction de Peter Brook, comme si cela faisait partie du jeu.

Pourquoi faire du théâtre ?

Cela fait effectivement partie du jeu, selon Peter Brook. Non que les comédiens soient interchangeables, mais leur présence au sens d’incarnation dans un corps est le résultat d’un profond travail intérieur. Dans Why ?, il est question de cet apprentissage notamment. La pièce ouvre sur un conte métaphorique comme il les aime, dans lequel Dieu, interpellé par les anges qui s’inquiètent que les hommes s’ennuient le 7jour, leur envoie le théâtre. S’ensuit une série de scènes drôles et cocasses dans lesquelles les acteurs nous divertissent et témoignent de leur talent, comme celle où Marcello Magni se livre à un numéro de clown équilibriste particulièrement réussi, qui fait naître de grands éclats de rire dans la salle.

Mais bientôt la pièce va basculer dans le drame car, si le théâtre est si indispensable à la vie, s’il a un tel pouvoir, il devient ipso facto dangereux. Cette seconde partie, très émouvante, raconte la vie du metteur en scène russe Meyerhold à qui Peter Brook entend rendre hommage. Occasion de voir défiler, dans de courtes scènes très vivantes et bouleversantes, Maïakovski, Stanislavski, Staline : oui, le théâtre est dangereux, les tyrans le savent bien, qui assassinent les artistes pour les faire taire. La leçon, bien sûr, n’est pas qu’historique, elle se perpétue, hélas, d’un siècle à l’autre.

C’est pourquoi il faut aller, aussi, au théâtre ! 

Trina Mounier


Why ?, de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne

Texte et mise en scène : Peter Brook et Marie-Hélène Estienne

Avec : Kathryn Hunter, Marcello Magni, Ery Nzaramba

Durée : 1 h 10

Représentations en anglais, surtitrées en français

Théâtre National Populaire • 8 place Lazare-Goujon • 69627 Villeurbanne cedex

Du 24 au 27 septembre 2020

De 7 € à 25 €

Réservations : 04 78 03 30 30

Tournée :

– Les 30 septembre et 1er octobre , Espace Malraux scène nationale Chambéry Savoie

– Le 6 octobre, Théâtre Toursky Marseille

– Les 17 et 18 octobre, Théâtre du Luxembourg

– Du 24 au 26 novembre, Carré Colonnes, à Saint Médard en Jalles

– Le 30 novembre, Scènes Vosges La rotonde, à Épinal


À découvrir sur Les Trois Coups :

☛ The Valley of Astonishment, de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne, par Bénédicte Fantin