« BiT », compagnie Maguy‑Marin, Théâtre Garonne à Toulouse

Maguy Marin © Michel Cavalca Maguy Marin © Michel Cavalca

BiT or not to BiT, une vanité à la Maguy Marin

Par Bénédicte Soula
Les Trois Coups

Maguy Marin quitte Toulouse, sa ville natale, car la municipalité n’a pas su lui trouver un lieu de travail permanent. Mais, désormais, elle nous laisse l’une de ses œuvres les plus fortes : « BiT ». Comme un « poing final » à notre histoire avant de tourner les talons. Olé !

Un bel adieu jeté à la face du public toulousain. BiT, la dernière création de la compagnie Maguy-Marin (avant le déménagement pour Lyon) est une jolie surprise dans une rentrée socialement morose. Maguy tire sa révérence, certes, mais avec éclat. Et même avec panache. Et, comme pour nous montrer qu’elle n’est jamais à l’endroit où on l’attend, la chorégraphe a choisi de revenir à la danse. Une farandole plutôt festive : six interprètes, liés en une chaîne humaine, se livrent à une sorte de madison. On pense un peu à Pina Bausch, dans Masurca fogo. Mais ne nous y trompons pas…

Car, chez Maguy Marin, la liesse est surtout là pour souligner au mascara épais les noirceurs de notre existence. Interrompue d’ailleurs par des scènes plus sombres, dans lesquelles les envoûtements de la danse font place à la gravité d’une forme plus théâtrale, cette pièce prend très vite la tournure d’un « bal des victimes ». Un bal tragique comme il en était organisé après la Terreur par des aristocrates décadents, se réunissant sur les cadavres de leurs proches guillotinés et sur les cendres chaudes d’un monde perdu.

Débordements en tout genre, flirt innocent qui vire au viol collectif, Éros et Thanatos, pas de doute : ici encore, BiT a des airs de vanité contemporaine. Une œuvre dans le sillage de cette danse-théâtre de l’absurde, initiée avec l’hommage à Beckett May B, et poursuivie depuis sous des formes plus ou moins minimalistes. Une danse de vie dans toute sa mécanique implacable et tragique. Et s’il ne devait en rester qu’une vision, ce serait celle de ces corps nus sans visage, qui se déversent sur un plan incliné recouvert d’un voile rouge. Et rappellent – instant grandiose ! – la Mort de Sardanapale, chef-d’œuvre parmi les chefs-d’œuvre d’Eugène Delacroix.

Une pièce philosophique et politique

Seulement, ce n’est pas tout. Conçue à partir d’une réflexion sur le rythme (et non plus sur le seul déplacement en plateau), cette pièce n’interroge pas uniquement, avec son esthétisme, la question intemporelle d’un absurde existentialiste. Politique, en prise avec notre époque bipolaire, un coup dépressive, un coup hypernerveuse, BIT c’est à la fois Turba et Salves. La philosophie stoïcienne intégrée par la conscience et la rébellion rageuse de la compañera Maguy Marin, excédée par les outrances de son temps. Transcendée par la musique techno du sound designer toulousain Charlie Aubry, c’est de la danse à l’estomac et de la pensée qui circule.

Bref, un petit camée, parfaitement taillé pour émouvoir dans l’instant et imprimer les esprits dans la durée. Et ça, qu’on se le dise, s’est créé à Toulouse, au Théâtre Garonne, compagnon de la chorégraphe depuis toujours et particulièrement depuis deux ans. Donc, merci Maguy. Et bon vent… même s’il n’est pas d’autan. 

Bénédicte Soula


BiT

Cie Maguy-Marin • 16, place Olivier • 31300 Toulouse

09 83 03 22 80

Site : www.compagnie-maguy-marin.fr

Courriel : buro@compagnie-maguy-marin.fr

Chorégraphie : Maguy Marin

Avec : Ulises Alvarez, Kaïs Chouibi, Laura Frigato, Daphné Koutsafti, Mayalen Odonto, Ennio Sammarco

Musique : Charlie Aubry

Direction technique et lumières : Alexandre Béneteaud

Son : Antoine Garry et Loïc Goubet

Costumes : Nelly Geyres avec Raphaël Lo Bello

Régie technique : Albin Chavignon

Scénographie : Cie Maguy-Marin

Assistance scénographie : Louise Mariotte

Photo de Maguy Marin : © Michel Cavalca

Théâtre Garonne • 1, avenue du Château-d’Eau • 31300 Toulouse

  • Métro : ligne A, arrêt Saint-Cyprien / République puis 5 min à pied
  • Bus : lignes 1 et 45, arrêt Les Abattoirs ; ligne 66, arrêt Fontaines

Réservations : 05 62 48 54 77

Site du théâtre : www.theatregaronne.com

Courriel de réservation : billeterie@theatregaronne.com

Du 17 septembre au 20 septembre 2014, du mercredi au samedi à 20 heures

Durée : 1 heure

23 € | 16 € | 12 €

Tournée :

  • Les 24 et 27 septembre 2014 : T.N.P. de Villeurbanne / Biennale de la danse de Lyon
  • Le 30 septembre 2014 : Teatro Carignago, Turin / Torinodanza Festival
  • Le 25 octobre 2014 : centre Zamek-Ujazdowski, Varsovie / Crossroads Festival
  • Du 30 octobre au 15 novembre 2014 : Les Abbesses, Paris / Festival d’automne à Paris
  • Le 18 novembre 2014 : Forum du Blanc-Mesnil, Paris / Festival d’automne à Paris
  • Le 27 novembre 2014 : Théâtre d’Aurillac
  • Le 16 décembre 2014 : Monaca Danse Forum Festival

Reprise

Théâtre du Rond-Point • 2 bis, avenue Franklin‑D. Roosevelt • 75008 Paris
Téléphone : 01 44 95 98 21
Du 7 au 11 février 2017 à 20 h 30

Tournée

  • 14 mars 2017, Théâtre de Nîmes (30)
  • 28 et 29 avril 2017, Teatro municipal / Porto Rivoli (Portugal)
  • 12 et 13 mai 2017, Pavillon noir / Aix‑en‑Provence (13)